Billet de blog 20 juil. 2022

Pédaler sous 40°C

Mon rythme cardiaque augmente très rapidement. Je suis au ralenti, comme alourdie. La chaleur du macadam est étouffante, notamment lorsque je m'arrête au feu rouge et que l'effort physique qui m'a déjà réchauffé·e monte et me prend à la gorge. Je suis une femme de 27 ans, et je suis livreuse à vélo. 

Karen DM
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lundi 18 juillet, il a fait un plateau à 34-35°C à l'ombre Toulouse. Environ 65°C sur le bitume. Sources : Météociel, EOSDIS Worldview, T° à 14h.

Je suis une femme de 27 ans, je suis livreuse à vélo depuis plus d'1 an. 

Ce que ces chaleurs font ressentir physiquement : mon rythme cardiaque augmente très rapidement, je suis au ralenti car comme alourdie par cette chaleur. Ma bouche se sèche très vite et j'ai rapidement soif. Je transpire rapidement, de partout. Le soleil m'endort. Aussi, la chaleur du macadam est étouffante, notamment lorsque l'on s'arrête au feu rouge et que l'effort physique qui nous a déjà réchauffé·e monte et nous prend à la gorge. Les scooters, motos, voitures, bus, camions qui passent près de moi renvoient une chaleur monstrueuse. C'est dur de partager la route avec eux. J'aime quand mes livraisons sont excentrées, dirigées dans des quartiers résidentiels dont les chemins me couvrent à l'ombre des arbres.

Les semaines de règles, c'est la même peine, mais avec deux fois plus de fatigue, physique aussi bien que mentale, donc encore plus de difficulté à continuer de pédaler et à "se dépasser". Heureusement, j'ai conscience d'avoir un droit de retrait quand je sens ma santé vraiment être en danger.

Du point de vue social, les commandes continuent, même dans des logements situés en fort dénivelé positif, et lorsque j'appelle les client·es pour leur expliquer que je suis incapable de grimper avec ces chaleurs, sous peine de m'évanouir ou d'avoir un problème de cœur, il y a plusieurs types de réponses. Par exemple, l'un a été compréhensif, m'a dit "c'est pas grave, c'est normal, je ferai autrement. Faites attention à vous". Une autre m'a dit "ah bah oui mais je fais comment moi, du coup ?" Avec moins d'empathie. Le personnel de restauration est lui très compréhensif et me propose un verre d'eau fraîche à chaque fois. Mon entourage félicite mon courage et m'envoie ses pensées. Cette solidarité fait du bien. On est un peu tous et toutes dans la même merde, on partage la même planète (et peut-être que ces dangers climatiques sont une façon, malheureuse, de se le rappeler).

Quant à chez moi, ce n'est pas l'endroit idéal pour se rafraîchir : 21 m² en plein centre-ville et en plein soleil en fin de journée. Simple vitrage. Un ventilateur, timide, en guise de rafraîchissement. Ça brasse de l'air chaud plus que ça ne rafraîchit réellement. Les toulousain·es sont certes habitué·es aux fortes chaleurs, mais pas telles. Les infrastructures ne sont pas particulièrement adaptées car cette canicule est nouvelle, et malgré quelques parcs, il n'y a pas suffisamment de verdure. Il y a encore trop de béton et de véhicules qui brassent de l'air chaud. Il y a aussi les magasins dans les grandes rues commerçantes, qui rejettent beaucoup de chaleur avec les mini-clims. Les oiseaux semblent assoiffés. Je mets un bol d'eau sur mon balcon pour les aider. Les chiens doivent aussi avoir les coussinets qui brûlent, il faut faire attention à eux. Enfin, mes plantes d'intérieur sont complètement ramollies, elles aussi. Tous et toutes dans la même merde, je disais.

D'un autre côté, ce job de livreuse à vélo aura entraîné mon corps à la vie en extérieur, aux différentes conditions climatiques (qui, à Toulouse, passent par tous les états : froid, pluie, rafales de vent, pollen qui pique les yeux et la gorge, soleil carbonisant... Parfois les conditions sont parfaites : températures douces, pas de vent, pas de pluie. Mais c'est si rare). Donc même si j'en pète clairement, comme tout le monde, et que j'ai besoin de 2 douches froides par jour pour ne pas m'endormir sous cette chaleur étouffante, j'ai le sentiment que mon corps (ma peau aussi bien que mes organes internes) s'adapte, comme si mes sens et l'environnement se connectaient. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé