Billet de blog 31 mars 2022

RC 155. A voir : l'exposition de peintres algériens à l'IMA.

L'IMA, Institut du Monde Arabe, présente une exposition de peintres algériens. Dans l'ambiance de racisme qui se redéploie et que nous combattons, cette exposition est une façon importante de rencontrer ce peuple, par sa culture. En plus des rencontres individuelles que nous pouvons avoir dans l'hexagone même chaque jour.

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La domination coloniale a effacé le passé, l'économie, la culture des pays quelle a colonisés. Légitimement, chacun de ces peuples est en recherche de son passé, pour vraiment vivre.  Une Exposition comme celle de l'IMA actuellement, contrinue à  restituer cette culture perdue.  Michel-Lyon

https://www.sortiraparis.com/arts-culture/exposition/articles/272210-algerie-mon-amour-l-exposition-exceptionnelle-de-l-institut-du-monde-arabe

Citation du site ima.

"  Il suffit d'un artiste pour tomber amoureux d'une culture et d'un pays. Grâce au peintre Abdallah Benanteur, Claude et France Lemand se sont pris de passion pour l'Algérie, constituant, au fil des ans, une collection d'œuvres exceptionnelle autour de ce pays et de ses artistes. Une collection donnée au musée de l'Institut du monde arabe, qui est heureux aujourd'hui de pouvoir compter plus de 600 œuvres modernes et contemporaines dans son arsenal, réalisées par des artistes du monde arabe et de ses diasporas.

Cette collection riche, qui présente aussi bien les tableaux de Louis Nallard, est né en 1918, que ceux d'El Meya, artiste-peintre contemporaine, est au centre de la nouvelle exposition de l'Institut : Algérie, mon amour. Artistes de la fraternité algérienne 1953-2021, à voir du 18 mars au 31 juillet 2022.

Chaque œuvre raconte l'histoire, la colère, les espoirs du peuple algérien, motivé par un amour profond de la liberté et de l'art. Deux valeurs qui font écho aux sentiments des artistes français, et qui permettent de cimenter l'affection et la solidarité entre les penseurs et les artistes des deux pays.

Peintures, sculptures, photographies, installations... L'exposition Algérie, mon amour est un beau coup de projecteur sur la scène artistique de France et d'Algérie. C'est aussi une porte d'entrée originale pour les visiteurs qui souhaitent en savoir plus sur l'histoire de l'Algérie, sur les contextes, sociaux, économiques et esthétiques qui ont influencé chaque œuvre.

Une belle découverte vous attend à l'Institut du monde arabe !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux