C'est la fête: 11 milliards pour l'hôpital public!

France Stratégie, organisme dépendant du premier ministre, le démontre : l'hôpital public est sous doté en comparaison avec les autres pays d'Europe Occidentale.

La note de France Stratégie de janvier 2019 détaille la structure des dépenses publiques françaises et les compare aux dépenses publiques de ses voisins. L'étude montre un moindre financement pour l'hôpital public et un sur-financement de la "santé marchande et médicaments".

 

logo

https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-2019-na74-reduire-depenses-publiques-gouardo-lenglart-janvier.pdf

Sur les 2300 milliards de PIB, près de 56% (1290 milliards) sont des dépenses publiques : 1/ par redistributions monétaires (chômage, retraite, allocations), 2/ la fourniture de services sociaux ou culturels , 3/ les administrations centrales et police justice armée, 4/ le reste part en soutien économique, le CICE n'est pas comptabilisé. Vu les 67 millions de français, notre "PIB par tête" est d'environ 34000 euros par habitant et la dépense publique par tête est donc de 19 022 euros (d'après l'INSEE). Pour avoir une comparaison : en Allemagne le PIB est de 3263 milliards soit 39 454  euros par habitant (82 millions d'habitant) dont 44% est consacré à la dépense publique soit 17 359 euros par habitant.

dep-par-tete

La France consacre à peu près le même montant par habitant que ses voisins...ouf ! Mais, il est vrai, nous sommes plus nombreux et moins riches que d'autres.

Quant aux dépenses de santé, France Stratégie le détaille dans la note : 3,6% du PIB sont consacrés à l'hôpital public, soit 0.5% de moins que ses voisins, mais 4,3 % pour la "santé marchande et médicaments" soit 1.4% de plus que les autres, un pognon de dingue en somme.

tableau-depenses

Le texte signale que "si on adjoint  aux dépenses hospitalières celles liées aux cliniques privées, l’importance des dépenses publiques relatives aux établissements de soins situe cette fois la France au-dessus de la moyenne..." affirme la note. En d'autres termes on finance largement par la dépense publique les cliniques.  Vu leur poids dans l'hospitalisation française (25%) et leur caractère également financé par des financements privés : reste à la charge des patients supérieur à celui de l'hôpital public,  versements des mutuelles et assurances pour des surcouts, voire financements par d'autres soutiens (CICE, aide aux entreprises etc...) on peut s'interroger sur l'efficience de cette organisation...

hop

De surcroît la part des dépenses privées (part des mutuelles et assurances) sont très largement supérieures en France par rapport à tous les autres pays sauf les Pays Pas où l'assurance santé est très largement privée. Il n'y a ni la Suisse ni les US dans l'étude. 

prietpu

On appréciera la conclusion :

"L’excès du poids des dépenses de fonctionnement de nos administrations centrales comme locales est connu, mais sans doute surestimé : il représente tout au plus 0,5 point de PIB de plus qu’en moyenne chez nos voisins européens, sur un total de 6 points de PIB. Notre propension à soutenir l’économie marchande via de nombreuses et diverses subventions est peut-être moins connue, et à coup sûr sous-estimée : environ 1 point de PIB de plus que nos partenaires européens, sur un total de 4 points de PIB."

On ne saurait mieux dire pour la santé et cela donne des pistes pour baisser les dépenses publiques

Ainsi au vu de cette comparaison, il serait légitime que l'hôpital public bénéficie de +0.5% du PIB afin d'être au niveau de celui des pays voisins  : 11 milliards, c'est la fête !!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.