Un nouveau centre de consultation à Paris?

Amis malades, une urgence ? L’hôpital ne répond plus, le ministère travaille, allez donc consulter à Bercy

Tapez dans google « urgences hospitalières saturées » et voilà Bourges, Rennes, Vannes, Morlaix, Lens, Colmar, Mulhouse, Clermont-Ferrand, Reims…que des dépêches de mars. Les urgences sont le thermomètre de l’hôpital et rendent compte du mesurable quand la température centrale s’élève.

Pourtant, tout n’est qu’une question d’organisation. A Lyon l’hôpital est à l’équilibre budgétaire et même bénéficiaire de plus de 7 millions en 2017, même si les patients sont aux urgences sur des brancards et les soignants de certains services absents ou, parfois, en grève. Pour être à l’équilibre, les hospices civils de Lyon ont perdu près de 200 paramédicaux par an.

Le gouvernement l’a affirmé "Le temps des rafistolages est révolu". Qualité et pertinence des soins, modes de financement et rémunérations, numérique en santé, ressources humaines, organisation territoriale, les mesures sont prises : des groupes de travail constitués et doivent sous 3 mois rendre des propositions « innovantes ». La précédente ministre avait aussi pris cette mesure forte : pacte de confiance Couty, Cordier, Coretah, stratégie nationale de santé, mission Véran…5 ans de groupes de travail.

Mais pas d’angoisse: l’ondam (objectif national des dépenses de l'assurance maladie) est tenu, le déficit public est à moins de 3%, les premiers de cordées s’envolent.

Amis malades, une urgence ? L’hôpital ne répond plus, le ministère travaille, allez donc consulter à Bercy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.