RC 86. Moi, Mireille, ouvrière et pas fière de l'être. Et maintenant, Gilet Jaune !

Je fais cet emprunt à "Les pieds sur terre" (France Culture 13h30, 22 mai 2019) A réécouter intégralement. Les femmes et la démocratie. Les personnes qui n'ont pas fait d'études et la démocratie. La prise de parole en public, mais surtout aborder la philosophie contradictoire *, être capable d'entendre celle, celui qui parle et accepter éventuellement de modifier ma pensée.

Ecouter intégralement : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/trois-minutes-qui-comptent.

C'est l'engagement militant qui a aidé Mireille à sortir de sa réserve. 

Mais c'est l'entrée massive des femmes dans les études, qui a cassé des siècles de soumission intellectuelle aux homme. Effacement encore perceptible dans les institutions y compris syndicales, politiques. "Tu sauras mieux dire". Effacement de ceux et celles qui n'ont pas fait d'études. Gilets Jaunes : Ceux qui comptent pour rien se mettent à penser, à parler, et critiquer ! A ne plus être petites minorités qui s'effacent.Voilà qui a déclenché la fureur et violence du gouvernement.

La réforme de l'enseignement de la littérature dans l'Ecole publique **, est une lourde atteinte à la démocratie, en ce qu'elle écarte du débat public toutes celles, tous ceux qui n'auront pas fait d'études supérieures littéraires, à supposer qu'elles soient encore accessibles si on ne sort pas de l'enseignement privé. Une grave fracture de classe délibérée, criminelle de plus dans la société.   Michel-Lyon.

 

Extraits de l'intervention de Mireille :

 (...) "On m’a passé le micro et là je me suis dit "tu peux plus faire marche arrière". (...) Les mots étaient difficiles à trouver, j’ai parlé avec mon cœur, avec mon vocabulaire, avec mon ressenti, avec mon humiliation. Il fallait que je dise qui je suis. Mireille

"Pour moi, c’est très difficile de parler en public, c’est très difficile de parler tout court. Parce que dans mon travail, on ne parle pas." Mireille

Mireille,"ouvrière, et pas fière de l’être", raconte son sentiment d’invisibilité dans une société qui ne lui apporte aucune aide et la dureté de son travail. En novembre dernier, cette femme de cinquante-huit ans, décide de rejoindre le mouvement des "gilets jaunes".

"Toute ma vie, j’ai été transparente. Il fallait qu’on me regarde. Avec un gilet jaune, j’ai existé." Mireille

C’est lors d’une réunion citoyenne organisée à Metz que Mireille prend la parole en public pour la première fois. L'occasion pour elle de surmonter sa peur et sa timidité.

 

* Philosophie contradictoire : lire le billet d'Yvon Quiniou le 18 mai 2019  "Blanquer et l'enseignement de la philosophie"   "« Aie le courage de te servir de ton propre entendement !" Horace. Pour Kant, c'est la sortie de l'état de minorité. 

**  cf le commentaire de Jean-Baptiste Billé (sous le billet d'Yvon Quiniou).

"Cher Yvon, Une preuve de plus que la philosophie est, chaque fois qu'elle est attaquée, beaucoup plus défendue que les lettres. Enseignant en lettres en lycée, je lutte depuis des mois, parmi tant d'autres, contre les nouveaux programmes qui vont nous tomber dessus à la rentrée. Un pur scandale. Et rien. Absolument rien ne se passe. Des écrivains se sont exprimés. Pommerat a réagi sur les enseignements artistiques et il a eu raison. Mais les programmes de français ? Pour en avoir une idée vous pouvez consulter le blog d'Anne Mongodin sur Mediapart, qui représente le collectif des profs de lettres de Vendée. Je ne vais pas détailler ici, mais entre le retour de la grammaire, la fin de l'écriture d'invention, les oeuvres obligatoires en 1ère... Les motifs de colère sont nombreux. Comment font les profs de philo pour chaque fois se faire entendre ? Bravo à eux, tant mieux, et s'ils peuvent relayer nos inquiétudes et nos colères, merci !!"

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.