Billet de blog 25 août 2014

RC14 Resf Journal d’une jeunesse Oubliée N°3 Jeunesse sans papiers, jeunesse volée.

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Qui sommes- nous ?  Nous sommes des jeunes, pour la plupart lycéens, français ou étrangers, soutenus par des membres de l’éducation Nationale. Nous formons un collectif pour aider les jeunes sans papiers au jour le jour, pour empêcher leur expulsion et pour créer une solidarité entre la jeunesse française et la jeunesse sans papiers. Nous faisons partie d’un grand réseau national, Resf, Réseau Éducation Sans Frontières qui se bat dans toutela France contre les expulsions de sans papiers. Parce qu’être sans papiers, c’est vivre dans la peur, nous n’acceptons pas que quiconque soit dans cette situation où les études, le travail et les loisirs deviennent très difficiles.

Nous refusons l’enfermement, l’expulsion de nos copains et la politique du gouvernement qui chasse les sans papiers jusque dans leurs écoles, leurs lieux de travail, voire jusqu’à chez eux...


Notre collectif pour les jeunes majeurs sans papiers a vécu beaucoup de péripéties ces derniers mois. Dans ce journal nous tentons d’informer tous ceux qui sont un peu à l’écoute de la situation des jeunes sans papiers, de ce que notre gouvernement leur inflige et des batailles que nous menons ensemble contre les expulsions, pour que ces jeunes puissent vivre paisiblement là où ils le souhaitent.

Au début de l’été dernier, le gouvernement,la Préfecture, et la police ont voulu profiter des vacances comme très souvent en cette période de l’année.

C’est Ulrich, élève du lycée Jacques de Flesselles, qui a été victime de cette politique. Arrêté fin juin, il a été emprisonné au Centre de Rétention de Saint-Exupéry pendant plusieurs semaines en attendant d’être expulsé pour le Congo. Tout cela parce que la préfecture refusait de lui donner les papiers depuis qu’il avait eu 18 ans alors même qu’il était lycéen depuis 2005 et qu’il envisageait de continuer ses études ! D’une vie qu’il menait ici avec ses amis, son tuteur, une équipe de football qu’il entraînait, il a été arraché pour débarquer dans son pays « d’origine », pays qu’il connaissait peu et où il n’était pas attendu. Il était si peu attendu que c’est un passager de l’avion qui l’a accueilli et qui l’héberge jusqu’à maintenant .Même sila Préfectureest arrivé à l’expulser 00malgré la solidarité dont il bénéficiait (entre autre, plus de 3000 signatures de pétitions recueillies sur les marchés)-nous sommes déterminés à tout faire pour le retour d’Ulrich.

Pourtant malgré cette expulsion, nous n’enregistrons pas que des échecs. Alae-Eddin, élève du lycée Tony Garnier, a été arrêté (pour la deuxième fois) au cours de l’été. Il a été relâché même sila Préfecturerefuse toujours de lui délivrer un titre de séjour. Jacques, lycéen à Rilleux, a reçu, quant à lui, un titre de séjour étudiant ce mois d’octobre.

Exigeons des papiers pour Alae-Eddin et pour tous les autres, ainsi que le retour d’Ulrich. Profitons de la mobilisation prévue pour aller déposer collectivement de nombreux dossiers de sans-papiers à la Préfecturelors de la manifestation prévue par RESF Rhône.

3 décembre 2008, départ des Terreaux à14h30 ! "

 Cet article du n°3 du Journal d'une jeunesse oubliée, a été mis en ligne le mercredi 3 décembre 2008

 La rédaction du journal du collectif des jeunes majeurs du Rhône "Journal d'une Jeunesse Oubliée "( lien du N°3 : http://millebabords.org/spip.php?article9712 ) a constitué un premier cadre d'expression et de mobilisation des jeunes et de leurs soutiens.

Puis un travail spécifique  d'écriture et d'expression théâtrale  a démarré suite à l'expulsion de Ulrich BAYONNE  originaire du Congo Brazzaville en décembre2008 ; puis celle de Alae-Eddin vers le Maroc,  tous deux membres du collectif.  Il a permis aux jeunes du collectif de surmonter l'épreuve de cet échec et de s'approprier plus encore leur combat  pour la régularisation de tous.

 Depuis, et suite à aux régularisations le collectif s'est renouvelé ; d'autres formes d'expression se sont  crées ; en particulier sur le Rhône " La chorale des sans papiers"  fait un tabac . En 2013, Collomb a interdit à la chorale des sans papiers de chanter ( lien : http://rebellyon.info/collomb-interdit-a-la-chorale-des.html ) ;  c'est dire si les cons ont de l'avenir ( il a été réélu depuis ).

Canon à plusieurs voix

  • Sans-papiers, ce peu … ¨ arrivant de loin

© Mais c’est moi, ª  c’est moi qui suis de ce monde (chœur)

  • Dix huit ans, devenir majeur ¨ c’est un risque majeur

 © Mais c’est moi, (chœur) ª c’est mon avenir qui est en jeu

  • Cette jeunesse oublié ¨ cette ardeur noyée

© Mais c’est moi, (chœur) ª glissant sur la mappe monde

  • Je veux vivre ici ¨ la conscience tranquille

© Sans peur de marcher ª au milieu de la ville.

  • Ni dealer, ni voleur ¨c’est moi qui commence ici (chœur)

©  Ce cœur de silence ª amis, entends-tu le vol noir des corbeaux

  • Et ce chuchotis ….. ¨ qui s’accroche à l’Eldorado.

©  Je stresse grave ª  toujours les mêmes cauchemars

  • Me poursuivant le jour ¨ comme des charognards

 © Mais c’est moi (chœur) ª vivant malgré tout dans l’humain souci

  • Courage partout ¨ il faut vivre encore

©  Sous un ciel qui n’a plus  ª  mémoire d’aurore.

 Sans-papiers, ce peu …¨ arrivant de loin

 © Mais c’est moi, ª c’est moi qui suis de ce monde (chœur)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema