Syrie: coup de filet au Centre Syrien pour la Liberté d'Expression, la blogueuse Ghazzawi arrêtée

RazanGazzawi.jpg

 

Les forces de sécurité syriennes ont arrêté pour la deuxième fois la blogueuse syrienne Razan Ghazzawi pendant un coup de filet effectué hier dans les locaux du Centre Syrien pour la Liberté d’Expression (SCM) à Damas. Parmi les 14 journalistes arrêtés figurent également Mazen Darwish, directeur du centre, sa femme Yara Badr et le journaliste freelance Hanadi Zahlout. C’est la deuxième fois que Razan Ghazzawi – intellectuelle, journaliste et blogueuse symbole de la révolte syrienne - se retrouve empêtrée dans les mailles de la terreur du régime sanguinaire de Bachar al-Assad. La première fois c'était le 4 Décembre dernier, à la frontière syrano-jordanienne, alors qu'elle se rendait à Amman pour assister à un forum sur la liberté de l'information dans le monde arabe. A l'époque elle avait passé 15 jours en prison puis elle avait été libérée sous la pression de l'opinion publique internationale. Le Centre Syrien pour les Etudes et les Recherches Juridiques a immédiatement condamné l’arrestation de la blogueuse. « Nous estimons que ces actes contre les partisans de la liberté d’expression ne font que confirmer la position des autorités syriennes qui veulent à tout prix supprimer les voix qui défendent la liberté d'expression – ont-ils dit dans un communiqué - Cela montre également à quel point sont faux les propos du gouvernement syrien à propos d'une ouverture, d'un dialogue et d'une reforme constitutionnelle ». Dans la journée de hier le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), par la voix de son directeur Robert Mahoney, avait également condamné l'opération et demandé de relâcher immédiatement les journalistes « source précieuse d'information pour savoir ce qui se passe dans le pays ». Selon des sources de Reporters Sans Frontières (RSF) une douzaine de journalistes sont toujours en détention. Parmi eux figurent Alwan Zouaiter, Abd Al-Majid Tamer et Manaf Al Zeitoun, qui ne donne plus de nouvelles depuis son arrestation, le 25 mars 2011.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.