Question d'identité

 « Il est très important que des français viennent dans les villes arabes d’Israël, car ces habitants sont les grands oubliés de l'Histoire ».

 « Il est très important que des français viennent dans les villes arabes d’Israël, car ces habitants sont les grands oubliés de l'Histoire ».

C'est en ces termes que le Directeur du centre culturel français de Nazareth nous a accueillis, dans ses locaux qui méritent à coup sur un petit rafraîchissement...

Il faisait une chaleur écrasante et nous étions tous à la recherche d'un coin d'ombre pour nous protéger du soleil.

Les croissants dans une main et le café dans l'autre, il nous explique combien les arabes israéliens ont un statut peu connu en dehors de cette région du monde et nous fait, ainsi, prendre conscience de la nécessité d'une telle coopération entre villes françaises et villes arabes israéliennes.

Certains d'entre nous n'avaient pas saisi cette importance, et n'avaient pas non plus imaginé qu'il pouvait exister des villes arabes qui n'adhéraient pas à l'autorité israélienne sous laquelle elles étaient placées et ne souhaitaient pas non plus être rattachées à un état palestinien, si un jour il était crée.

Question d'identité....

« Je suis un arabe palestinien citoyen d’Israël ».

Ramiz JARAISY, Maire de Nazareth, se présente à nous ainsi, montrant son attachement à ses racines autant qu'a sa ville.

Nazareth est la plus grande ville arabe israélienne avec plus de 80 000 habitants, nous explique t-il.

Les palestiniens de 1948, comme on appelle les habitants de Nazareth, ont choisi de résister à l'exil forcé au moment de la Nakba (la catastrophe pour les Palestiniens).

Depuis, ils subissent quotidiennement des discriminations de l’État israélien : ils reçoivent, par exemple, moins de subventions qu'une ville israélienne à majorité juive.

Pire, l’État israélien a confisqué il y a plusieurs dizaines d'années des terres à la ville de Nazareth afin d'y construire une ville nouvelle, appelée Nazareth Illit.

Cette ville est très majoritairement peuplée de juifs et dotée d'équipements très modernes, comparativement à la ville originale, peuplée elle d'arabes chrétiens et musulmans pour la plupart.

La situation est très différente de celle de Cisjordanie, en ce que le quotidien d'un arabe israélien est moins difficile que celui d'un palestinien qui peut subir à tout moment l'arbitraire de l'armée israélienne.

Le cheveu grisonnant mais le discours ferme, il aime a rappeler qu'ils sont les habitants originels de la région.

Selon la Bible, Jésus y à vécu, c'est pourquoi, des démarches sont entreprises pour inscrire Nazareth dans le patrimoine de l'Humanité auprès de l'Unesco.

Pour Ramiz JAIRAISY, il y a urgence à préserver la spécificité de cette identité, quand le gouvernement israélien parle de réduire l’État d’Israël à la religion juive.

C'est pourquoi, les élus arabes palestiniens d’Israël ont décidé de créer une association regroupant l'ensemble des collectivités arabes d’Israël.

Et à la question de savoir si la vie à Nazareth ne serait pas meilleure si elle était rattachée à un État palestinien, Ramiz JARAISY nous affirme que cela ne changera rien : même avec l’avènement d'un Etat Palestinien, Nazareth restera une ville israélienne...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.