Sunnites/Chiites : un Islam fracturé

Vieille de 1400 ans, la fracture entre sunnites et chiites continue de diviser le monde musulman et est au cœur de nombreuses tensions et conflits.

Pour comprendre la division entre sunnites et chiites, il faut remonter aux origines de l’Islam. En 632 (de l’ère chrétienne), soit 22 ans après la Révélation et 10 ans après l’Hégire, le Prophète Muhammad meurt. Se pose alors la question de sa succession. Cette question est au cœur des tensions qui animent le monde musulman. On met alors en place le califat. La communauté est dirigée par un calife, successeur du Prophète. Il est en charge de guider les musulmans, tant sur le plan religieux que politique. Les quatre premiers sont appelés « bien-guidés » (rashidûn). Le premier d’entre eux est Abu Bakr. Proche compagnon du Prophète, il fut parmi les premiers convertis et sa nomination fait l’unanimité. Ce premier calife, pieux et sage, ne dirige la communauté que deux ans. A sa mort en 635, les musulmans choisissent Umar. Là encore, ce choix ne souffre aucune contestation et le second calife de l’Islam, à la fois humble et fougueux, va guider les musulmans durant dix Ans. c’est une période d’expansion de l’Islam, avec notamment la prise de Jérusalem. C’est avec le décès d’Umar que la division au sein de la communauté voit le jour. En effet, le débat fait rage pour savoir qui d’Uthman ou d’Ali doit lui succéder. Ceux qui défendent Uthman sont appelés sunnites car ils se fondent sur la sunna, la tradition prophétique, laquelle veut qu’il ne soit pas fait de distinction d’origine et que le mérite l’emporte. Ceux qui soutiennent Ali sont appelés chiites pour shi’ya Ali, les compagnons d’Ali, ils mettent en avant les liens familiaux entre leur champion et le Prophète. Si il est le cousin et le gendre de Muhammad, cela ne suffit pas à Ali pour se faire élire, c’est Uthman qui est désigné. Si Ali accepte sans problèmes la décision, les tensions restent vivent. Uthman, troisième calife de l’Islam sera finalement assassiné en 656 par un partisan d’Ali. L’assassin semble avoir agit seul et Ali n’est pas impliqué dans le meurtre d’Uthman, ce qui lui permet de prendre sa succession et de devenir le quatrième calife. Cependant Ali doit faire face à des revendications importantes et doit même combattre pour asseoir son autorité. Les Musulmans se déchirent et s’affrontent lors de sanglantes batailles1. Il est finalement assassiné durant la prière par un kharidjite2. Il fait figure de martyr pour les chiites qui le considèrent comme détenteur de secrets divins. Suite à son assassinat une guerre de succession fait rage et oppose les fils d’Ali, Hassan et Hussein au clan des Omeyades. Ces derniers vont l’emporter et mettre en place leur dynastie. C’est la première grande dynastie de l’Islam, ils fondent leur capitale à Damas et propagent l’Islam sunnite.

Aux Omeyades vont succéder les Abbassides, autre grande dynastie sunnite. L’apogée de celle-ci se situe au Xème siècle lorsque l’Islam s’étend du Portugal à l’Afghanistan. On assiste alors à un tournant majeur. D’une part le calife perd de son pouvoir politique aux profits des grands émirs, lesquels appartiennent à un important clan chiite3. Surtout, on assiste en 909 à la proclamation d’un nouveau califat en Ifriqiya (actuelle Tunisie) par Ubayd Allah, fondateur de la dynastie chiite des Fatimides. Face à cette nouvelle menace et à l’incapacité des Abbassides à défendre leur empire, les descendants des Omeyades qui règne sur la province Al-Andalus (péninsule ibérique) proclament à leur tour un nouveau califat en 929. Nous avons donc trois califes distincts qui règnent simultanément et s’affrontent pour étendre leur domination respective. Cette situation va évidemment fragiliser le monde musulman et faciliter la Reconquista4 d’une part et le succès de la première croisade5 d’autre part. De plus, les Musulmans doivent aussi affronter une autre invasion, venue de l’est, celle des Mongols, lesquels vont prendre Bagdad en 1258. Après quatre siècles fastes, l’Islam est alors en recul. La faiblesse du monde musulman est imputable à ses divisions trop nombreuses. Lorsqu'ils étaient unis, les Musulmans ont enchaîné les conquêtes mais ce temps est révolu et « le monde musulman » laisse place à « des pays d'Islam ».

Ce panorama historique explique la situation actuelle du monde musulman. On considère souvent le Proche et le Moyen Orient comme un foyer de conflits. La division entre sunnites et chiites en est une des raisons. Cette fracture religieuse est une des grilles de lecture des tensions et conflits actuels dans la région, même si elle ne suffit pas à les expliquer. C'est par exemple le cas des tensions au Liban où des affrontements ont eu lieu ces dernières années à Tripoli entre musulmans sunnites et allaouites6. C'est le cas en Syrie bien sur, où on retrouve la même configuration. Bachar Al Assad étant allaouite et les groupes rebelles sunnites. La président syrien est donc soutenu par la grande puissance chiite, l'Iran. Ce dernier soutient aussi le Hezbollah au Liban ou les Houthis au Yémen. L'Arabie Saoudite, qui veut s'imposer comme la principale puissance sunnite, soutient les adversaires des groupes chiites et donc les rebelles syriens ou encore le gouvernement yéménite. C'est en fait à une véritable guerre froide qu'on assiste dans laquelle l'Iran et l'Arabie Saoudite, deux des plus gros exportateurs d'hydrocarbures au monde7, s'affrontent indirectement, en soutenant des groupes rivaux. Chacune de ces deux puissances souhaite accroître son influence religieuse, diplomatique, militaire et économique et influence plus ou moins directement les pays voisins. La situation qui en découle est dramatique, l'ONU parle du Yémen comme de la pire crise humanitaire au monde. Ces rivalités entre Arabie Saoudite et Iran, sur fond de divergences religieuses, plus ou moins bien instrumentalisées par les grandes puissances (États-Unis et Russie), sont au cœur des tensions dans toute la région, du Yémen à la Syrie, en passant par le Liban ou l'Irak. Alors qu'environ 85% des musulmans de la planète sont sunnites, les chiites gagnent en influence ces dernières années. Tout laisse à penser que la situation ne va pas se calmer et que cette fracture historique entre musulmans ne fera que s'amplifier dans les années à venir.



1 Bataille du Chameau en 656 et bataille de Siffin en 657.

2 D’abord partisan d’Ali, les kharidjites lui reprochent de s’être soumit à Uthman et quittent ses rangs.

3 Les Bouyides.

4 Conquête de la péninsule ibérique par les rois chrétiens. Prise de Cordoue en 1236.

5 Conquête de Jérusalem en 1099, création des États latins d’Orient jusqu’en 1291.

6 Branche du chiisme.

7 L'Arabie Saoudite est 1ère, l'Iran est 3ème.

 

tableau-chiites

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.