Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Souvent, quand on évoque ce qui se passe en Palestine, on oublie de préciser qu’à l’intérieur de la société israélienne, des gens se battent au quotidien au côté des Palestiniens. A Tel Aviv, Ifraim Davidi, un syndicaliste d’une cinquantaine d’année, barbe de plusieurs jours, membre du parti hadash, un parti qui compte 4 députés à la Knesset (parlement israélien) nous reçoit dans son bureau. Anti-sioniste, il fait le lien entre capitalisme et occupation.

Est-il difficile d’être anti-sioniste en Israël ?

© 

Aux dernières municipales de 2008, notre liste Une ville pour tous s’est présentée contre une coalition sioniste (Kadima, Likoud, Travailliste…) et malgré notre anti-sionisme assumé, nous avons réalisé 30 % des voix. Oui, c’est difficile parfois d’être anti-sioniste parce que certains ne comprennent pas que l’on puisse être Juif Israélien et anti-sioniste et qu’il nous est même arrivé de recevoir des menaces. Ceci dit, cela ne nous empêche pas, et ne nous empêchera jamais de nous battre aux côtés de nos frères Palestiniens. On peut aussi évoquer le cas des Refuznik ; ces jeunes israéliens qui refusent d’exécuter leur service militaire et qui paient le prix fort puisqu’on le jette en prison.

- De France, on entend que les Israéliens, dans leur grande majorité sont pour un état palestinien et pourtant le mouvement de la paix en Israël n’a jamais été aussi peu audible. De plus, lors du mouvement des indignés, la cause palestinienne était absente des revendications.

ID : Et pourtant, je peux vous assurer qu’il existe. C’est vrai que dans les années 80, il y avait plus de monde dans les manifestations contre l’Occupation israélienne. Aujourd’hui, il faut attendre un gros événement pour que les gens se mobilisent, c’est ce qui passé durant l’opération plomb durci à Gaza en 2009. Les temps changent et les modes d’actions diffèrent. Nous sommes actifs sur internet et nous essayons de faire prendre conscience aux Israéliens que le soutien au gouvernement israélien est une menace, non seulement pour les Palestiniens, mais également pour le peuple israélien. Nous restons persuadés que les Israéliens sont prêts à lâcher l’Occupation mais le gouvernement, comme dans d’autres pays, utilisent la peur avant chaque élection pour monter les peuples entre eux. Nous échangeons aussi toujours avec nos homologues palestiniens. En ce qui concerne le mouvement des indignés auquel nous avons participé, je vous assure que beaucoup en parlaient, notamment notre parti, mais que les médias ont préféré taire ses revendications.

- Que pensez-vous de la division des partis palestiniens ?

Pour nous, clairement, elle sert les intérêts du gouvernement israélien car il se sert de ce prétexte en répétant qu’il n’y a pas d’interlocuteur fiable. Ce n’est pas un hasard si Marwan Barghouti croupit dans une geôle israélienne depuis 10 ans, il est l’un des rares, voire le seul, à pouvoir unifier les partis palestiniens entre eux.

45 ans d’Occupation, 500 000 Colons en Cisjordanie, des millions de réfugiés palestiniens, peut-on encore espérer ?

-Oui : la fin de l’Occupation ne peut qu’arriver si la Communauté internationale le décide et c’est à vous, citoyens, où que vous êtes, de faire pression sur vos gouvernements pour qu’Israël respecte les résolutions de l’ONU. En interne, le coût de l’Occupation obligera Israël à terme à lâcher prise : Israël dépense des milliards d’euros pour maintenir ses colonies. Pour finir, je dirai qu’il est important que des internationaux viennent sur place, dans les Territoires Occupés palestiniens afin de rendre compte de la réalité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie