Billet de blog 18 juin 2019

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

83. Service National Universel SNU en appui aux réformes Blanquer;

La levée de Gilets Jaunes a déstabilisé le pouvoir. Qui va s'assigner dans le temps d'étouffer la capacité de la population à se mobiliser. La réponse immédiate s'ajoutant à l'état d'urgence pérennisée, a été les mutilations. Les réformes de l'indemnisation du chômage, des retraites et de la Sécu visent au pouvoir d'achat. Le SNU vient en appui des réformes de l’enseignement et des radios.

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi sortir la durée de "formation" SNU  du temps scolaire, aux frais de l'EN et des enseignants ???

- Le domaine de l'enseignement public est l'acquisition des savoirs.  Menacé par les trains de réformes successives. A suivre : https://blogs.mediapart.fr/lycee-experimental-de-saint-nazaire/blog

- Le domaine de l'Armée, c'est l'obéissance, une hiérarchie stricte, autour de la figure du "chef" qui a le monopole de l'intelligence. 

Et la sanction sévère des manquements à la discipline et aux ordres :    Sac au dos, 50 pompes ! 

C'est là qu'on rejoint la réaction gouvernementale face aux Gilets Jaunes :

- on vous explique ce qu'on attend de vous

- on flingue.

S'ajoutera le repérage-fichage des "mauvais esprits". Ou le recrutement des "bons éléments".

Rien à voir avec la connaissance, l'intelligence, ni l'émancipation, ou la citoyenneté. Cela rejoint les effets des lois actuelles sur l'Education Nationale et sur les radios nationales.

La seule intelligence attendue des troufions, est celle requise pour bien exécuter les ordres. 

De même que sous le néolibéralisme, l'initiative ne se conçoit que dans le strict cadre du profit, et de la concurrence "non faussée." Concurrence non faussée dictée par les traités bilatéraux selon la loi du plus fort. (1)  Le plus fort c'est le chef ; Péter plus fort que lui, c'est de la mutinerie.(la police l'appelle "rebellion")

Les moyens militaires ont été déployés au nom de "l'ordre républicain" !!! contre les initiatives agricoles à NDDL qui voulaient échapper à l'emprise de l'industrie agroalimentaire. 

C'est typiquement la réponse donnée aux urgentiste épuisés par des années de sous-effectif dramatique : Marche ou crève !  On envoie la police les réquisitionner.

Conception très vichyste de l'ordre républicain : la discipline sous la figure symbolique du Chef. Et l'obsession de contrôler la jeunesse.

Quand au traitement que les jeunes filles, et les jeunes issus des colonies, les juifs, ... connaîtront au cours du SNU,  ...affaire à suivre... 

(1) La loi du plus fort est abusivement justifiée par la formule "darwinisme social" ou "loi naturelle", pour lui donner un vernis scientifique irréfutable. Dans le formatage SNU, l'Armée ne manquera pas de s'en prévaloir, comme la police, du fait du monopole des armes.  Les documentaires américains ne manquent pas de montrer la chasse des fauves sur leur proies, et que finalement, chacun aurait ses proies, comme loi naturelle. La loi du plus fort n'est que la loi mafieuse, du Milieu. 

Ce n'est pas le moteur de l'évolution ! Ni du monde vivant !  Le moteur est dans l'avantage qui résulte de la meilleure adaptation au milieu et à ses changements. Non pas pour une razzia,  Mais meilleur adaptation qui procure meilleure reproduction au fil du temps climatique.

 Ajout 28 08 2019

https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/service-national-universel-le-gouvernement-vise-400000-jeunes-en-2022-1126984

Par Marie-Christine Corbier  Publié à 06h50

C'était dans l'air du temps depuis plusieurs mois. Cette fois, c'est arbitré : selon nos informations, le service national universel (SNU) concernera au moins 400.000 jeunes d'ici à 2022, soit plus de la moitié d'une classe d'âge. L'annonce est envisagée pour fin septembre, au moment de la présentation du projet de loi de Finances pour 2020.

Lors de sa conférence de presse d'avril, Emmanuel Macron avait souhaité « qu'on accélère le déploiement de cette initiative ». « Elle est indispensable et notre nation en a besoin », avait-il déclaré, en identifiant le SNU comme « la matrice indispensable au coeur de notre école [et] qui va irriguer des vocations ».

Le SNU a débuté mi-juin avec  2.000 jeunes volontaires . Les effectifs doivent être portés à 30.000 à 40.000 « appelés » en 2020 puis à environ 150.000 en 2021. Le gouvernement espère trouver des volontaires jusqu'en 2021.

En revanche, pour atteindre les 400.000 jeunes en 2022 et généraliser le dispositif en 2023 ou 2024 (soit 800.000 jeunes), il lui faudra faire autrement. « A un moment, il faudra le rendre obligatoire pour une partie des jeunes, et pas pour les autres », avait confié Gabriel Attal aux « Echos », en juin.

Susciter des vocations... comme indics ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias