Affaire Pérol: les dessous d'une polémique

L'affaire Pérol ne cesse de prendre de l'ampleur.

L'affaire Pérol ne cesse de prendre de l'ampleur. Du ministère des finances jusqu'au siège des Caisses d'épargne, en passant par celui de la très influente banque Rothschild, Mediapart résume cette histoire qui est au cœur des polémiques politico-économiques du moment. Et dénonce le coup de force présidentiel.

 

 

Depuis que Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de propulser le secrétaire général adjoint de l’Elysée, François Pérol, à la présidence des Caisses d’épargne et des Banques populaires, pour piloter la fusion des deux banques sinistrées, la controverse s’envenime chaque jour davantage. Car la loi interdit à un haut fonctionnaire de prendre une responsabilité dans une entreprise privée pour laquelle il a émis des avis ou exercé l’autorité publique.

 

Levée de boucliers au Modem et à gauche ; crise de nerfs à la Commission de déontologie qui n’a pas donné son aval à cette nomination, contrairement à ce qu’a cherché à faire croire le chef de l’Etat ; cascade de plaintes en perspectives au plan pénal : à peine installé, François Pérol se trouve déstabilisé.

 

Et cette affaire, après les polémiques de ces derniers mois autour de la bonne fortune accordée à Bernard Tapie par Nicolas Sarkozy, vient illustrer les libertés que cette hyperprésidence prend avec les règles de l’Etat de droit.

 

Lire également nos enquêtes:

 

- Natixis: les fabuleux honoraires de François Pérol

- Affaire Pérol: la Commission de déontologie a pensé démissionner

- Affaire Pérol: la Commission de déontologie inflige un camouflet au pouvoir

- Affaire Pérol: le PS passe à l'offensive

- Oui, l'affaire Pérol est une affaire d'Etat

- Une association porte plainte pour "prise illégale d'intérêt".

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.