Billet de blog 17 nov. 2021

134. Influenceur marketing au lieu de leader politique. Notre démocratie écrasée

Nous avons observé qu’avec égale conviction dans ses propos, Macron de toute son autorité présidentielle, a martelé la doctrine médicale concernant le confinement, puis le masque, puis les tests et le tracing, puis les vaccins et le pass, chacun comme moyen de terrasser COVID19, « et enfin pouvoir embrasser ses petits-enfants ! » J’ouvre là une série « Ecrasement de notre démocratie »

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec ce billet, j’ouvre une nouvelle série sous le titre : « Ecrasement en cours de notre démocratie »

Nous avons observé qu’avec égale conviction dans ses propos, Macron de toute son autorité présidentielle, a martelé la doctrine d’une prétendue Haute Autorité médicale devenue Conseil de Défense : le confinement, puis le masque, puis les tests et le tracing, puis les vaccins et le pass chacun comme moyen de terrasser COVID19, « et enfin pouvoir embrasser ses petits-enfants ! »

L’art d’être influenceur marketing qui avec un semblant d’argument invérifiable, obtient un effet de conviction, par l’art oratoire de type professoral. « Vous me croirez parce que je parle avec l’autorité du savoir »

Maître Brice Couturier manie remarquablement cet art oratoire qui dissuade de toute critique. C’est son métier avec lequel il vend avec inégalable ton d’autorité la doxa néolibérale censée combler l’humanité toute entière pour l’éternité.

C’est aussi l’atout gagnant des hommes politiques. Atout forgé par deux millénaires de domination machiste sur la société, sur les femmes. Puis sur les pays (ex)colonisés.  

 La première étape de toute manipulation consiste à faire croire à l'interlocuteur qu’il est libre. "Le pass, c'est la liberté" (sic)

Or même après trois vaccinations successives, le risque contagieux impose encore distanciation et gestes barrière, « car la cinquième vague menace ». Covid19 cinq fois terrassé se porte bien ! Telle est la vérité.

La vérité, c’est surtout 35 milliards d’euros en quelques mois que trois leader de BigPharma ont pu encaisser grâce aux seuls vaccins. Et combien grâce aux tests dont on ne voit pas bien l’utilité, en définitive ?

La vérité, c’est aussi la courbe tenue par l’INSEE jour après jour des décès toutes causes confondues sur 2019, 2020 et 2021. Voir Ici https://www.insee.fr/fr/statistiques/4923977?sommaire=4487854

Le pic de mars-avril 2020 est impressionnant. La seconde vague en novembre est deux fois moins haute, mais se prolonge en déclin pendant 6 mois. Et depuis 6 mois, la courbe 2021 se confond avec les courbes de 2020 et de 2019 sans pic particulier !

Les affirmations de nombres prétendus d’infections covid sont invérifiables, viennent toujours à pic pour réprimer des mobilisations populaires nécessitées par les nouvelles lois scélérates, qui continuent de sortir sans débat public à la faveur d’un état d’urgence toujours reconduit, et d’un Etat policier constamment renforcé.

Notre Influenceur marketing en chef et ses clones placent aussi des potions magique climatiques : le marché de la voiture électrique, le marché des capteurs solaires, des moteurs à hydrogène. Et surtout le marché du nucléaire promu par lobbying ministériel pendant la COP26 !

Tous lourds de destructions pour l’extraction des minerais nécessaires, et du poids des déchets nucléaires pour les générations futures pendant quelques centaines de milliers d’années. Poids lourd de menaces sur l’évolution des stocks concentrés de matières hautement radioactives.

Promotion d'un marché de petits réacteurs : leur dispersion dans le monde se doublera de la dissémination des déchets radioactifs. Rien d'une "démocratisation" :  les Influenceurs se multiplient et sont prêts pour argumenter avec n'importe quoi !

 Le péril avec l’hydrogène en plus de l’énergie importante que nécessite son extraction, est qu’il est superfluide aux basses températures que nécessite sa liquéfaction (condition pour le tenir en faible volume) Superfluide : il s’insinue dans les plus minimes fissures et s’amasse vite en proportion explosible avec l’air. Hors de question de garer sa voiture à hydrogène en sous-sol de son immeuble : l’explosion qu’il produit avec l’air est la plus violente qui soit. Autre inconvénient : le poids du réservoir.

Il y a abus de confiance lorsqu'un nudge publicitaire est utilisé comme vérité établie, dans un discours politique ou dans un bulletin d'information censée provenir d'un journaliste enquêteur.

Message subliminal : Laissez-vous faire ! La passivité est vertu citoyenne ! Et financez les sociétés qui réaliseront votre paradis dans le futur.

Evidemment le métier d’influenceur marketing est de faire rêver les foules pour placer leur camelote et engraisser le commanditaire qui le paye ou qui l'a fait élire Président. Associer une images, des valeurs au produit vendu, valeurs auxquelles la cible pourra s'identifier : le produit s'intègre alors inconsciemment à son identité. Le matraquage publicitaire a été largement utilisé pour que la vaccination nous soit familière, au delà des méfiances précédemment acquises 

L’Influenceur Président joue aussi du rôle du Protecteur qui seul sait naviguer parmi les périls de l’époque. Tout sujet de société, tout événement peut être support de péril, qui incite à se rapprocher du Protecteur.

L'exploitation du naufrage de migrants a varié soudain, du mythe de l'invasion qui suscite l'hostilité et la réaction violente, en concurrence avec les candidats de droite,  au profit de la compassion : les protéger contre eux-mêmes et contre les passeurs, aux côtés du Protecteur qui est en promotion marketing, position privilègiée du candidat-président.

L'étude par algorithmes des comportements de l'électorat renseigne sur le stimulant le plus efficace à chaque moment. Mais toujours la tonalité de passivité, de la soumission et soutien au Chef.

L'Influenceur ne se soucie pas de vérité, ni de vérification scientifique de ses affirmations. Ainsi en a il été de la réautorisation du glyphosate sur la base de 53 prétendues études scientifiques conduites par des entreprises privées sous le secret des affaires, et dont il est apparu que 3 seulment répondaient aux critères de fiabilité scientifique.  https://www.franceculture.fr/emissions/le-pourquoi-du-comment-economie-et-social/comment-les-lobbys-instrumentalisent-ils-la-science-pour-peser-sur-les-decisions-publiques

Hans joueur de flûte.    nous déroule un film-fiction qui remplace le réel.  

Les concurrents pour la Présidence rivalisent dans le métier d’Influenceur. Ils jouent sur deux registres trompeurs : Soit sur la méritocratie et la promotion individuelle le dépassement de soi dans les objectifs assignés par l'Autorité. Soit populiste fondée sur la famille, la religion, le roman pseudohistorique. Mais pour les deux, l'Etat fort impose les règles et intérêts des marchés et combat impitoyablement toute prétention démocratique fondée sur les intérêts des populations.    cf. l'élimination du mouvement Gilets Jaunes mais aussi les moyens mis en oeuvre contre la résistance à Bure. 

Et z. maître en falsifications historiques * se distingue comme influenceur en diabolisation, excitant des haines au sein du peuple, créant des menaces supplémentaires qui renforcent l’attrait du Protecteur.

Les discours d’intro de la COP 26 sont autant de démonstration d’Influenceurs, où Macron a été brillant. Et piteuse vérité à la fin.

Depuis bientôt cinq ans l’Influenceur présidentialisé promeut une multitude de réformes régressives par la com’ illusioniste. C’est un métier porté par les mises en scènes réalisées par les ministres et professionnels des chaînes des télés privées.

Quels sont les commanditaires des influenceurs publics :  https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/11/16/l-opa-de-vincent-bollore-sur-la-presidentielle_6102316_4500055.html ; BlackRock ; GAFAs ; pétroliers. etc...

Nous sommes évidemment sortis du fonctionnement démocratique qui repose sur le débat de citoyens informés.

Citoyens éveillés et en quête de vérité. Mais ciblés pour séparatisme, et même potentiellement « terroristes ». (Lire le billet 133. "Woke")

+++++++++++++++

"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n'est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d'agir, mais aussi de sa capacité de penser et de juger". Hannah Arendt. 

++++++++++++++++++++

* z crée un "Pétain sauveur de juifs".  Ecouter le faits historiques énoncés par Georges Kiejman :  https://www.franceculture.fr/emissions/l-invite-e-des-matins/georges-kiejman-est-l-invite-des-matins  (le 19 11 21).

https://www.franceculture.fr/emissions/signes-des-temps/parcours-et-rhetorique-d-eric-zemmour  5 décembre Signe des temps 12h46

https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/061121/aime-cesaire-les-origines-coloniales-du-fascisme

+++++++++=

Série « Ecrasement en cours de notre démocratie »

 Intro : le réel. 

En 2020, le Secours catholique a accompagné 777 000 personnes, ce qui permet de dresser un tableau fin de la pauvreté. Si les différents dispositifs d’aide mis en place par le gouvernement ont limité son explosion, la crise liée au Covid-19 a dégradé les conditions de vie des ménages les plus fragiles. Le niveau de vie médian des personnes aidées par le Secours catholique s’établit ainsi à 537 euros, un chiffre en deçà du seuil de pauvreté fixé en 2018 à 1 063 euros. En s’appuyant sur les données de la direction générale de la cohésion sociale (DGCS), le Secours catholique rappelle ainsi qu’entre 5 et 7 millions de personnes ont eu besoin de recourir à l’aide alimentaire, soit près de 10 % de la population française. Du jamais-vu en période de paix.

Et selon Reporterre : près de 600 millions d’oiseaux nicheurs auraient disparu. 

Prochains billets : .

Fin des contrepouvoirs et pouvoir policier.

Fin des droits égaux pour tous. Notamment par destruction des services publics.

Fabrique de la dette publique et fabrique de marchés pour le secteur privé.

Les mots qui excluent et désignent des ennemis de l'intérieur à détruire, imposent la pensée unique présidentielle, et recouvrent l'organisation d'un arsenal judiciaire et guerrier contre le mouvement populaire. Outre-mer, terrain expérimental.

... 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik