Billet de blog 4 janv. 2018

Guyane. QUE CACHE CETTE VOLONTÉ D’EN FINIR AVEC LES 500 FRÈRES ? (par René Ladouceur)

Il faudra longtemps, comme toujours, pour analyser la véritable origine et le véritable sens du mouvement social de mars/avril 2017. Il nous aura néanmoins fallu moins de temps pour comprendre que Les 500 Frères n’ont laissé personne indifférent, en particulier, c’est de plus en plus clair, la Préfecture de Guyane...

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

René Ladouceur (2017)

 Publié le 03 janvier 2018 à 21h29 sur : politiques-publiques.com

On juge un gouvernement par ses priorités. Ce pourrait être, pour la Guyane, la lutte contre l’orpaillage illégal. Le combat contre l’insécurité. Le désenclavement du territoire. La fiscalisation de l’industrie spatiale. L’incitation à la création d’entreprises innovantes. Le développement de la formation continue. Non, c’est, semble-t-il, la chasse aux 500 Frères. On jurerait que pour l’Etat, il n’y a rien de plus urgent aujourd’hui en Guyane que de neutraliser, décapiter et réduire au silence Les 500 Frères. Ces derniers mois, toutes leurs  apparitions sur la place publique ont été sèchement repoussées par les forces de l’ordre, souvent même à la limite du droit, et deux des leurs ont été prestement convoqués, l’un par la justice, l’autre par la police.

Qu’est-ce qui peut bien valoir aux 500 Frères un tel acharnement ? On rappellera qu’ils ont surgi, au grand soulagement de la population, pour protester contre les meurtres et les braquages qui étaient devenus monnaie courante en Guyane. On rappellera surtout qu’ils sont à l’origine du mouvement social, que d’aucuns qualifient d’historique, au terme duquel les pouvoirs publics, après moult hésitation, se sont engagés à verser plus d’un milliard d’euros pour faire face à la situation d’urgence à laquelle est confrontée la Guyane ; une situation d’urgence que l’on évalue tout de même à plus de 3 milliards d’euros.

On ose donc espérer que ce n’est pas d’avoir épargné le pire à la Guyane qui est reproché aux 500 Frères.

On n’y pense pas assez : l’histoire des relations de la Guyane avec l’Hexagone a été la plupart du temps celle d’un rapport de force. De Paris, la Guyane n’a rien obtenu spontanément, ou si peu. Les interventions des politiques, notamment les parlementaires, ont été reléguées au rang de longues parenthèses entre les mobilisations de la rue. Comme si ces mobilisations étaient devenues un passage obligé, la condition sine qua non pour arracher le minimum, comme le Rectorat de Guyane ou l’Université de Guyane.

Comment ne pas éprouver dès lors le sentiment récurrent mais toujours pénible qu’il existe en Guyane une politique à deux vitesses ? Comment ne pas éprouver, en particulier avec la convocation ces prochains jours devant les tribunaux de Richard Cimonard, un membre des 500 Frères, le sentiment qu’il existe une justice à plusieurs vitesses  ou plutôt une mise à la disposition de la justice à plusieurs vitesses ? Ils sont légions, dans l’Hexagone, ces militants jouant rarement les enfants de chœur sur la voie publique, avec les biens de la République, et qui ne connaissent pas pour autant les réalités de la justice et ses conséquences.

Pis. Comment peut-on juger un acte si on n’analyse pas ses causes profondes ? La vision étriquée d’une situation complexe engendre une injustice. Les Guyanais qui, dans l’affaire, ne perdent pas de vue les motivations, sont convaincus que la justice veut sanctionner non pas un éventuel comportement délictueux mais la demande pressante adressée à la France d’assumer pleinement ses obligations en Guyane. Le malentendu est total. En attendant, l’Etat en Guyane pourrait bien apprendre à ses dépens que, surtout dans un contexte comme le nôtre où l’empreinte coloniale est encore si prégnante, rien ne sert davantage une cause que ses démêlés avec les divers pouvoirs, qu’ils soient politiques ou judiciaires.

Notre situation de sous-développement suscite déjà par elle-même des difficultés et des frustrations. Mais elle est évidemment avivée par le sentiment que le gouvernement est moins pressé de résoudre les problèmes des Guyanais que de défendre ses propres intérêts en Guyane. Dans les esprits c’est de plus en plus insupportable. Autant que la persistance de l’insécurité est une insulte à tous les Guyanais qui doivent faire face à la précarité et à la pauvreté grandissantes.

Dans ce tableau très gris de la Guyane actuelle, il ne faudrait surtout pas laisser croire, par conformisme démocratique, que le peuple, c’est-à-dire chacun de nous, est sans responsabilités. C’est à la double doctrine de l’individualisme et de l’assistantialisme, servilement relayée par les médias, que nous devons l’impossibilité d’articuler ensemble nos actes et nos discours et de vivre dans un grand écart permanent entre renonciation et détermination. Nous n’avons pas fini de nous interroger pour savoir si, à l’occasion de la grande mobilisation de l’an dernier, le mot d’ordre était plutôt « plus de France » ou « plus de responsabilité ».

René Ladouceur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze