3 février 2011 Édouard Glissant. La Désapparition d’un Poète-Combattant, Poème (I).

Lorsque la désapparition du poète se rapproche de notre vivant, c'est comme si la poésie-même nous demandait des comptes, nous apostrophait : "Alors ! Que te reste-t-il dans les tripes, hein ?"... Et je sais qu'à tout coup la question me sera posée d'égale force dans quelques mois, avec pour "deadline" la date de sa naissance au Tout-Monde. Pour toute réponse depuis notre côté de l'horizon.

"Le Diamant que le soleil découpe". Ed'. "Le Diamant que le soleil découpe". Ed'.

 Solitaire avancé dans le Temps des hommes

 Libre(s) !

 

Sentinelle du peuple résilient

Aux siècles de mers,

 

Arbre de sel noir,

Roche Véyative, [en alerte]

Au sommeil des sables éblouis,

 

Gardien de la promesse du jour,

 Et du serment de la nuit.

 

Celui des Caraïbes aux Guyanes,

Où toutes les rivières,

Ont renversé le lit de l’Histoire qui s’endormait,

 

Par le Boukan chofé de braise et de Rhum,

De Foudre et de Tonnerre !

 

 Contre le Sabre blanc,

Qui désormais repose, piqué,

 Entre les algues vertes et l’étoile de mer.

 

Point de repos !...

Qu’après le partage,

 

De la Terre !

Des Eaux !

Et de leurs horizons !...

Soley' !

Pierre CARPENTIER

Le Tailleur de Pierre à Fronde du langage. Ed'. Le Tailleur de Pierre à Fronde du langage. Ed'.
D'aube drapé dans son lit, le fleuve Maroni (Guyane). D'aube drapé dans son lit, le fleuve Maroni (Guyane).
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.