MediaVU’, rendez-vous vendredi 19 septembre, à partir de 13 heures

Mediapart et l'agence de photographes VU' vous donnent rendez-vous, à cette même place et dans notre Club, vendredi 19 septembre, à 13 heures précises. Chaque semaine, vous découvrirez l'œuvre d'un auteur de l'agence VU', à travers un portfolio de 12 à 20 photos. Toutes ces photos seront disponibles à la vente en ligne, avec des tirages de collection, numérotés et certifiés, en série limitée de 15 exemplaires, de format 30x40.

Mediapart et l'agence de photographes VU' vous donnent rendez-vous, à cette même place et dans notre Club, vendredi 19 septembre, à 13 heures précises. Chaque semaine, vous découvrirez l'œuvre d'un auteur de l'agence VU', à travers un portfolio de 12 à 20 photos. Toutes ces photos seront disponibles à la vente en ligne, avec des tirages de collection, numérotés et certifiés, en série limitée de 15 exemplaires, de format 30x40. Attention: le premier tirage de chaque photo sera vendu 350 euros, et le prix augmentera ensuite de 10% à chaque nouveau tirage.

 

Dès nos premières gamberges autour de Mediapart, nous avions le projet d'y défendre le photojournalisme. Venus pour la plupart de la presse écrite, nous avions en effet le sentiment qu'au détour de la révolution industrielle qui ébranle nos métiers et nos professions, le travail des photoreporters était malmené, déprécié ou dévalorisé. Affaire de prix et de place. Les journaux papier payent souvent mal les photographes, tandis que leurs photographies servent d'illustrations complémentaires, facultatives ou aléatoires, perdant ainsi en statut et en autonomie. Avec l'explosion et l'extension de la Toile, les sites de flux et d'audience ont accru cette tendance, en utilisant l'image comme un simple clignotant ou une vulgaire décoration, polluée qui plus est par l'agressivité de certaines publicités.

 

Notre ambition de départ était donc de faire une place au photojournalisme en tant que tel, à la manière d'un genre en soi et d'un récit particulier. Non pas en complément de nos articles, mais comme une autre façon de dire le réel, de le réfléchir, de le révéler et de le dévoiler. Evidemment, cette envie était, dans un premier temps, limitée par nos moyens financiers. Tant que Mediapart est en phase de conquête, notre investissement pour le photojournalisme est en deçà de nos souhaits. Ce qui ne nous interdit pas des efforts ponctuels, par exemple avec Patrick Artinian qui a suivi pour Mediapart les débuts de la campagne électorale américaine et dont vous découvrirez la semaine prochaine les reportages. Mais, à d'autres occasions suscitées par l'actualité, des photojournalistes nous ont déjà permis de montrer leur travail. C'est le cas de Pablo Bertholomew, Edouard Bride, Thomas Caplain, Nicolas Guerbe, Nathalie Laulé, Nicolas-François Mison et Sabine Weiss - qu'ils et elles en soient remerciés. Enfin, nous respectons aussi notre promesse initiale ne serait-ce que par abstention et réserve : si Mediapart est parfois austère, c'est parce que nous nous refusons à un usage de la photographie qui la banalise et l'abîme.

 

Tel est le contexte dans lequel est intervenue notre rencontre avec l'Agence VU', fondée autour de Libération par Christian Caujolle et dont l'indépendance a été sauvée par l'architecte Xavier Soule, fondateur d'Abvent, une entreprise novatrice qui a fort bien réussi dans le logiciel d'architecture. Le partenariat qui en résulte nous donne la possibilité de promouvoir éditorialement et de défendre financièrement le photojournalisme. En clair, avec MediaVU', nous vous ferons découvrir des œuvres et nous vous proposerons de les acheter. Le photojournalisme est par excellence un genre métissé qui avance sur une frontière, brouille les classifications et ébranle les repères. Dans le journalisme et en dehors. Dans la création et en dehors. C'est en ce sens qu'il invente un art du présent. Un art dont le présent est la matière.

