Pour la votation citoyenne du Centre Hospitalier du Sud Francilien (CHSF)

Pour alerter la population et mobiliser les élus, l'association Sauvons notre Hopital Public lance maintenant une votation citoyenne. En Allemagne, la mobilisation des habitants d'Osnabrück (Basse-Saxe, 163.000 habitants) a permis de s'opposer à la vente de leur hôpital...votez nombreux à Corbeil !

Pour alerter la population et mobiliser les élus, l'association Sauvons notre Hopital Public lance maintenant une votation citoyenne. En Allemagne, la mobilisation des habitants d'Osnabrück (Basse-Saxe, 163.000 habitants) a permis de s'opposer à la vente de leur hôpital...votez nombreux à Corbeil !

Loi HPST et partenariat public privé : la génèse d'un fiasco financier.

Conçu pour être un centre hospitalier ultramoderne à la taille d'un CHU desservant un territoire de santé de 600 000 habitants le Centre Hospitalier du Sud Francilien (CHSF) est un gros chantier. Un partenariat privé public est donc conclu en 2009, entre Eiffage et le CHSF : Eiffage construit, le CHSF devant ensuite payer un bail.

Eiffage se révèle être complètement incapable de tenir ses engagements. Les locaux sont bien livrés comme prévu en janvier 2011, mais le bâtiment est non fonctionnel et dangereux pour les usagers. Plus de 8000 défauts de réalisations sont relevés lors de la visite précedant la prise en main des batiments par l'hôpital, en particulier des dysfonctionnements majeurs dans l'alimentation électrique, dans celui en eau froide et dans le réseau informatique. Eiffage est donc sommée de les corriger. Devant l'ampleur des travaux supplémentaires à réaliser, Eiffage demande 100 millions d'euros à l'établissement. La société demande que le loyer annuel à verser par l'établissement passe de 30 millions à 41 millions d'euros (ce qui représente un surcôut pour le contribuable de 330 millions d'euros sur 30 ans)! En outre l'établissement devra s’acquitter d'un loyer de 38 millions d'euros pour l'année 2011 pour site non utilisé.

 

Dès lors le conseil de surveillance de l’hôpital s'insurge contre ces développements qui mettent gravement en péril les finances du CHSF alors que les efforts de la direction et du personnel avaient permis de remettre les compte à l'équilibre en 2010. Manuel Vals (député maire d'Evry et président du conseil de surveillance) et Alain Verret (directeur du CHSF) demandent, le 30 juin 2011, la sortie du partenariat public privé.

 

 

Ce fiasco financier est aggravé par les dysfonctionnements majeurs de la gouvernance instituée par la loi HPST (loi Bachelot) votée en 2009. Cette loi rne donne plus aux élus et soignants le pouvoir de peser sur la gestion de l'hôpital, leur avis n'est plus que consultatif. Les décisions sont pilotées à distance par l'Agence régionale de Santé (ARS) . Il en résulte des décisions aberrantes : à force de réduire le personnel par mesures d'économies un étage complet (sur 4) est actuellement inoccupé et seulement un tiers des salles de blocs opératoires ne pourront fonctionner faute de panseuses et d'anesthésistes. L'ARS demande pour résoudre le problème de financement que soient fait 2 millions d'euro d'économies en réduisant encore la masse salariale ...ce qui ne peut que réduire l'activité et donc rendre encore plus impossible de payer le loyer de l’hôpital.

 

Ne pouvant mettre en place le plan de retour à l'équilibre suicidaire pour les finances de l'hôpital que l'ARS impose, le directeur fait valoir prématurément ses droits à la retraite et quitte ses fonctions le 31 Aout 2011. Un collège médical extraordinaire réuni en urgence le 2 septembre décide de créer une association de sauvegarde du CHSF.

Pour alerter la population et mobiliser les élus, l'association Sauvons notre Hopital Public lance maintenant une votation citoyenne. http://www.sauvonsnotrehopitalpublic.com/

En Allemagne, la mobilisation des habitants d'Osnabrück (basse saxe, 163 000 habitants) a permis de s'opposer à la vente de leur hôpital...votez nombreux à Corbeil !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.