Billet de blog 15 oct. 2010

Tout commence par le "décervellement" !

GILBERT ARGELES
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Incorporé en 1959 dans un Bataillon de Chasseurs Alpins, je me retrouve, huit jours plus tard, et contre mon gré, à Clermont Ferrand dans une section de préparation des élèves officiers de réserve: section E.O.R. D'autres que moi ne sont pas plus volontaires, mais prêts à "subir", faute de pouvoir faire autrement....

Il s'agit, pour l'armée, de faire de nous des chefs militaires, prompts à exécuter les ordres sans broncher, prêts à supporter et à diriger toutes les horreurs de la guerre. il s'agit aussi de légitimer la guerre d'Algérie.

Sont donc mis en place, à notre intention, des cours réguliers (plusieurs fois par semaine) d'action psychologique. Je me rappelle la salle flambant neuf, avec, au fond, une immense carte du monde, affublée d'une aussi immense flèche d'un rouge bien gras, partant de Moscou, obliquant vers le Moyen Orient et aboutissant... à Alger....

Les cours sont assurés par des sous-officiers baroudeurs des guerre d'Indochine et d'Algérie, (très fins psychologues donc) , formatés étroitement pour accomplir ce travail particulier: nous asséner, à répétition, des idées simples , de façon à faire sortir de nos étroites cervelles les idées forcément saugrenues que nous pouvions avoir sur la situation dans le monde et sur la nature de la guerre d'Algérie.

C'était du genre de la blague "Qu'est-ce que tire le tank ?" Réponse: "le tank tire son efficacité de la puissance de ses canons" !

Je ne vais pas vous raconter tout cela en détail tellement cela peut apparaître risible aujourd'hui; et puis cela m'angoisse encore: j'avais 25 ans, une solide formation politique et sociale, mais je voyais bien, qu'au fil des semaines , les plus jeunes ou les moins solides, cédaient petit à petit aux arguments simplistes, se faisaient lentement conditionner, acceptaient donc de se former à la fonction de Chef détenant l'autorité et le savoir.

Je préfère juste vous proposer deux fiches "pédagogiques" dont se servaient nos baroudeurs/"psychologues" , rares à être dévoilées, dont vous pourrez apprécier la haute valeur historique et philosophique. Ces deux fiches sont dans les "fichiers attachés", sous forme d'images "jpeg" .

Si l'on ajoute à ces "actions psychologiques" le reste de la journée qui consistait aussi à tenter de nous modeler étroitement à nos futures fonctions, marcher au pas durant des heures sous les gueulantes des sergents-chefs avinés, menaces de suppression des permissions , autres exercices hautement intellectuels et formateurs, on peut comprendre que nombre d'appelés aient succombé à cette furia militaire et aient perdu , petit à petit, le sens des réalités au moins partiellement... Tiraillés par leur souffrance, par leur culture familiale d'une part et par le simplisme évident des conditionnements dont ils étaient l'objet, ils sont devenus ce que la psychiatrie moderne (américaine) appelle des "bi-pôlaires" c'est à dire des gens à la limite de la psychose maniaco-dépressive. A partir de là, la partie était gagnée pour l'Armée: ils pouvaient embarquer sans crainte pour l'Algérie, surtout pour ceux qui ayant réussi leurs E.O.R. allaient se retrouver à l'école militaire de Cherchell en Algérie, pour poursuivre leur conditionnement, durant quelques mois, sur les mêmes bases que celles énoncées ci-dessus.

Quant à moi, si vous voulez le savoir, je suis resté "deuxième classe" durant mes 28 mois et je ne le regrette pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot