S 21. Mouvement GJ porteur d’avenir

La promesse d’avenir du mouvement Gilets Jaunes, réside en sa capacité à s‘inventer en permanence, en sa dynamique et son intelligence collective en tout lieu.

Mouvement protestataire résolu, en chaque localité il a la capacité de grouper des luttes existantes, et d’en faire émerger de nouvelles, hors des schémas habituels.

En chaque localité, il créera de nouveaux lieux d’ancrage, de nouvelles formes, de façon que le plus grand nombre puisse participer à sa mesure à la dénonciation d'un pouvoir fantoche cornaquè par la finance mondialisée, dont le discours d'enfumage est définitivement discrédité, et qui révèle toute la violence de sa police.

 Le reportage de Pierre-Yves Bulteau à Saint-Nazaire montre cette inventivité du mouvement. Un mouvement pacifique, et c'est sa force.

Son rythme, sa temporalité n’est pas celle des élections, ni des injonctions de partis, militants et médias.

 

Il doit prendre son temps, le temps de se créer lui-même en chaque lieu. Prendre le temps de penser son action, d'échanger avec les autres.

 

La promesse d’avenir du mouvement Gilets Jaunes, réside en sa capacité à s‘inventer en permanence, en sa dynamique et son intelligence collective en tout lieu, hors des schémas classiques et dogmes qui ont prouvé leur inadéquation. Nous l'avions vu dans les luttes autogérées des années 70, chaque participant sort de la passivité, est dynamisé, entre dans l'intelligence du mouvement, prend des initiatives pour son développement. Chacun est transformé.

 

Revoir l’effervescence qui a précédé et qui a suivi Mai-Juin 68 dans l'ouvrage collectif d'historiens : 68 une histoire collective 1962-1981.Ed La Découverte. Et avec l'ouvrage de Ludivine Bantigny, 1968.De grands soirs en petits matins.

Et lire l'article du 12 décembre d'Antoine Perraud, interview de Leslie Kaplan.

Le déroulement des années 62 à 81 autour de mai-juin 68, n'a pas été bouleversé par l'élection de la droite fin 68, mais par la mutation néolibérale et sa mondialisation qui, de l'intérieur détruisent la société et la démocratie.

Inventons les nouvelles formes de lutte globale contre un ennemi qui se fait non identifiable.

 

Le grand débat national et identitaire annoncé par le locataire momentané de l'Elysée est un leurre, une diversion qui groupe tous les sujets que le néolibéralisme s'acharne à fausser depuis 30 ans, pour masquer la guerre diversifiée qu'il mène contre les peuples du monde.

Nous avons 1000 fois mieux à discuter.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.