Visage-Paysage

Un texte, un concept fondamental pour notre présent et avenir. A la découverte de l'autre tel qu'il soit dans ses origines, son présent et son avenir. Chaque personne est un paysage à découvrir.

Visage-Paysage

La rencontre a eu lieu en 2010 dans une rame de métro, à la station du Louvre. « Vous êtes belle ! », lui a-t-elle dit la première. S’en est suivie une conversation en français, puis en polonais. Elles passaient d’une langue à l’autre sans s’en rendre compte, comme si la même chose continuait à se dire entre elles. Plus rien n’existait autour, pas même l’homme au chapeau qui les écoutait. Et puis l’homme au chapeau a pris part à la conversation : ce qui était un monde à deux est devenu un monde à trois, à plusieurs même, avec les passagers autour qui écoutaient eux aussi.

Après un trajet sans durée, il a fallu descendre de la rame, avec tout de même une promesse : « si vous voulez voir ce que fait ma femme, cherchez « Les Éditions La couleur de tes yeux » ». Quelques semaines plus tard, ils étaient tous les trois dans le jardin de l’homme au chapeau et de la femme aux aquarelles, pour poursuivre leur conversation. C’est là une rencontre comme il s’en produit partout sur terre depuis que l’être humain marche.

À ce jour, l’homme au chapeau, Patrick Croix, et Claire Clouet, s’accordent : "Visage-Paysage" est l'expression la plus appropriée pour définir l'être humain, tel qu’il est dans son passé, son présent et son devenir. Tel qu’il reconnaît un autre être humain, tel qu’il est toujours plus qu’un individu. Depuis que l’homme est en marche, le Visage-Paysage se transforme à chacune de ses foulées. En 2019, ce concept prend forme sur le papier, et toujours au quotidien dans des rencontres imprévues avec des femmes et des hommes qui ne s'attendaient pas à être emmenés dans cette idée d'être au monde.

Claire Clouet

 

Ce qui importe, est, que cette notion de Visage-Paysage puisse être partagée oralement au quotidien. La partager avec son style, avec ce que nous sommes. Ce n'est pas ici une leçon à donner où un devoir à accomplir, c'est construire par le langage une communauté humaine digne de ce nom.

Quelle que soit la personne, son âge, sa structure physique et psychique, quels que soient ses origines, la pigmentation de sa peau, sa langue, son accent, son histoire, sa filiation, son passé, son présent et son devenir, chaque visage est un Visage-Paysage à découvrir, et ceci d'une manière réflexive, pour la construction de la communauté telle que nous la souhaitons, humaine.

Hier encore dans la rue, très enrhumé; je demande un mouchoir à un groupe de jeunes gens (femmes et hommes), ils viennent de tous horizons et forment par leurs diversités une Unité, sous le prisme d'une goute d'eau, ils sont Un-arc-en-ciel. Après les avoir remerciés, je n'ai pas pu m'empêcher de leur dire: «Vous avez de beaux Visage-Paysage !» . Intrigués ils me demandent ce que cela veut dire ? En réponse, je leur conte l'histoire du Grand-père et l'enfant, ( ... voire et nommer la couleur de nos yeux, pour être présent au monde, à cet instant même). Une notion à laquelle ils adhérent spontanément. Dans un deuxième temps, je leur décris ce qu'est un Visage-Paysage. Ils s'y reconnaissent, ils en sont convaincus et heureux. L'Arc-en-ciel en saisit le sens et son enjeu, " merci, nous le transmettrons, merci". L'arc-en-ciel s'éloigne, s'évapore couleur pastel, poursuit son chemin et réapparaît encore plus éblouissant à d'autres regards, illumine et révèle l'humanité.

Patrick  Croix

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.