Francois Longerinas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

MAISON COMMUNE

Suivi par 11 abonnés

Billet de blog 3 févr. 2021

Saint-Denis: le maire liquide le JSD, journal local, la population réagit

Un collectif de lectrices et de lecteurs du Journal de Saint-Denis a lancé la pétition "Rendez-nous notre Journal de Saint-Denis" qui a déjà recueilli plus de 500 signatures en quelques jours.

Francois Longerinas
François Longérinas est journaliste, co-fondateur de l'École des métiers de l'information, coopérative de formation professionnelle et citoyen engagé dans l'économie sociale et solidaire de transformation.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cliquez pour signer la pétition

"Monsieur le Maire de Saint-Denis,

En supprimant la subvention du Journal de Saint-Denis, vous avez condamné à mort notre journal et mis au chômage 16 salariés. Vous prenez prétexte de conflits interne au JSD pour le tuer. La rédaction vous a pourtant assuré qu'une sortie par le haut était possible. Il lui suffisait de quelque mois. Vous avez refusé ce délai.

Monsieur le maire, en ces temps de pandémie, priver les Dionysiennes et les Dionysiens du JSD, c'est les priver encore plus de liens avec les autres, c'est aggraver les souffrances du confinement. La liberté de la presse est déjà attaquée dans tout le pays. Supprimer un journal est grave en démocratie. Votre décision est arbitraire et irresponsable.

Pour nous lecteurs, le JSD c'est un lien essentiel avec Saint-Denis, tout Saint-Denis surtout quand on habite dans un quartier excentré. C'est, chaque semaine, découvrir des talents qui sont la fierté de notre ville multiculturelle et populaire. Ce sont des reportages et des enquêtes qui nous disent l'histoire, le présent et les futurs possibles pour notre ville. Chaque semaine, notre journal est l'écho des énergies du vivre ensemble à Saint-Denis et nous en rend fier. Il est un outil d'intégration des nouveaux arrivants dans la ville. En donnant à comprendre la complexité de Saint-Denis, il aide chacun à y trouver sa place, à se l'approprier et à en devenir acteur.

C'est un espace de liberté au service de la diversité des paroles, des images et de la pluralité des opinions. Un outil partagé qui donne la parole à la population, aux oppositions, aux mobilisations et luttes, dans le respect du pluralisme. Au moment des élections il offre une information ouverte, impartiale et fiable. Vous le savez mieux que personne, monsieur le Maire, pour en avoir bénéficié chaque fois que vous avez été candidat.

Le JSD est une aventure humaine partagée entre les journalistes et nous, les lectrices et les lecteurs.  Un journal pour toutes et tous, aux côtés de toutes et tous, qui met en valeur toute la diversité populaire de Saint-Denis, le miroir bienveillant et exigeant de notre ville.

C'est aussi une exception culturelle unique dans la presse locale française : un journal indépendant, ce qui n’a rien à voir avec les bulletins municipaux qui délivrent sur papier glacé des messages de communication au service de la municipalité.

Monsieur le Maire, le JSD est le BIEN COMMUN de tous les habitants de Saint-Denis.

Le JSD appartient aux Dionysiennes et aux Dionysiens, aux 110 000 habitants de notre ville. Rendez-le-nous.

RETABLISSEZ LA SUBVENTION, LE JSD DOIT VIVRE !

Collectif des lectrices et lecteurs du journal de Saint-Denis

 Cliquez pour signer la pétition

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B