Un mot suite à la dernière opération à l’Hôtel-Dieu de Paris

Une occupation temporaire et symbolique pour réclamer des hébergements d’urgence, mais aussi l’application de la loi de réquisition, a eu lieu ce samedi 13 Février 2021.

par Jean-Jacques Clément

requisitions
Cette initiative a été menée par le collectif Réquisitions qui s’est constitué fin novembre 2020.

Dans la suite de la scandaleuse opération d’évacuation du campement de Porte de Paris, et des brutalités du rassemblement Place de la République à Paris.
Le collectif Réquisition se met en route fin novembre à l’initiative du DAL (Droit au logement). Les premiers signataires sont:  Collectif des jeunes tchadiens en France, Collectif La Vie là, COPAF, CSP 75, DAL, Marche des Solidarités, Solidarité Migrants Wilson, Utopia56, l’association enfants d’Afghanistan... Avec le soutien de : AITEC, BAGAIRUE, Collectif "Plus Jamais ça" Paris, Les Éveillés, Pas Sans Nous, Stop Précarité...

Après ces terribles constats faits par ces collectifs et ces associations, suite à l’évacuation des réfugiés de la Porte de Paris à Saint-Denis qui avait laissé à la rue près d’un millier de personnes.

Ce travail de fond a permis de nombreuses actions collectives dont les dernières avec le « Collectif Réquisitions » : deux manifestations, et deux occupations de lieux pour obtenir une mise au chaud d’urgence mais aussi réclamer la réquisition de locaux vides qui existent en nombre à Paris et dans la région parisienne.

Avec détermination, nous avons décidés de faire ENSEMBLE avec la force de chacune de ses organisations. 

Nous avons fait et appris dans la lutte et les rencontres. Nous avons décidé, rencontre après rencontre, de passer à l’action pour des mises à l’abri d’urgence et pour réclamer haut et fort l’application de la loi des réquisitions.

Nous avons déposé à la préfecture de Région 412 demandes de logement le 11 décembre 2020 avec tous les publics : les réfugiés, les sans-papiers, les mal-logés. Nous avons listé un certain nombre de lieu emblématique qui sont vides.

« Plus de 300 000 sans-abris, avec ou sans papiers, réfugiés, expulsés, fauchés et à la rue, réprimés par la police, entassés dans les foyers, installés par nécessité dans des bâtiments vides, des abris de fortune … 3 millions de logements vides en France dont 400 000 en IDF et 117 500 à Paris, des millions de m2 de bureaux vacants, les meublés touristiques type AirBnB vides etc. La loi de réquisition permet via l’ordonnance de 1945, de loger en urgence des sans-logis et très mal logés, alors que les besoins explosent, que le 115 ne répond plus… ».

S’écouter, se respecter, être ouvert aux propositions des autres, ne pas vouloir à tout prix imposer son projet…

Ce travail patient ou chacun est attentif à écouter les urgences et les attentes des autres notamment celles des personnes les plus concernées nous a permis d’engager 2 opérations de visibilisation du problème et des contradictions de nos gouvernants, voire de nos élus locaux.

Nous sommes passés à l’action en deux temps : occupation d’une école maternelle inoccupée depuis 3 ans à Paris 16ème, c’était ler janvier puis ce samedi 13 février avec l'occupation de l’hôtel Dieu de Paris.

Le Collectif « solidarité migrants Wilson » que nous vous présentons ci-dessous a pris tout sa part dans toutes ces mobilisations avec des centaines de bénévoles mobilisés dans différentes tâches.

Le collectif Wilson nait en novembre 2016

Des habitants, des voisins de quartier face à une situation étrange dans un pays riche. Ils ont découvert sous leur fenêtre de centaines de personnes dormant sous des tentes pour les mieux lotis sur les Jardins Wilson (de La Plaine Saint-Denis). Ils se parlent et décident de mutualiser leurs idées, leurs actions pour apporter une modeste aide alimentaire.
Pendant un an et demi un petit déjeuner 7 jours sur 7, ils ont échangé avec ceux que l’on appelle des migrants, des réfugiés, des exilés. Ces habitants ont voulu comprendre le pourquoi de ce NON ACCUEIL au pays des droits de l’homme. Face à cet état de fait, ils ont interpellés tous les acteurs de la vie politique tant locale que nationale menés des actions de visibilisation et d’informations.                                                                                                                                                     

Une page Facebook https://www.facebook.com/Solidarit%C3%A9-migrants-Wilson-598228360377940.

Ils se sont constitués en Collectif « Solidarité Migrants Wilson », qui encore aujourd’hui agit au quotidien. Et n’a eu de cesse de prendre contact avec les petits comme les grands collectifs et associations. Le collectif Wilson a été aussi aux côtés des sans-papiers lors de « La Marche des Solidarités », à l’automne 2020.

Au court du temps ces habitants ont découvert la situation de ces hommes, de ces enfants de ces femmes. Ils ont décidé de ne pas rester indifférents à ces personnes dormant à même le sol sur l’avenue Wilson dite « La voie royale ». Là encore ces voisins ont décidé de fédérer leurs forces pour apporter un petit réconfort. Ils ont mutualisé leurs compétences, leurs savoir- faire, ont défini leurs objectifs devant cette terrible réalité de la politique de NON ACCUEIL.

Jour après jour, ils se sont organisés et ont agi. Depuis ce premier jour, ils n’ont cessé d’apprendre, de comprendre les dispositifs étatiques, les politiques migratoires qui, années après années, ne font qu’empirer.

Depuis ce premier jour de 2016, ce sont des milliers de bénévoles qui se sont relayés pour agir et dénoncer…

Faire et agir ensemble fédérer les forces sur des principes simples, celui qui dit il fait mais toujours avec le souci de partager avec les autres, de faire avec les autres…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.