Financement de la santé ...suite : hold up à l'hôpital public

L'hôpital coûte cher : 75 milliards d'euros par an (dont 60 pour le secteur d'hospitalisation publique). Ce n'est pas exceptionnel pour un pays développé (cf article du 6 mars)...mais c'est beaucoup pour la dépense publique. Ci-dessous un petit descriptif des modes de financement et de l'étranglement programmé en 2011.

 

L'hôpital public a deux sources de financement

- le remboursement par la tarification à l'activité (80% du financement)

- les enveloppes MIGAC (missions d'intérêt général et d'aide à la contractualisation) environ 20% du financement

La Tarification à l'activité repose sur le principe suivant : à une maladie ou un acte médical donné, un coût d'hospitalisation.
Vous avez la tuberculose diagnostiquée lors de votre hospitalisation, l'hôpital dans lequel vous avez séjourné, recevra, pour votre hospitalisation, x milliers d'euros. Evidemment plus vous sortez vite plus cette hospitalisation est rentable : quelle que soit la durée de séjour ce sont x milliers d'euros qui sont versés...C'est bien sur la raison pour laquelle le soignant a intérêt à prendre garde à ne pas hospitaliser dans son service "le bed blocker" qui fera capoter le budget ... le pauvre sans mutuelle qui ne pourra aller en maison de repos, le vieux, le dément...

Pour mémoire la mission de l'hôpital public est d'accueillir TOUT LE MONDE....pas de faire le tri !

 

 

 

Les Migac qui prennent en charge en charge des missions "non tarifées" (enseignement, recherche, formation continue, prise en charge des toxicomane etc...)

Evidemment la tarification à l'activité pousse au rendement, plus vous avez de séjours, plus vous aurez d'argent. Ainsi en 2010 l'activité hospitalière a crû de 3%...oui mais le financement des hopitaux est voté l'année précédente et l'enveloppe n'est pas extensible !

Alors...mais c'est simple on baisse les tarifs de remboursement du secteur public. Ainsi la baisse devrait atteindre 1%, en 2011. Dans le même temps les cliniques privées comme les professionnels libéraux bénéficient d'une stabilité de leurs tarifs. Parallèlement on bloque une partie des enveloppes Migac pour provisionner un dépassement budgétaire des hopitaux...il y a fort à parier alors qu'il y aura dépassement !!!

La fédération hospitalière de france signale qu'un établissement réalisant une progression d'activité de 2,4% verra son budget augmenter beaucoup moins rapidement que ses charges, d'autant que la progression de l'enveloppe des Missions d'Intérêt Général et d'Aide à la Contractualisation sera de 1% et non de 3%. Il faut par ailleurs noter que si l'enveloppe psychiatrie et soins de suite privées augmentera en 2011 de 3,35%, l'augmentation ne sera que de 2,23% pour le secteur public.

 

Amis lecteurs, prenez une bonne assurance, quand votre hopital public aura fermé elle vous sera utile pour payer l'hopsitalisation en clinique, certes moins couteuse pour la sécu...mais bien plus onéreuse pour le patient : l'hospitalisation en clinique ne tient pas compte des honoraires et suppléments hoteliers...que vous aurez à payer. Et n'oubliez pas de prendre des actions..La Générale de santé ou le groupe Korian ont une progression fort intéressante de leur chiffre d'affaires en 2010...pas de raison que cela s'arrête en 2011 !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.