Texte de l'Appel des 1447 soignants

APPEL DES SOIGNANTS POUR LA DEFENSE DE L’HOPITAL PUBLIC« C’est l’hôpital public qu’on assassine ! » La politique actuelle de financement des hôpitaux met les personnels soignants dans un conflit éthique entre leur devoir d’assurer la qualité des soins optimale pour chaque patient, et l’exigence d’une rentabilité financière de l’établissement.

APPEL DES SOIGNANTS POUR LA DEFENSE DE L’HOPITAL PUBLIC
« C’est l’hôpital public qu’on assassine ! »

 

La politique actuelle de financement des hôpitaux met les personnels soignants dans un conflit éthique entre leur devoir d’assurer la qualité des soins optimale pour chaque patient, et l’exigence d’une rentabilité financière de l’établissement.

La réduction des personnels au nom des « gains de productivité » menace la qualité des soins parfois de façon dramatique.

Le détachement, loin des équipes cliniques, de la gestion des compétences et des ressources humaines, coupe les directions de la réalité quotidienne des équipes qu’elles sont censées animer. Contraint par des exigences d’économies intenables, le management directorial ne devient plus qu’un outil de rationnement. La mutualisation, la flexibilité et la polyvalence déstabilisent et démotivent les soignants, déstructurant des équipes dont l’expertise était reconnue.


Les signataires, personnels soignants, médecins, cadres de santé, infirmières, personnels paramédicaux et administratifs demandent :


1°) Pour le financement


- une révision de la dotation financière des hôpitaux : l’enveloppe budgétaire (ONDAM) fixée par la représentation nationale ne doit pas être inférieure aux augmentations des charges hospitalières fixées par le gouvernement lui-même (ce qui n’est hélas pas le cas aujourd’hui) ;

- une répartition de cette enveloppe non selon le principe du « tarif unique » par maladie mais selon un « tarif corrigé » prenant en compte les caractéristiques du bassin de population concerné, les missions des établissements, leur statut, leur taille, la vétusté des bâtiments ,tous facteurs modifiant les coûts de prise en charge

 

2°) Pour l’organisation des équipes hospitalières


- une gestion décentralisée du personnel hospitalier et de l'organisation du travail, liée aux équipes soignantes avec pour objectifs la qualité des soins, leur sécurité et leur efficience et non pas l’obsession de la rentabilité et de l’économie à court terme, déstabilisant les équipes ;

- un remplacement systématique des personnels en arrêt pour des congés maternité ou de longue maladie, en privilégiant dans la mesure du possible les personnels déjà formés et issus de structures analogues ;

- des recrutements pour les postes vacants et l'arrêt de leur suppression comptable ;

- un quota adapté avec une borne minimale de personnel soignant pour chaque unité clinique ;

- la valorisation des compétences acquises dans chaque équipe.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.