Amnesty International a lancé le Marathon des signatures le 3 décembre et il se poursuit jusqu'au 17. Evénement emblématique en cette année de 50e anniversaire du mouvement, il invite les citoyens à agir, dans près de 60 pays et 200 villes en France, en faveur de personnes dont les droits sont bafoués.

© AmnestyFrance
Alors que les autorités concernées ferment les yeux sur la situation de ces personnes en danger, Amnesty International incite chacun à briser la loi du silence.Aidez-nous à faire entendre la voix de ces personnes. Votre soutien est déterminant.

Dans plus de la moitié des cas, l'action des citoyens a un impact positif sur les situations des personnes en danger. En effet, 50 ans d'engagement dans la protection des personnes, dans la dénonciation des horreurs qu'elles subissent au quotidien, nous permettent d'affirmer quelques certitudes :

- Les responsables de violations des droits humains sont toujours, d'une façon ou d'une autre, sensibles aux dénonciations publiques des méfaits qu'ils commettent ;

- Il est peu d'avancées en matière de droits humains qui n'aient été le fait d'une mobilisation publique préalable ;

- Dans un grand nombre de cas, la situation des personnes que nous défendons s'améliore suite à une campagne de mobilisation en leur faveur ;

- Dans tous les cas, pour la personne, le fait de ne plus se sentir seule, apporte un soutien moral important, pour elle, sa famille, ses amis.

 

Le 10 décembre, Amnesty International fait briller la flamme pour ces personnes en danger

Le 10 décembre, journée internationale des droits humains, les visages des personnes seront éclairés à travers des lanternes et des projections murales. Faire la lumière sur leur situation, les sortir de l'ombre, éclairer auprès du plus grand nombre les violations qu'elles subissent, est en effet crucial pour aider celles-ci à recouvrer leurs droits, et obliger leurs bourreaux à leur rendre justice. Les militants d'Amnesty International organisent des évènements partout en France dans plus de 200 villes.

 

À Paris, un bus pour les droits humains sillonne la capitale

Un bus aux couleurs des personnes en danger mises en lumière par le Marathon des signatures, partira le samedi 10 décembre à 14h de la Gare du Nord. Il circulera dans la capitale pour sensibiliser et inviter les citoyens à agir en faveur de ces personnes, prisonniers d'opinion, victimes de torture, de violences sexuelles, groupes menacés d'expulsions forcées, journalistes harcelés, entre autres.

À 16h le bus s'arrêtera Place d'Italie, au Trocadéro à 18h et enfin, place Igor Stravinski (Beaubourg) à 19h30. Pour cette ultime étape, qui prendra la forme d'une veillée à la lumière des projections et lanternes des personnes en danger, seront lus les textes des "plumes" du Marathon des signatures. Des défenseurs des droits humains en danger, et des personnalités, comme Romain Goupil, Marc Kravetz et Franck Pavloff, prendront la parole.

Le public sera invité à allumer une lanterne en faveur d'une personne en danger.

 

Cette année de nombreux artistes et journalistes engagés soutiennent le combat d'Amnesty International

Amnesty International France a demandé à des comédiens, écrivains, compositeurs, réalisateurs, journalistes, de donner leur regard personnel sur une personne en danger mise en lumière durant le Marathon des Signatures. François Morel, Jean-Claude Guillebaud, Dan Franck, Nicolas Lambert, Coline Serreau, Marc Kravetz, Nicolas Bonneau, Franck Pavloff, Agnès Bihl, Romain Goupil, Milk, Coffee & Sugar, Gérard Mordillat, se sont prêtés au jeu, en toute liberté, afin d'offrir un éclairage et un point de vue personnel, une perspective différente sur la personne.

Des textes librement inspirés de la situation proposée, qui n'engagent que leur auteur.

 

Sur internet, 100 000 signatures = 100% de la composition exclusive de Yael Naim avec David Donatien

Amnesty International France et l'agence de publicité La Chose ont imaginé une campagne pour inciter chacun à briser la loi du silence. La mobilisation se déroule à partir du 3 décembre 2011 sur le site de l'événement : www.marathondessignatures.com

En introduction du site, un film d'animation court et poignant présente les histoires de 3 de ces personnes, puis les internautes sont invités à signer les pétitions en faveur de ces personnes en danger.

Les signatures se transforment en notes de musique et composent un hymne à la liberté créé spécialement pour l'occasion par Yael Naim et David Donatien.

Les deux artistes s'associent ainsi au Marathon des signatures. Ils ont composé une musique exclusive de soutien pour ces personnes en danger. Ce sont les signatures de pétitions de chacun qui libéreront la musique. Il faut 100 000 signatures, notre objectif affiché cette année, pour dévoiler l'intégralité de la chanson. La découverte progressive de cette musique, souhaite montrer symboliquement que chaque individu, dans le cadre d'une mobilisation collective, peut produire du changement pour la reconnaissance des droits des personnes en danger.

Cette chanson sera envoyée avec les noms de tous les signataires aux personnes en danger ou à leurs proches afin de leur témoigner la reconnaissance du public en France.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 11/12/2011 01:00
  • Par JJMU

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

18 DÉCEMBRE 2011
JOURNÉE D’ACTION GLOBALE CONTRE LE RACISME,

POUR LES DROITS DES MIGRANTS,

RÉFUGIÉS ET PERSONNES DÉPLACÉES

 

Le 18 Décembre 1990, l’assemblée Générale des Nations Unies a adopté la
Convention internationale pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles. Dix ans après, l'ONU a déclaré le 18 décembre « Journée mondiale de l'immigration ». La déclaration a attiré l'attention des États sur la protection des droits des travailleurs immigrés, quelque soit leur statut juridique dans le pays dans lequel ils résident. Malheureusement, jusqu'en 2011, un grand nombre de pays n'ont pas encore ratifié la Convention, parmi eux il y'a des pays de l'UE, les États-Unis et le Canada.

Les données de l'Organisation des Nations Unies montrent qu'il y a dans le monde 175 millions de migrants. Malgré la contribution qu'ils apportent aux pays où ils choisissent de vivre, ils sont souvent victimes d'abus, de discrimination et de l'exploitation au travail.

Pour cette raison, de nombreux activistes estiment donner une réponse unifiée et globale pour les migrants dans le monde et ceux qui défendent leurs droits parce qu'ils sont victimes de la persécution politique mondiale appliquée par les États et leurs gouvernements.

En 2010, le Forum Social Mondial des Migrations a lancé le 18 décembre
comme journée mondiale d’action contre le racisme, pour les droit des migrants,
des réfugiés et personnes déplacées :

« Appel pour la création d'une Journée
mondiale d'action contre le racisme et pour les droits ».

L'appel a été ratifié lors du Forum Social Mondial en 2011 en réaffirmant la liberté de mouvement et le droit de choisir où vivre, la fermeture des centres de rétentions, d’identification et d’expulsion des migrants et l’annulation de tous les accords et les programmes qui violent les droits humains aux frontières.

Des militants de différents pays ont répondu à cet appel et, à ce jour, des initiatives sont prévues en Argentine, Belgique, Brésil, Cameroun, Canada, Espagne, El Salvador, France, Guatemala, Italie, Mexique, Niger, Pérou, Suisse, États-Unis et l'Uruguay.

Ce travail a rejoint l'effort de la Charte Mondiale des Migrants, votée à l'île de Gorée (Sénégal) en février 2011. Ce document souligne le rôle fondamental que les migrants peuvent jouer comme acteurs socio-politiques dans la construction d'une citoyenneté universelle.

Pour plus d'informations sur les initiatives qui auront lieu dans le monde,
vous pouvez visiter le site www.globalmigrantsaction.org.
Vous y trouverez les contacts des organisations des différents pays qui participent à cette campagne historique pour globaliser les droits des travailleurs migrants, réfugiés et personnes déplacées et pour vaincre le racisme.

Contact: info@globalmigrantsaction.org