Al-Jazeera et les Frères Musulmans: un mélange explosif

Al-Jazeera proche de l'idéologie des Frères Musulmans ? Lors d'une interview donnée à une chaîne égyptienne et rediffusée par la chaîne de l'Institut de recherche des médias au Moyen-Orient (MEMRI), Abu Al-Gheit, ministre des affaires étrangères égyptien, a voulu d'abord rassurer les autorités du Qatar. Il n'y a aucun problème, il n'existe aucune tension entre le Qatar et l'Egypte. Le problème, dit-il, est avec la chaîne satellitaire Al-Jazeera, basée au Qatar, car sa position semble être trop proche de l'idéologie des Frères Musulmans. « Le problème est cette chaîne - a-t-il dit à la télé égyptienne - car cette chaîne parle toujours de choses qui ne plaisent pas à l'Egypte. Par exemple, si nous avons un souci à ramasser les poubelles, Al-Jazeera est la seule chaîne à en parler. Personnellement, je crois que le vrai problème c'est les gens qui dirigent cette chaîne, des gens proches d'une idéologie qui s'oppose à toute position prise par l'Egypte et qui affirment que la lutte armée est la seule voie possible pour notre nation ». Mais le ministre des affaires étrangères n'est pas le seul à manifester cette inquiétude. Selon des nombreux spécialistes du monde arabe, les Frères Musulmans auraient une profonde influence sur la société bédouine et conservatrice du Qatar. Le directeur général de la chaîne, Wadah Khanfar, était effectivement un membre de l'organisation des Frères Musulmans en Jordanie et un des plus proches collaborateurs de l'émir du Qatar. Le cheikh Youssef Al-Qaradaoui - l'une des figures religieuses les plus controversées et idéologue des Frères Musulmans - est très proche de l'émir du Qatar. Sa femme occupe des responsabilités importantes au sein du conseil d'administration de la chaîne. Al-Qaradaoui gère sa propre émission sur Al-Jazeera, «La chariâa et la vie», une chronique religieuse très suivie dans le monde arabe et musulman. Mamoun Fandy, journaliste au quotidien londonien arabe Asharq Al-Awsat, dans les colonnes de son journal, avait plusieurs fois accusé Al-Jazeera d'être « la chaîne des Frères musulmans ». L'intellectuel réformiste tunisien Khaled Shawkat, directeur d'un centre aux Pays-Bas pour promouvoir la démocratie dans le monde arabe, sur le site Elaph.com, a estimé que Al-Jazeera a été "détournée" par cette organisation islamiste. « Al-Jazeera était une opportunité historique pour faire avancer la démocratie dans le monde arabe - écrivait-il - Mais cette opportunité me semble désormais gâchée. La stratégie médiatique d'Al-Jazeera n'aspire plus à être en compétition avec celle de la BBC ou de la CNN, notamment au niveau de professionnalisme, d'indépendance et de courage. Au contraire, elle est devenue une chaîne affiliée à une certaine organisation politique, idéologique et religieuse (Les Frères Musulmans) dont elle cherche à diffuser les valeurs auprès du public arabe». Des nombreux dirigeants des Frères musulmans ont d'ailleurs utilisé Al-Jazeera comme plateforme. pour diffuser leur message. Le guide suprême des Frères musulmans, Mahdi Akef, y est apparu en 2006 ainsi qu'un membre du Conseil général d'orientation des Frères musulmans, Al-Abdul Munim Abdul Al-Futuh (plus tôt en 2004). Tout cela ne fait que confirmer les doutes du ministre des affaires étrangères égyptien. Dans cette optique Al-Jazeera - considérée longtemps par les médias occidentaux un modèle d'information libre au sein du monde arabo-musulman - serait un écran de fumée derrière lequel se cachent les activités subversives d'un groupe qui vise à discréditer et peut être à renverser un gouvernement national. De quoi être pessimiste sur le degré réel de liberté et d'indépendance dont bénéficient les médias dans le monde arabe.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.