Welcome to Palestine

Arrivée sans encombres donc à Tel Aviv. Si on insiste, c'est que c'est jamais gagné, et que cette fois nous avons pu passer en moins de neuf minutes quand en 2011 nous y étions parvenus après près de 9 heures de garde à vue à l'aéroport Ben Gourion.

Arrivée sans encombres donc à Tel Aviv. Si on insiste, c'est que c'est jamais gagné, et que cette fois nous avons pu passer en moins de neuf minutes quand en 2011 nous y étions parvenus après près de 9 heures de garde à vue à l'aéroport Ben Gourion.

Pour le coup, on remercie les autorités françaises qui ont fait plus que leur travail en permettant qu'on ne soit pas questionnés à outrance par les policiers israéliens.

Après la surprise, le départ pour Nazareth, ville qui nous accueille pour la première semaine de notre séjour. 

Nazareth est la plus grande ville arabe israélienne.

Sur place, nous sommes pris en charge par une ONG locale qui prend soin de nous mettre à l'aise en nous répartissant dans nos familles d'accueil. 

On nous emmène visiter les lieux saint de la ville, y compris la mosquée blanche en passant par l'église de l'Annonciation.

Chez les jeunes ou les commerçants de la ville, un même mot d'ordre quand ils découvrent notre groupe de Français : welcome to Palestine.

Rien d'étonnant de la part des arabes palestiniens d'Israël, qui se définissent comme palestiniens au regard de l'histoire.

Visite de la vielle ville, du marché, retour dans les familles pour un échange avec elles et on se retrouve au centre culturel français pour la fête de la musique.

Accueil, chaleur, politisation des esprits... Voilà ce qui frappe d'emblée quand on discute avec les Palestiniens, jeunes ou plus anciens.

Demain, rencontre avec le maire de Nazareth, restez à l'écoute de vos yeux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.