Billet de blog 29 avr. 2022

RC 157 La colère d'une infirmière dit la destruction de nos services publics

"(...) Ce management de l'absurde qui donne mal au bide avant d'aller bosser.../.Des paroles, du mépris, un encadrement qui a abîmé ce pour quoi j'étais formée. / Nous ne sommes plus des compétences, seulement des variables face à l'absence, / De celles qui ont jeté l'éponge en premier ! / C'est fini /Je me serai bien battue / Mon métier tu m'auras tellement plu."

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces paroles sont celles d'une Infisrmière.

(Paroles relayées par le blog de Georges-André).

Paroles qui doivent prendre place dans ces colonnes. Car elles disent un long et douloureux combat mené en commun avec les autres soignants.

Elles disent une profonde colère rentrée.

Une Infirmière qui s'affirme vaincue par les réformes violemment imposées à tous nos services publics pendant 15 ans, obstinément. Depuis la loi T2A lancée contre l'hôpital public. mais ce furent aussi la RGPP, la LOLF, etc...etc.. pendant plus de 15 ans !  Et ça va continuer encore pire. Tous nos services publics .

15 ans pour étrangler les services publics qui fondaient les droits des citoyens en notre démocratie profondément minée, ravagée.  Même celui de la Justice, un ministre a été choisi pour le faire. 

15 ans pour en faire des instruments de domination des Marchés sur le pays, 

Des Marchés qui ont façonné à leur profit une autre façon de penser et de vivre ensemble :  qui ont remplacé nos solidarités structurées pour la sécurité de vie de tous,

par des rivalités, par des méfiances, par des hostilités, des conflictualités, des rejets, des accusations mensongères, des violences. Terreau de l'extrême-droite guerrière.

15 ans pendant lesquels des Présidents et des ministres indignes ont lancé des accusations : woke, islamogauchistes, séparatistes, etc... Ils ont violé nos libertés, trahi notre culture de fraternité, tué, mutilé. Pour le triomphe du fric. Et creusé des inégalités lourdes d'injustices. Et ils s'en prennent aussi à l'enseignement de notre jeunesse. Notre jeunesse dont ils ont peur.

On se souvient d'une classe que la police a contrainte de s'agenouiller : l'aveu du projet de société que nous avons tous ensemble à combattre. Michel-Lyon.

+++++++

c'est fini,
On se sera bien battue.
Mon métier, tu m'auras tellement plu.

Je quitte l'hôpital, j'ai pris ma décision et elle me coûte un sacré paquet de larmes.
Pourquoi j'en pleure, pourquoi cette sensation d'échec énorme ?
Je pleure, car je laisse 10 ans d'espoir de service hospitalier derrière moi, je laisse un morceau de ce qui m'a construit, et aujourd'hui, je le fuis.

Je pleure les restes d'un amour immense,
Un amour pour nos gestes,
Un amour pour les gens,
Un amour pour les rires de mes collègues en parlant
De toutes les anecdotes, qui font que l'on aime autant,
Ce métier.

On ne naît pas soignant, on le devient,
Et les mots pour remercier ceux dont j'ai suivi les exemples n'existent pas !
Etre impassible face aux odeurs, face aux plaies,
Etre clairvoyante dans la panique, au milieu de la douleur, pour aider,
On me l'a appris,
Mille mercis...

Les restructurations on en a déjà vu passer,
Aller manifester, crier notre colère,
Combattre les directions, leurs décisions qui amenuisent toujours un peu plus,
La qualité dans nos mains,
On aura essayé.

Et en un été notre spécialité est fermée, 28 lits, Terminé !
La tarification à l'acte, a gagné.
On perd nos collègues, parfois les meilleures, celles sur lesquelles on comptait,
On a restructuré, ENCORE

Se battre contre le montre, prioriser les soins, toujours plus serrés,
Revenir sur les repos, changer d'horaires trois fois par semaine,
Baisser les yeux de peur de changer de service au pied levé,
Combler les manques, le jour, la nuit,
On l'a fait.

Le début de la fin, c'était il y a des années,
Cette polyvalence oppressante :
« Vous êtes titulaire d'une fonction, pas d'un poste » ;
« Vous êtes infirmière non ?! Donc c'est 24/24 et 7js/7 » ;
« Ecoutez, vous ferez bien ce que vous pourrez »
Ce management de l'absurde qui donne mal au bide avant d'aller bosser.
On a forcé.

Forcé l'évidence,
La brèche, la dissonance,
Alors le doute s'installe, sournois ;
Vais-je mal ? On ne sait plus, on s'écoute si peu,
Y a-t-il encore du sens ? Quelle infirmière suis-je devenue ?
Qui suis-je ? Si je ne peux pas préserver votre pudeur, aller trop vite, c'est aller sans cœur ;
Qui suis-je ? Si je ne peux pas vous expliquer votre ordonnance de sortie, vous laisser partir convaincu, averti ;
Qui suis-je ? Si je ne peux pas vous servir une tisane « exceptionnellement oui » parce que vous réalisez là, maintenant, que vous allez devoir « vivre avec «  effectivement «  ça «  ne se guérit pas ;
Qui suis-je ? Si je ne peux pas vous laisser cet instant d'intimité, je reviendrais plus tard pour vous laisser prier ;
Qui suis-je ? Si je ne prends pas ces minutes précieuses en m'asseyant au bord d'un lit car vous le sentez c'est peut-être pour ce soir « votre grand départ ».
Je refuse de travailler ainsi, mon corps entier me le crie, ces maux,
J'ai simplement besoin que cela cesse, maintenant.

Des paroles, du mépris, un encadrement qui a abîmé ce pour quoi j'étais formée.
Nous ne sommes plus des compétences, seulement des variables face à l'absence,
De celles qui ont jeté l'éponge en premier !

C'est fini
Je me serais bien battue
Mon métier tu m'auras tellement plu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal
L’« Eurafrique » : quand le projet européen soutenait des ambitions coloniales
Les Suédois Peo Hansen et Stefan Jonsson mettent au jour l’origine coloniale de l’Union européenne, dans un essai centré sur le concept méconnu d’Eurafrique. Cette notion controversée connut une gloire éphémère jusqu’à la conclusion du traité de Rome en 1957 avant d’être effacée des mémoires.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan