mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 28 juil. 2016 28/7/2016 Édition du matin

Bande d'assistés

La saignée semble se poursuivre sans relâche dans les hopitaux publics : ainsi à l’APHP, une note interne confidentielle de la DRH, passée aux mains des syndicats de personnels, annonce encore 3000 suppressions d’emplois jusqu’en 2014.

La saignée semble se poursuivre sans relâche dans les hopitaux publics : ainsi à l’APHP, une note interne confidentielle de la DRH, passée aux mains des syndicats de personnels, annonce encore 3000 suppressions d’emplois jusqu’en 2014. Rationalisation ? Réorganisation ? Gain d’« efficience » ? On peut s’interroger sur d’éventuelles motivations d’autre ordre qu’économique.

Serions nous en fait, nous les Français, si assistés que le nombre de personnel à notre chevet serait devenu scandaleusement pléthorique ? La base de données Ecostat de l’OCDE permet de répondre par la négative (cf ci-dessous).

edit

Même si les derniers chiffres disponibles pour la France remontent à 2006, notre pays est en 19e position parmi les pays de l’OCDE avec 38,5 employés du secteur sanitaire et social pour mille habitants (contre 55,8 chez les Luxembourgeois, et 58 aux Etats-Unis par exemple). Donc nous ne sommes pas des assistés mais les Autrichiens, Japonais, Néozélandais, Irlandais, Belges, Allemands ; Luxembourgeois, Australiens, Canadiens, citoyens des Etats-Unis, sujets de Grande Bretagne, Suisses, Finlandais, Suédois, Hollandais, Islandais, Danois et Norvégiens …semblent se laisser aller à un intolérable assistanat, nourissant un pachydermique secteur sanitaire et social.

On a déjà pu montrer dans un article antérieur que les dépenses de santé par habitant ne sont pas non plus exorbitantes.

Pour mémoire ci dessous le graphique des dépenses de santé en dollars par an et par habitant... EU ici signifie European Union, la France est la neuvième nation la plus dépensière en comptant les Etats Unis (qui dépensent 7200 dollars par an et par habitant... non représentés sur ce graphique consacré aux dépenses en Europe).

 

Certes mais la merveilleuse protection sociale qui nous couvre douillettement, n’est elle pas à l’origine de dépenses PUBLIQUES intolérables ? Serions nous si chaudement protégés en comparaison avec le reste du monde ? Que nenni, neuf nations « protègent » de façon plus équitable leurs citoyens en ce qui concerne leurs dépense de santé (cf graphique) soit par une meilleure couverture de sécurité sociale soit par une couverture directe des dépenses par l’Etat.

 

Il est tout simplement à craindre que, sans une autre logique qu’une logique économique, les saignées finissent par tuer les patients, déjà 27% des plus précaires déclarent un renoncement aux soins (IRDES, graphique de septembre 2010). C'est plus généralement la pérénité du système de santé français qui est en cause.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

la merveilleuse protection sociale qui nous couvre douillettement, n’est elle pas à l’origine de dépenses PUBLIQUES intolérables ? Serions nous si chaudement protégés en comparaison avec le reste du monde ? Que nenni, neuf nations « protègent » de façon plus équitable leurs citoyens en ce qui concerne leurs dépense de santé (cf graphique) soit par une meilleure couverture de sécurité sociale soit par une couverture directe des dépenses par l’Etat.

Merci de le rappelerApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissementsApplaudissements

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 25 abonnés

L'hôpital, pas la charité

À propos de l'édition
Les ministres passent, les réformes se succèdent... L'hôpital public est dans la tourmente, mais il ne rompt pas encore.