Les Dionysiennes dans la rue les 6, 7 et 8 mars

À l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le collectif féministe « Les Dionysiennes », réunissant des femmes des milieux associatifs, syndicaux, politiques et d’autres horizons, appellent à manifester sur Saint-Denis SAMEDI 6 MARS à 14h00 au départ de la mairie de Saint-Denis.

8marsv3

8 Mars - Journée internationale de luttes pour les droits des femmes

- Nous sommes salariées dans le privé ou dans le public

- Nous sommes précaires en galère, familles monoparentales dans la misère, mal payées, mal logées

- Nous sommes infirmières, aides-soignantes au service des patient.e.s

- Nous sommes caissières au service de client.e.s

- Nous sommes auxiliaires de vie au service de plus âgé.e.s

- Nous sommes enseignantes au service des enfants et des parents

- Nous sommes femmes au foyer au service de tous

- Nous sommes sans-papier.e.s et migrantes, sans droits

- Nous sommes des jeunes, nous sommes des vieilles

- Nous sommes Les Dionysiennes, nous sommes en lutte et en colère

 

Premières de corvée, et souvent mal considérées et premières à payer la crise sanitaire et économique dans un contexte où exploitation, oppression, répression, précarité et pauvreté augmentent.

Mais nous sommes aussi dans la première ligne pour nous battre !

A Saint-Denis, comme ailleurs, les violences existent au sein des familles : féminicides, violences conjugales, incestes.

Les violences sont aussi dans la rue et au travail où une femme sur trois est victime de harcèlement sexiste et sexuel. Quand nous alertons, nous ne sommes pas prises au sérieux. Police, justice, patrons sont le plus souvent là pour nous faire taire.

Depuis la création du collectif féministe ‘’ Les Dionysiennes’’, nous avons dénoncé les violences conjugales et les féminicides ; nous n’oublierons pas Leila. Nous avons exprimé notre colère devant le commissariat pour la non-prise en compte des plaintes de femmes victimes des violences. Nous avons dénoncé les conditions de travail à Carrefour et la mort d’Aïcha, caissière et responsable syndicale, décédée des suites du COVID le 26 mars 2020.

Nous avons manifesté notre solidarité avec les luttes des hospitalier.e.s de Delafontaine et Casanova, avec les agent.e.s de la mairie et de Plaine Commune en lutte pour la défense de leurs droits, des emplois et des services publics.

Nous avons manifesté notre solidarité avec Farida, infirmière contre les violences policières et avec Aline, salariée de H & M, victime de harcèlement au travail.

A Saint Denis comme ailleurs les raisons ne manquent pas de tout arrêter le 8 mars 2021, de faire la grève féministe !

Partout dans le monde, malgré la pandémie, les femmes s’élèvent, prennent la parole, se battent, revendiquent leurs droits. La lutte paie comme en Argentine : contre l’État et l’Église, le droit à l’avortement a pu être arraché fin 2020 !

A Saint Denis comme partout en France, en Pologne, au Chili comme en Italie et en Espagne, en Argentine comme au Nigeria, en Tunisie, en Algérie, au Maroc comme au Liban et sur tous les continents, nous serons toutes dans la rue pour dénoncer et arrêter une société capitaliste, patriarcale et raciste qui nous exploitent, nous soumet et nous tue.

Le 8 Mars 2021, soyons nombreuses à nous mobiliser et à faire la grève féministe, au travail, à la maison, dans la rue, pour nos droits, pour notre émancipation !

Manifestons, prenons la parole, occupons la rue !
• A Saint-Denis, Samedi 6 mars 2021 RDV à 14 h devant la mairie
• Dimanche 7 mars, rassemblement festif et politique des associations féministes, de 13 h à 17 h, place de la République à Paris
• Lundi 8 mars, journée de la grève féministe, MANIFESTATION à Paris à l’appel des associations féministes et des syndicats 

Le Collectif féministe Les Dionysiennes, soutenu par UL Saint-Denis Solidaires, SUD CT Mairie de Saint-Denis, CGT Educ’Action, MRAP, UPML, NPA, LFI, Maison commune, UCL, Permanence Logement Saint-Denis Plaine commune

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.