122. "La gauche n'existe plus" Alors de quoi ont-ils tous peur ?

Les médias et commentateurs aux ordres explosent de joie ! De l'extrême-droite à Valls, les polémiques puantes des dernières semaines orchestrées par des ministres ont montré l'unanimité désolante de la droite pour enterrer la démocratie. Et à gauche ? Hors sol ???

Depuis le début du combat NDDL, le rapport de forces se joue face a face entre le mouvement populaire multiforme, depuis la plus modeste résistance, et les multinationales et finance qui ont en main les services publics, l'État, nos institutions jusqu'au gouvernement et présidence qui agissent à leur profit exclusif. Et usent de la violence policière.

Depuis 20 ans, toute l'action publique leur est soumise, ficelée dans un tissus de partenariats, public-privé  ruineux.  L'Etat s'est engagé pour 20 ou 30 ans en toutes choses, 

On voit les travaux publics se poursuivre dans Lyon toujours aussi ineptes, et conçus pour la caste, comme avant :. Même Colomb chassé, ça roule encore pareil !

La démocratie est vidée de contenu.

Les échéances électorales  continuent leur calendrier, avec seul effet de freiner un peu la sauvagerie du pouvoir de plus en plus hypocrite et manipulateur,  les embrouilles sont  lancées vers les partis de gauche et dans l'opinion comme des Scud.

La destruction de terres arables, l'usage de pesticides, l'affaiblissement des hôpitaux, etc... sont même accélérés.

 Cette situation verrouillée a été créée dans tous les pays, on le voit particulièrement en Grande Bretagne piégée dans son brexit, et aux USA, et tous pays d'Europe. Hors d'Europe, ça a lieu aussi, dans des bains de sang, et prisons archi pleines. Plusieurs millions de  réfugiés repoussés inhumaine ment de partout, ou parqués.

Aux groupes politiques de gauche, on ne peut que préconiser d'élaborer une ligne de conduite permettant de récupérer de notre libre-arbitre et autonomie de subsistance. Ce qui permettrait de constituer pour les présidentielles et législatives un gouvernement de salut public, surmontant les  vaines rivalités.

Faire mentir la proclamation infâme, et restaurer une vraie gauche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.