Billet de blog 15 nov. 2021

133. "woke" : éveillé. Oui, en recherche de vérité. Et ça dérange !

La caste au pouvoir voit dans le mot woke, éveillé, une menace à écraser. Les luttes féministes, antiracistes, ou pour les droits des travailleurs sont dénigrées : "woke" menace pour la société, donc à détruire. Les discours rassurants qui masquent le parasitisme des multinationales sont anéantis par notre quête de vérité qui leur est insupportable.

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Woke, éveillé, est un appel des asservis à comprendre les vérités des situations insupportables qui leur sont imposées et que les réformes aggravent :

Travailleurs ramenés à de nouvelles formes d'esclavage sous logiciels de plateformes, abus multiples sur les femmes, destruction de pays (ex) colonisés et chasse destructrice faites aux réfugiés qui fuient les nouvelles formes de guerre totale. Mise à l'écart des personnes handicapées. Toutes et tous déshumanisé.e.s, marchandisé.e.s.

Le capitalisme néolibéral ne supporte pas que ses crimes soient démasqués à l'encontre de ses discours négationnistes et d'imposture. Il manage en soumission. L'appel à vérité, woke éveillé, la recherche de connaissance par l'expérience et par les luttes  le rendent furieux.

Le management néolibéral qui prétend tout diriger est fondé sur l'efficience binaire : vrai/faux.  Pour ou contre moi? Choisis ton camp. Il est foncièrement contraire à la recherche de connaissance.

L'oppression est multiple et multiforme. Les cultures des peuples colonisés ont été détruites remplacées par une mentalité d'esclaves ; les femmes doivent se formater sous domination masculine ; les réfugiés viennent de traverser des abus et maltraitances inhumains et beaucoup sont morts en route ; les personnes handicapées sont invisibilisées ignorées au mieux assistées.  

Toutes les catégories en lutte pour leur émancipation sont sous accusation perverse de "séparatisme" parce qu'en quête de dignité et de place égale, donc dans de nouvelles identités à inventer en bonne entente.  La société des vainqueurs doit se remettre en question, sous peine de dériver toujours plus loin dans les abus de position dominante. Abus sur les individus : abus sur les peuples. *

Le séparatisme mortifère est celui de la caste de ceux qui se veulent "Maîtres du monde". Petite minorité qui  accapare les richesses, manage sa prétendue "élite" docile, berne et violente les populations qu'elle prive de droits et bombarde.

Les accusations haineuses, véritables fatwas lancées par certain.e.s ministres coïncident avec ce moment où Bolloré achève sa main-mise sur l'édition, sur les médias et sur la Presse. Étouffe les savoirs de vérité produites par les universitaires. 

L'émancipation des opprimés est désignée comme cible aux forces de police et aux tribunaux.  Woke :  la quête de vérité est criminalisée.

La quête de vérité est sous menace violente : https://blogs.mediapart.fr/la-sdj-de-mediapart/blog/171121/stop-aux-menaces-de-l-extreme-droite-visant-les-journalistes

La quête de vérité, de justice, de libertés est universelle : c'est le commun de tous les peuples. 

+++++++++++++

* Dérives : les discours haineux de z.

* Abus : les liens pris sur la seule Une de ce jour :

https://www.mediapart.fr/journal/france/101121/hold-violente-interpellation-45-jours-d-itt-et-des-coups-de-tasers-dans-les-testicules-apres-une-violente

https://blogs.mediapart.fr/yves-guillerault/blog/141121/les-chasseurs-veulent-faire-la-police

https://blogs.mediapart.fr/eugenio-populin/blog/141121/soiree-de-soutien-mimmo-lucano-la-solidarite-n-est-pas-un-crime

https://www.mediapart.fr/journal/international/151121/total-doit-cesser-de-donner-le-moindre-dollar-la-junte-birmane

https://www.mediapart.fr/journal/international/081121/la-cop26-plus-de-500-lobbyistes-du-petrole-du-charbon-et-du-gaz

https://blogs.mediapart.fr/ruffin-francois/blog/151121/monsieur-macron-voulez-vous-tuer-l-hopital

https://blogs.mediapart.fr/emile-rabreau/blog/151121/un-jour-dans-ma-vie-militante-l-etat-reprime-impunement-des-familles-la-rue

https://www.mediapart.fr/journal/france/141121/un-rapport-confidentiel-pointe-les-lacunes-de-la-politique-d-integration

https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/131121/le-bilan-de-la-cop26-tient-en-3-mots-criminel-indecent-dilatoire

https://www.mediapart.fr/journal/france/131121/fermeture-de-lits-l-hopital-une-polemique-de-chiffres-pour-cacher-l-ampleur-de-la-crise

https://www.mediapart.fr/journal/france/151121/metoopolitique-le-sexisme-en-politique-vocation-decourager-les-femmes

Lanceurs d'alerte maltraités :  https://www.franceculture.fr/emissions/l-invite-e-des-matins/lanceurs-d-alerte-des-justiciers-au-defi-de-la-loi-avec-antoine-vey-et-cecile-lanceuse-d-alerte-anonyme

Et pour tout résumer, 

Réponse d'un enseignant du primaire au Figaro Magazine

"Le dossier du Figaro Magazine de cette semaine est une insulte à tous les enseignants de France. Il est le signe, un de plus, d'une grave dérive idéologique qui annonce le pire pour notre pays.

"Les valeurs que nous enseignons à nos élèves sont inscrites dans les programmes : la liberté, l'égalité, la fraternité, ce qui implique d'éduquer à la tolérance, au refus du racisme, à l'égalité hommes-femmes et garçons-filles, au respect dû à toute personne, étrangers, migrants, réfugiés, au refus de la haine et de la violence, à la paix et contre la guerre.

Pour être concret, et j'invite chaque enseignant à faire de même publiquement, voici ce que j'enseigne à mes élèves de CM2 :

Dans le cadre de l'Education Morale et Civique, nous travaillons sur la tolérance, sur l'égalité des droits à partir de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Nous louons la liberté d'expression en soulignant que les idées racistes et antisémites n'en font pas partie et qu'elles sont un délit punissable. Nous racontons les combats de Rosa Parks et de Martin Luther King contre la ségrégation raciale et pour l'égalité ; nous valorisons la non-violence comme méthode de lutte contre toutes les discriminations, les racismes et les inégalités. La phrase de Luther King, "il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons périr comme des imbéciles" est affichée en classe avec le portrait de l'auteur. Nous éduquons au respect des différences, de toutes les différences, condition sine qua non de notre vivre ensemble. Nous montrons combien les inégalités entre les femmes et les hommes subsistent encore et nous travaillons sur les préjugés et les stéréotypes sexistes qui demeurent.

En Histoire, nous étudions les textes des Lumières et nous soulignons la contradiction entre la Révolution qui assassine, qui organise la Terreur et la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen. Nous montrons que Napoléon a bafoué toutes les valeurs premières de la Révolution et qu'il est responsable de centaines de milliers de morts dans toute l'Europe. Nous mettons en valeur les luttes des ouvriers, des mineurs, des syndicats pour leurs droits, pour les salaires, pour leur dignité. Victor Hugo est notre boussole et notre maître pour dénoncer les injustices et encenser la fraternité entre les peuples. Nous apprenons et chantons la belle chanson de Jean Ferrat Ma France, elle aussi affichée en classe, et dont les paroles sont toujours d'actualité.

Comme cela est inscrit dans les programmes d'histoire, nous travaillons sur le colonialisme au XIXème siècle et tout particulièrement l'idéologie raciste des colonisateurs. Des faits rien que des faits pour montrer que le colonialisme est responsable de nombreuses guerres et atrocités au XXème siècle, que la France a sa part de responsabilité dans ces désastres humains. Nous lisons un extrait d'un manuel scolaire de 1926 (contenu dans notre livre d'Histoire) dans lequel il est écrit : "Le Nègre est donc à peu près un homme comme les autres. Mais il faudra de longues années d'efforts pour qu'il arrive à valoir les peuples blancs qui se sont emparés de sa patrie". La question pour les élèves est : "En quoi les propos tenus sont choquants ?". Faudra-t-il ajouter à notre cours la une détestable du Figaro Magazine pour que les élèves réalisent que le combat contre la haine, le racisme, les idéologies mortifères sont toujours d'actualité ?

Pour le 11 novembre, nous observons, analysons et commentons les monuments aux morts de Crépy en Valois et de Gentioux, monuments parfois qualifiés de "pacifistes", mais dont la force émotionnelle permet d'aborder concrètement ce qu'est la guerre en réalité. La phrase de morale à retenir est inscrite sur l'un de ces monuments : "Maudite soit la guerre !". Nous étudions le texte de Charles Péguy sur la guerre qui se conclut par : "Maudite soit la guerre et maudits ceux qui l'ont apportée sur la terre de France". Nous rendons hommage au grand Jean Jaurès, victime de la haine nationaliste. Sa fameuse phrase sur le courage est affichée au-dessus du tableau blanc de la classe : "Le courage, c'est de refuser le mensonge et de dire la vérité". Nous écoutons La Chanson de Craonne qui dénonce les galonnés et autres responsables politiques responsables de la boucherie de la 1ère guerre mondiale. Mes élèves retiendront ainsi que la guerre est d'abord une belle connerie. Ils trouveront le mot dans le poème de Jacques Prévert, Barbara. Je fais ainsi oeuvre d'éducation à la paix, contre la guerre et contre toutes les haines.

Tout mon travail, en conformité avec les programmes, est d'éveiller au sens critique, de montrer que notre Histoire nationale comporte aussi une face sombre qu'il est inutile de cacher (je rends hommage au passage à l'historienne Suzanne Citron, autrice de Le mythe national : l'histoire de France revisitée), d'apprendre le vivre ensemble, d'éduquer à la tolérance, au respect, de transmettre les valeurs de justice, de paix, de solidarité et de coopération, de leur expliquer que ces valeurs essentielles sont fragiles et que des combats seront toujours nécessaires pour les défendre et les faire vivre.

Messieurs du Figaro Magazine, vous avez jeté l'opprobre sur notre travail, vous avez sali notre profession. Vous êtes des diffuseurs de haine et l'Histoire vous jugera sévèrement. Nous ne nous laisserons pas jeter en pâture aux chiens. Nous allons nous battre avec nos armes, la plume, la parole, l'éducation et la non-violence contre tous vos mensonges, vos délires identitaires et vos obsessions nationalistes. Enseignants, il est temps de nous réveiller. La petite musique qui circule en boucle depuis des mois "porte en elle la guerre comme la nuée porte l'orage"."

https://blogs.mediapart.fr/alain-refalo/blog/131121/reponse-dun-enseignant-du-primaire-au-figaro-magazine

Vérité politique santé publique :

Données Banque mondiale (lits) et INSEE (mortalité)

https://blogs.mediapart.fr/gabas/blog/310121/covid-un-massacre-previsible

VERITE sur la colonisation en Indochine

https://blogs.mediapart.fr/edition/des-livres-et-nous/article/090122/eric-vuillard-une-sortie-honorable

L’auteur s’intéresse, dans Une sortie honorable, à la guerre d’Indochine, s’étonnant du peu de place qu’elle tient dans les manuels scolaires au regard de son importance, ne serait-ce qu’en termes de nombre de morts (autant que de Français et d’Allemands pendant la Première Guerre, précise-t-il).
Il s’agit donc de récits,

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin