Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Souvent, quand on évoque ce qui se passe en Palestine, on oublie de préciser qu’à l’intérieur de la société israélienne, des gens se battent au quotidien au côté des Palestiniens. A Tel Aviv, Ifraim Davidi, un syndicaliste d’une cinquantaine d’année, barbe de plusieurs jours, membre du parti hadash, un parti qui compte 4 députés à la Knesset (parlement israélien) nous reçoit dans son bureau. Anti-sioniste, il fait le lien entre capitalisme et occupation.

Est-il difficile d’être anti-sioniste en Israël ?

© 

Aux dernières municipales de 2008, notre liste Une ville pour tous s’est présentée contre une coalition sioniste (Kadima, Likoud, Travailliste…) et malgré notre anti-sionisme assumé, nous avons réalisé 30 % des voix. Oui, c’est difficile parfois d’être anti-sioniste parce que certains ne comprennent pas que l’on puisse être Juif Israélien et anti-sioniste et qu’il nous est même arrivé de recevoir des menaces. Ceci dit, cela ne nous empêche pas, et ne nous empêchera jamais de nous battre aux côtés de nos frères Palestiniens. On peut aussi évoquer le cas des Refuznik ; ces jeunes israéliens qui refusent d’exécuter leur service militaire et qui paient le prix fort puisqu’on le jette en prison.

- De France, on entend que les Israéliens, dans leur grande majorité sont pour un état palestinien et pourtant le mouvement de la paix en Israël n’a jamais été aussi peu audible. De plus, lors du mouvement des indignés, la cause palestinienne était absente des revendications.

ID : Et pourtant, je peux vous assurer qu’il existe. C’est vrai que dans les années 80, il y avait plus de monde dans les manifestations contre l’Occupation israélienne. Aujourd’hui, il faut attendre un gros événement pour que les gens se mobilisent, c’est ce qui passé durant l’opération plomb durci à Gaza en 2009. Les temps changent et les modes d’actions diffèrent. Nous sommes actifs sur internet et nous essayons de faire prendre conscience aux Israéliens que le soutien au gouvernement israélien est une menace, non seulement pour les Palestiniens, mais également pour le peuple israélien. Nous restons persuadés que les Israéliens sont prêts à lâcher l’Occupation mais le gouvernement, comme dans d’autres pays, utilisent la peur avant chaque élection pour monter les peuples entre eux. Nous échangeons aussi toujours avec nos homologues palestiniens. En ce qui concerne le mouvement des indignés auquel nous avons participé, je vous assure que beaucoup en parlaient, notamment notre parti, mais que les médias ont préféré taire ses revendications.

- Que pensez-vous de la division des partis palestiniens ?

Pour nous, clairement, elle sert les intérêts du gouvernement israélien car il se sert de ce prétexte en répétant qu’il n’y a pas d’interlocuteur fiable. Ce n’est pas un hasard si Marwan Barghouti croupit dans une geôle israélienne depuis 10 ans, il est l’un des rares, voire le seul, à pouvoir unifier les partis palestiniens entre eux.

45 ans d’Occupation, 500 000 Colons en Cisjordanie, des millions de réfugiés palestiniens, peut-on encore espérer ?

-Oui : la fin de l’Occupation ne peut qu’arriver si la Communauté internationale le décide et c’est à vous, citoyens, où que vous êtes, de faire pression sur vos gouvernements pour qu’Israël respecte les résolutions de l’ONU. En interne, le coût de l’Occupation obligera Israël à terme à lâcher prise : Israël dépense des milliards d’euros pour maintenir ses colonies. Pour finir, je dirai qu’il est important que des internationaux viennent sur place, dans les Territoires Occupés palestiniens afin de rendre compte de la réalité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Des médecins accompagnant des patients en cancérologie confient leurs doutes
La convention citoyenne sur la fin vie qui s’ouvre aujourd’hui doit se prononcer sur une légalisation de l’aide active à mourir. Deux médecins de l’Institut de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, qui sont auprès des malades en fin de vie, partagent leur vécu et leurs interrogations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Appel de Militants mutualistes, responsables ou anciens responsables de mutuelles
Dans un article particulièrement agressif, la Croix (08/09/2022) publie un texte de Tugdual Derville, intitulé « Euthanasie, de quoi se mêlent les mutuelles ? »
par Libre Pensee
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey