Billet de blog 26 juin 2012

Projection de Palestine à Ramallah et retrouvailles avec Salah Hamouri

 Il était aux alentours de 9h quand nous avons quitté Nazareth, sous une chaleur étouffante. Le cœur serré, nous avons salué toutes celles et ceux qui nous ont accompagnés durant ces quatre jours. Sur la route de Ramallah, nous nous arrêtons à Naplouse pour une visite de la vieille ville où Abed Saker nous attend.

Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Il était aux alentours de 9h quand nous avons quitté Nazareth, sous une chaleur étouffante. Le cœur serré, nous avons salué toutes celles et ceux qui nous ont accompagnés durant ces quatre jours. Sur la route de Ramallah, nous nous arrêtons à Naplouse pour une visite de la vieille ville où Abed Saker nous attend.

Au détour d'une rue, notre guide, un grand gaillard d'un mètre 90, taillé comme une armoire à glace, nous informe que l'armée israélienne est venue il y a quelques jours faire une incursion, confirmant ainsi les dires du maire de Nazareth sur le non-respect des accords sécuritaires prévoyant le contrôle total de cette zone par l'autorité palestinienne.

Cette visite s'effectue au pas de charge car Abed avait d'autres rendez-vous, c'est donc seuls que nous finissons notre virée sur Naplouse ; son souk, une des plus vieilles fabriques à savon, la mosquée au dôme vert dont l'entrée principale jouxte le clocher d'une église...

Il est 16h et le temps presse. Il faut être à 18h à Ramallah. La projection du film Palestine, de Nadir Dendoune est prévue à l'institut français.

Arrivés sur place, tout le monde semble anxieux : une première diffusion devant un public palestinien n'arrive pas tous les jours.
Cette projection avait déjà été évoquée lors du premier voyage des Observacteurs en avril 2011.

Là, Lucie, une française de Saint-Denis, installée en Palestine depuis dix ans, mère d'un petit garçon d'un an et demi, et Salah Hamouri, l'ancien prisonnier politique, lui même Français par sa mère, nous attendent.

Le public réagit souvent, notamment quand Ruth, la Française de confession juive qui accompagnait le groupe, justifie la colonisation israélienne. Des applaudissement fusent alors qu'Anissa la passionaria, répond à Ruth.

A la fin de la projection, les premières questions...Avouons le : on a vite été rassuré : film courageux, honnête, didactique..Voilà ce qui ressort du débat engagé après le film.
On ne serait pas tout à fait complet si on omettait de vous dire qu'une personne a pointé qu'il manquait la question des réfugiés.
Ce film dure 55 minutes, et on ne peut évidemment pas tout traiter.....

En tous les cas, cette projection est de loin la plus importante, la plus émouvante, donner aux palestiniens, le point de vue de français qui n'étaient jamais allés en Palestine /Israël.

On parle d'une projection à Jérusalem la semaine prochaine, à suivre et d'une possible diffusion sur la télé palestinienne.

Demain, on vous racontera la passionnante rencontre avec Efrayim Davidi, membre du comité central du parti communiste israélien, à Tel Aviv.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie