103. "reprise économique"...Impossible, à cause de la mondialisation néolibérale

Durée du travail, congés, effectifs, salaires, santé au travail,… tout est suspendu à «la relance de l’économie». Alors regardons : acheter un vélo, une toile a-dessus de votre balcon, remplacer une pièce électronique de votre lave-linge ou même le plus courant des objets manufacturés du quotidien : TOUT est tributaire du transport depuis la Chine ! Et tout est bloqué pour plusieurs mois !

 

La mondialisation néolibérale a envoyé en Asie toute la fabrication manufacturée vers les mini-salaires d’Asie et fermé les usines de France pour lesquelles les employeurs avaient fait venir en grand nombre des travailleurs des colonies. Bouleversement étalé sur 30 ans, avec des aides publiques !

Confinement mondial pour cause de pandémie.

Reprise de l’ économie    IMPOSSIBLE : bloquée irrémédiablement.

Nous découvrons soudain qu’il n’y a plus en France aucune fabrication !

TOUT, y compris la fabrication des masques, des tests, des vaccins, des médicaments etc, etc. Les assembliers n'ont plus de pièces nécessaires à assembler.

TOUT a été envoyé vers les mini-salaires d’Asie.

Subrepticement. Mais avec des aides de l’État ! Qui versait aussi des aides à des repreneurs-bidon.

Désormais tributaires des usines d'Asie confinées, et des transports maritimes dont les travailleurs semi-esclaves sont dramatiquement sous-payés et contaminés à bord.

Une pagaille mondialisée.    Car tous les gouvernements ont misé sur le chaos économique pour "réformer".  Tout est bloqué.

 

Donc REPRISE SYSTÉMIQUEMENT IMPOSSIBLE

 

Le gouvernement qui a géré notre entrée en pandémie de façon que le confinement soit la seule possibilité de la combattre,

a cassé par loi d’urgence tout notre système de protection sociale,

Et maintenant toute "négociation sociale"  (bidon), est subordonnée à la relance de l’économie !

Gouvernements fantoches ! Et brutaux.

Système néolibéral  crétin !

Auto-bloquant  et  auto-bloqué.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.