Billet de blog 30 nov. 2011

États-Unis : Christi Cheramie, emprisonnée à vie pour un crime qu’elle nie avoir commis

En juin 1994, Christi Lynn Cheramie, alors âgée de 16 ans, fut condamnée, en Louisiane, à l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle, pour avoir plaidé coupable dans le meurtre de la grande tante de son fiancé, culpabilité qu'elle récuse aujourd'hui. Elle a aujourd'hui 33 ans.

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En juin 1994, Christi Lynn Cheramie, alors âgée de 16 ans, fut condamnée, en Louisiane, à l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle, pour avoir plaidé coupable dans le meurtre de la grande tante de son fiancé, culpabilité qu'elle récuse aujourd'hui. Elle a aujourd'hui 33 ans.

Son enfance fut difficile. Abusée sexuellement pendant plus de trois ans par son beau père, elle fit deux tentatives de suicide et fût hospitalisée en psychiatrie. Elle arrêta l'école en cinquième pour s'occuper de son grand-père mourant. Selon ses avocats, fiancée à 15 ans avec Gene Mayeux, celui-ci l'emmena en février 1994 chez sa grand-tante Mildred Turnage, qu'il tua de deux coups de couteau pour lui voler son argent.

Quelques jours après, Christi, interrogée à deux reprises sans la présence d'un adulte ou d'un avocat, avoua. Gene, lui-même arrêté, accusa Christi du meurtre. Elle fut traduite devant une

cour pour adulte, pour meurtre au premier degré, sans tenir compte de son jeune âge et de sa fragilité psychologique liée aux violences subies. L'expert psychiatre notait qu'elle était : «une jeune fille, déprimée, dépendante, et insécurisée, qui semblait avoir physiquement et psychologiquement peur de quitter Gene».

Aux États-Unis, en 1994, en violation des lois internationales, la peine capitale pouvait être requise contre un mineur dans ce type de crime. Les jurés qui sont contre la peine de mort sont exclus du procès par l'accusation. Christi plaida coupable de meurtre au second degré, accusation non passible de la peine de mort. Le juge imposa la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. Le droit international interdit cette peine pour toute personne de moins de 18 ans au moment des faits. Ce principe de droit est reconnu et respecté dans le monde entier sauf aux États-Unis, où environ deux mille cinq cents mineurs au moment des faits sont en prison pour le reste de leur vie, et ce malgré les mises en garde répétées des Comités onusiens des droits de l'homme et des droits de l'enfant.

© AmnestyFrance

En 2001, Christi chercha à faire annuler sa décision : «j'étais terrifiée. Tout ce que je savais c'est que je risquais la peine de mort pour quelque chose que je n'avais pas fait». Sa requête fut rejetée ainsi que les suivantes. Détenue considérée comme «modèle» par des directeurs de prisons, elle a passé son bac et un diplôme universitaire d'études agronomiques, matière qu'elle enseigne dans la prison.

Un des plus proches parents de la victime a déclaré que Christi mériterait une seconde chance, « qu'elle était très, très jeune et que Mildred [ la victime ] nous dirait de la libérer ».

En Louisiane, la loi permet, après quinze ans de réclusion, de déposer un recours auprès du Comité des Grâces dont les membres sont nommés par le gouverneur. Le Comité fait des recommandations non contraignantes pour le gouverneur seul habilité à accorder ou non la grâce, et qui peut le faire avant même l'audition devant le Comité. Christi vient de déposer un recours le 30 novembre 2011, dont l'examen est prévu devant le Comité des Grâces le 23-24 janvier 2012.

AMNESTY INTERNATIONAL demande au gouverneur de Louisiane :

- d'accorder sa grâce à Christi Cheramie, condamnée à l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle, alors qu'elle était mineure aux moments des faits ;

- d'œuvrer à promouvoir une loi qui supprime de façon rétroactive cette sentence pour toute personne mineure aux moments des faits reprochés.

AMNESTY INTERNATIONAL demande également aux autorités fédérales américaines :

- de ratifier sans réserve la Convention des droits de l'enfant, que seuls les États-Unis et la Somalie n'ont pas ratifié.

En savoir plus sur l'emprisonnement à vie des mineurs aux États-Unis

Lire le texte que Gérard Mordillat a écrit pour Christi

Avec Amnesty International, le 3 décembre, agissez sur www.marathondessignatures.com !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr