Billet de blog 30 janv. 2020

RC 94. Résistance à la mise en place du SNU.

Sans bruit l'Armée continue, au dépens du budget de l'Education Nationale, à recruter des volontaires pour ses sessions de SNU. qui est prévu de devenir obligatoire sous 2 ou 3 ans. Je reproduis ici l'annonce d'une rencontre à Lyon samedi 1° février, avec l'Observatoire des Armements et avec le Collectif lycéens contre le SNU.

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Étonnante simultanéité entre le lancement du SNU et la rafale de réformes Blanquer. A analyser globalement, comme politique néolibérale sur la jeunesse. Michl-Lyon.

"En 2020, 40 000 lycéennes et lycéens seront « volontaires » dans tous les départements.
Sa phase OBLIGATOIRE dure un mois dont 15 jours en internat avec un uniforme, un encadrement militaire et civil, le réveil à 6 h 30, le salut au drapeau, le parcours du combattant et déjà des brimades qui rappellent le défunt service militaire.

"LE SNU est pour le moment « volontaire » mais deviendra obligatoire ((2022, 2023 ?) et personne ne pourra y échapper. Sinon, il sera impossible de passer le BAC, le permis de conduire et les concours administratifs.
En cas de refus, c’est donc la mort sociale des réfractaires !
Le SNU c’est le retour en force de l’embrigadement de la jeunesse, de l’apprentissage de l’obéissance aveugle au nom de « l’engagement », de la « citoyenneté », et de la « mixité sociale ». On a rarement vu plus hypocrite.
Il est financé sur le budget de l’Éducation Nationale au détriment des besoins des élèves et des enseignants.
Il permettra aux armées de recruter des personnels plus adaptés à l’idéologie militariste et viriliste.
Durant les périodes « facultatives » ( 3 mois minimum entre 16 et 25 ans), Le SNU permettra de fournir une main d’œuvre quasi gratuite aux associations, aux collectivités, aux administrations et à l’armée. En effet, sur la brochure de propagande pour le SNU, les deux premiers secteurs « d’engagement » cités sont l’armée et la sécurité !
Il habituera à travailler pour rien. Il « apprendra » à se soumettre, à fermer sa gueule et à dire « merci, patron ».

"Dans un contexte où les budgets militaires et les ventes d’armes explosent et où les opérations extérieures se multiplient, « En marche » (ou d’autres) rêvent de mettre au pas l’ensemble de la population par la force, la violence, l’embrigadement, la soumission... pour mieux faire accepter les guerres présentes et futures et la violence sociale.
Ce projet c’est « En marche » ou crève.

"Nous vous invitons à venir en discuter lycéens, enseignants, parents, jeunes et vieux...

"Rencontre et débat avec l’Observatoire des Armements et le collectif lycéen contre le SNU, samedi 1 février à 15 heures
Atelier des Canulars, 91 rue Montesquieu, 69007 Lyon

"À bas l’embrigadement ! À bas toutes les armées ! À bas le militarisme !

"Table de presse et grignotage prévus

La NINA Lyon
Contact : nina-lyon@riseup.net

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau