Billet de blog 12 janv. 2012

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Un débat sur l'éducation passionné?

Selon Luc Chatel, l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles. La publication d’ « un pacte contre l’échec scolaire » signé par nombre de personnalités et d’organisations du monde éducatif semble lui donner déjà raison…

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon Luc Chatel, l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles. La publication d’ « un pacte contre l’échec scolaire » signé par nombre de personnalités et d’organisations du monde éducatif semble lui donner déjà raison…
Lors de ses vœux à la presse, Luc Chatel n’a pas manqué – en toute modestie – de se féliciter des réformes « structurelles » et « fondamentales » de l’Ecole entreprises au cours du quinquennat : réforme du lycée, dispositif d’éducation prioritaire Eclair, expérimentation sur les rythmes scolaires, projets de réforme de l’évaluation des enseignants et de la gouvernance des établissements.
Et le ministre de l’Education n’a  pas hésité à mettre en avant que la droite avait aujourd’hui « une vraie vision de l’éducation, ce qui n’a pas été toujours le cas ». In fine, Luc Chatel a promis une année 2012 passionnante, puisque l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » lors de la campagne des présidentielles.
Il semble qu’il ne sera pas déçu. Ainsi, et toujours dans la perspective des prochaines élections présidentielles et législatives, l’AFEV vient de  publier, en partenariat avec « Libération » et « France Info », un pacte national contre l’échec scolaire signé par cinquante-deux représentants de la société civile (dont Boris Cyrulnik, François Dubet, Stéphane Hessel, Axel Kahn, Pierre Rosanvallon, Elisabeth Roudinesco, Marcel Rufo) et par des organisations de gauche du monde de l’éducation : les Cahiers pédagogiques, la FCPE, la Ligue de l’enseignement, le SGEN-CFDT, le SE-UNSA, le SNUipp  ( la présence du SNUipp - principal syndicat d’enseignant du primaire, appartenant par ailleurs à la FSU – dans cette liste étant en soi-même très significatif de l’importance de cet événement ).
« Pour un pacte national de lutte contre l’échec scolaire
La France, 5ème puissance mondiale, connaît un échec scolaire massif qui se traduit par la sortie du système éducatif de 150 000 jeunes sans diplôme chaque année. Fortement inégalitaire, cet échec scolaire menace la cohésion sociale, à une époque où la réussite scolaire est un sésame de plus en plus indispensable à l’insertion sociale et professionnelle.
Au-delà des chiffres, c’est une réalité très difficile que vivent, dans leur rapport à l’école, des milliers d’enfants et leur famille, et dans une autre mesure les enseignants eux-mêmes. Notre système scolaire est en effet caractérisé par une forte pression sur les élèves et leurs parents et par une compétition qui créent de la souffrance et nuisent à son efficacité.
Il faut passer d’un système de «sélection» à un modèle de «promotion», d’où chaque enfant, quelles que soient ses difficultés et ses appétences, pourra sortir avec la qualification et les compétences nécessaires à son futur parcours, avec un rapport confiant aux apprentissages et une image positive de soi.
Ce ne sont pas des mesures, ni même des réformes aussi audacieuses soient-elles, qui suffiront à redonner à l’éducation son rôle premier et son efficacité. Il faut aujourd’hui définir ensemble le modèle éducatif que nous souhaitons pour la société française. C’est l’un des enjeux des prochaines élections nationales ».
Le pacte, en son entier, est consultable sur le site www.pacteechecscolaire.org ( où on peut le signer ).

PS: selon une dépêche de l'AFP parue jeudi après-midi, Vincent Peillon ( en charge de l'éducation dans l'équipe de campagne de François Hollande ) a immédiatement réagi à l'interpellation des auteurs du Pacte: "Je me réjouis profondément de cette initiative. C'est pour nous une très grande satisfaction - l'Education nationale étant une des priorités de François Hollande - de voir que le débat se noue sur cette question, que la société civile s'investit en propositions sur des sujets qui sont pour nous essentiels [...]. Les sujets soulevés par l'appel, la réforme de l'évaluation des modes d'évaluation des élèves sont au coeur de nos préoccupations [...] Il faut en effet non pas détruire le collège comme veut le faire Nicolas Sarkozy et orienter encore les élèves plus tôt - ce qui sera la machine à trier - mais il faut améliorer les transitions entre l'école élémentaire et le collège" a-t-il fait valoir. Pour "donner les moyens aux élèves les plus en difficulté, mais aussi aux professeurs", l'équipe de Hollande propose d'envisager la possibilité de "plus d'enseignants que de classes, cela veut dire mettre deux enseignants par classe parfois" a souligné Vincent Peillon: "c'est fondamental au moment du CP et du CE, en particulier dans les zones où les enfants sont le plus en difficulté".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes