RC 133. Réveille-toi Poème Ouïghour (1921)

Réveille-toi. de Abduxaliq Uyghur    Poète Ouïghour. 1901 - 1933

 

Réveille-toi

Allons, pauvre Ouïghour, réveille-toi, assez dormi !
Dépouillé, tu n’as plus rien à perdre que la vie.
Protège-la bien, sinon
Tout sera fini, tout sera fini.

 

Debout ! dis-je, redresse la tête, repousse les songes,
De l’ennemi, tranche la tête, verse le sang!
Ouvre les yeux, regarde autour de toi, sinon
Le jour venu tu mourras dans les rêves inassouvis, inéluctablement.

 

Déjà ton corps ne montre plus signe de vie.
Est-ce pour cela que la mort t’importe si peu?
Tu restes prostré, insensible à mes appels,
Veux-tu mourir ainsi, sans te ressaisir? 

 

Ouvre grand les yeux, regarde autour de toi,
Réfléchis à ton futur, longuement,
Ne laisse pas fuir cette chance unique,
Ou tes lendemains ne seront que péril sur péril.

Mon cœur t’a pris en pitié, ô mon Ouïghour,
Mon compagnon, mon frère de race, mon frère de sang,
Brûlant d’ardeur pour ta cause, je veux t’éveiller,
Mais tu restes sourd, pourquoi ?

 

Un jour viendra où tu regretteras,
Et le sens de mes paroles t’apparaîtra.
Tu pourras crier hélas, il sera trop tard,
Tu comprendras alors la sagesse de Uyghur.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.