110. "Santé et économie ne s'opposent pas". Macron, discours Confinement 2.

Le mot économie ne devrait désigner que les rouages matériels qui accompagnent toute activité humaine. Inversion des valeurs : le profit financier maximum est la finalité réelle qui s'impose à tout. Covid19 en dévoile toute la barbarie : La santé publique, l'enseignement public, la culture, notre humanité sont en destruction et la guerre contre les peuples s'étend.

L'Economie ne devrait être que ce qui permet à toute activité humaine de se matérialiser.

Covid19 agit en révélateur :   Révélateur du démantèlement obstiné depuis 15 ans de l’hôpital public de sorte que l'état d'urgence et le confinement s'imposent. 

Et ce confinement est conçu pour entraver la culture et particulièrement le Spectacle Vivant, les concerts et le Livre.

Sous le chaos social du confinement, les multinationales obtiennent les milliards d'euros, ainsi qu'un allègement des contraintes 

graph_remuneration.jpgLe chiffre qui sort de la page est : 24781 879 € pour 2019.       (Tableau Observatoire des multinationales)

Des rémunérations aussi scandaleuses (il faudrait aussi regardes celles des directeurs qui les entourent...) devraient relèver du délit de détournement de biens sociaux

Les multinationales viennent d'obtenir de l'Exécutif  ( du monarque, en fait )  le report, la suspension, l’allègement ou la suppression de régulations sociales et environnementales. 

Les poids lourds du commerce dont Amazon saisissent l'aubaine du confinement dont elles sont exonérées, pour achever d'éliminer ce qui reste su commerce indépendant. Docilité du gouvernement.

Les aides publiques mobilisées pour les plans de" sauvetage et de relance" leur sont destinées. Et elle imposent leur agenda technologique et industriel pour dominer le « monde d’après ».  Les dépenses publiques massives sont engagées sans véritable contrepartie économique, sociale ou environnementale engraissent l’industrie pharmaceutique à l’agroalimentaire, la voiture électrique et le numérique, de nombreuses entreprises, si elle conduisent une fabulation pseudo écologique. Sachant que l'Etat n'ira pas vérifier le réel de leurs activités.

Cette dilapidation de fonds publics est conduite au détriment des services publics qui garantissent nos droits égaux pour tous.

Le secteur des Cliniques privée n'a pas été mis à contribution face au Covid, ou peut-être de façon très marginale.  Mais il détourne les soignants pour les soins rentables, et le secteur public sera resserré sur les soins lourds.

Par contre la DGS a été incapable d'organiser la production de tests, après avoir repoussé les offres de labos publics expérimentés. Et finalement charge un cabinet privé de le faire !  "Mi-avril, la « souveraineté » de la France en matière de production de tests est donc confiée à un cabinet de conseil privé. « Cette mission s’effectue pro bono dans le cadre d’une prestation de conseil industriel. Bain n’est donc pas en charge de la stratégie, mais fournit un appui opérationnel », nous a précisé, au bout de dix jours, la DGS. Le conseil serait donc gratuit et « sans contrepartie », ajoute l’institution qui n’a pas voulu nous préciser à quelle date seraient rendus les travaux du cabinet."    ..." Une « modernisation » de l’État, en forme de coupe drastique dans les effectifs, décidée par le gouvernement d’Édouard Philippe à l’été 2018, avec, en appui, des cabinets de conseils comme McKinsey. La boucle est bouclée et l’État, qui a organisé sa propre défaillance, doit aujourd’hui recourir au privé face à l’une des plus graves crises sanitaires jamais connues."     https://www.mediapart.fr/journal/france/290420/tests-covid-19-la-defaillance-organisee-au-sommet-de-l-etat?page_article=2

 

Aucune étude d'ampleur n'est conduite sur les conséquences sur la santé des pollutions de l'air, de l'eau, des sols, pollutions par radiations pollutions de la nourriture par pesticides, par antibiotiques dans les élevages, et par radiations. Ou de politiques commerciales néfastes qui créent des addictions, par exemple addiction massives des enfants aux sucres et graisses. 

Sans parler des maladies inventées comme le mauvais cholestérol ou autour de l'"hyper tension artérielle" et médicaments-miracles etc...

Quant aux pollutions industrielles du passé (mais encore présentes comme l'amiante), elles sont effacées y compris dans les rares musées qui maintiennent la mémoire de cette époque pourtant très proche.  Quelles traces les archives maintiennent-elles du coût des maladies qui en résultent, ou des maladies professionnelles et accidents du travail ?

Macron nous éblouit avec la dépense en chômage partiel lié au confinement : dépense faite aux dépens de la Sécurité Sociale dont le déficit périodiquement remis sur la table sera utilisé in fine pour mettre en cause l'existence de la Sécurité Sociale elle-même. Au profit des "Couverture Santé" des banques...

Nier que l'économie néolibérale s'engraisse au détriment de la Santé est une trumperie.

Et sacrifier la Santé pour plaire à l'"économie", une imbécilité. Une faute lourde.

 

Etude sur 20 000 contaminés COVID qui en ont peu souffert, au cours des mois suivants, faiblit peu.   https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/le-journal-des-sciences-du-lundi-02-novembre-2020   https://manifestedes90.wixsite.com/monsite

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.