 

C'est bien pourquoi le travail des photojournalistes a un statut spécifique, où l'information journalistique croise l'œuvre plasticienne. C'est aussi pourquoi le photojournalisme ne cesse d'interroger et de bousculer le journalisme lui-même, comme l'a sans cesse montré, par ses découvertes et ses audaces, Raymond Depardon, aussi bien dans ses photographies, dans ses films et dans les textes qui accompagnent ses livres. Savoir être près et être loin, dit-il souvent pour résumer cet art particulier, ses risques et ses paris. Trop près, trop loin ? Comment bien saisir en s'approchant et, en même temps, garder le recul du regard ? Comment inventer l'entre-deux où se joue la bonne distance et le bon cadre ? Distance et cadre, au croisement desquels se joue la bonne photo - ou, plutôt, pour retourner la formule de Jean-Luc Godard (« Juste une image »), l'image juste.

 

« Le mélange des genres n'est pas la confusion ou l'indécision d'un esprit. Il est le présent de l'art », écrivait le philosophe Jacques Rancière, en conclusion d'une introduction au catalogue de l'exposion du travail de Raymond Depardon à la Maison européenne de la photographie (Détours, 2000). C'est donc ce présent de l'art que vous proposera désormais, chaque semaine, le vendredi, MediaVU', sur Mediapart. Toutes les précisions pratiques sont contenues dans le communiqué commun de Mediapart et de VU' Editions, que je me contente maintenant de reproduire:

 

« Partageant les mêmes valeurs et les mêmes exigences de qualité et d'éthique, particulièrement concernés par l'information et impliqués, Mediapart et VU' Editions (département édition de l'Agence VU') se rencontrent autour d'une même volonté de recherche de nouveaux modes de diffusion et de nouveaux modèles de financement d'un photojournalisme d'auteur.
Dans le flot de signes illisibles des images en multitude que nous déversent télévisions et sites Internet, Mediavu' a pour double ambition de permettre au photojournalisme d'auteur de reconquérir sa place de médiateur de savoir, de compréhension mais aussi, au-delà de sa lecture discrète et furtive à l'écran, de gagner celle de médiateur de mémoire. Comment ? Par son prolongement en tirages de collection accessibles au plus grand nombre.
Chaque semaine, le vendredi à 13 heures, sur Mediapart.fr, les lecteurs de Mediapart auront accès à partir de la rubrique "Le Club" à un nouveau portfolio de 12 à 20 photos d'un auteur de l'Agence VU' présenté sous forme de livre que l'on feuillette. Légendées et contextualisées, toutes ces photos seront disponibles à la vente pour les abonnés de Mediapart.
A chaque photo, son tirage de collection : toutes les photos qui composent les portfolios font l'objet de tirages de collection en série limitée à 15 exemplaires et numérotés - tirage lambda sur papier baryté, format 30x40 ou approchant en fonction du format de la photographie.Chaque tirage est accompagné de son certificat d'authenticité signé par l'auteur.
La mécanique de vente choisie invente une formule transparente, inédite dans l'univers de la photographie, parfaitement adaptée à Internet et à la réactivité que suppose sa pratique. Chaque premier tirage de chaque portfolio sera vendu au prix de 350 euros ; dès qu'il est vendu, le tirage (N°2) suivant voit sa valeur croître de 10% (385 euros), le tirage (N°3) suivant coûte 385 euos + 10%, et ainsi de suite. Les tirages de chaque reportage seront disponibles à la vente jusqu'à épuisement du portfolio concerné et toujours accessible dans la rubrique "Voir les Archives". »

 

Rendez-vous donc vendredi à 13 heures. Que vous soyez simple curieux, lecteur intéressé, amateur éclairé ou collectionneur aguerri. Mais, dans tous les cas, pour défendre le photojournalisme, entre art du présent et présent de l'art.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.