Message à Mediapart : se mobiliser contre les chaînes info extrémistes

Il y a longtemps que la parole raciste et haineuse s’est libérée sur de nombreuses chaînes info tv et radios sans la présence de contradicteurs et sans la contestation en masse des citoyens, des politiques, des autorités, de la justice et surtout du CSA. En ce jour anniversaire de La proclamation de la République française du 4 septembre 1870 j’appelle la rédaction de Mediapart à se mobiliser.

L’affaire Obono et la revue Valeurs Actuelles qui a maltraitée la députée dans une de ses parutions continue de susciter la réprobation. Le Parquet a décidé d’ouvrir une enquête pour racisme ce qui a contrarié la facho sphère. Celle-ci a aussi apporté son soutien au directeur de VA remercié par LCI. Toujours mobilisée elle s’en est prise aux propos du nouveau ministre de la justice Dupont-Moretti qui non seulement a récusé le terme « ensauvagement » mais a mis en garde contre le discours populiste.

Il y a longtemps que la parole raciste et haineuse s’est libérée sur de nombreuses chaînes info tv et radios sans être confrontée à la présence de contradicteurs et sans la contestation en masse des citoyens, des politiques, des autorités, de la justice et surtout du CSA. En ce jour de commémoration du 150ème anniversaire de La proclamation de la République française du 4 septembre 1870 j’appelle la rédaction de Mediapart à se mobiliser pour combattre au quotidien ces derives médiatiques qui poussent à la « guerre civile ». Depuis plusieurs semaines on assiste à des actes anti musulmans notamment deux mosquées brûlées à Lyon d’autres ailleurs ont vu sur leurs murs l’inscription de tags d’insultes racistes.  

Il s’agit aussi d’exiger le respect du contradictoire pour obliger ces chaînes à inviter obligatoirement sur leurs plateaux des personnes qui exprimeraient un avis différent. Il est incontestable que de plus en plus la parole extrémiste s’en prend avec acharnement à une cible principale qui est la minorité musulmane mal représentée et mal défendue. Dernièrement, des attaques répétées basées sur de faux arguments cherchent à désigner l'islam et ses adeptes comme les responsables des récentes violences. Elles ont ainsi exploité un sondage tronqué qui révélerait que chez les jeunes « musulmans » 74% placeraient leur conviction religieuse au dessus de la loi de la République. Non seulement la très grande majorité de ceux appelés « jeunes » non pas de réelles connaissances religieuses, le « catéchisme musulman » n’existant pratiquement pas, mais le sondage nous dit qu’ils iraient jusqu’à 25 ans d’âge ! Drôles de jeunes ...

On attend le même sondage chez les citoyens d’autres confessions notamment chrétienne et juive pour faire la comparaison. On verra si des enquêteurs oseront aller demander à un chrétien traditionaliste ou à un juif orthodoxe s’ils placerait sa conviction religieuse au dessus de la loi de la République. On va bien rire.

Indéniablement le but de ces médias insensés est de conditionner les téléspectateurs et les auditeurs et de contaminer les braves gens qui finissent par être désemparés face à l’image négative donnée à cette seule religion monothéiste qu’on charge de tous les maux à chaque occasion sans lui permette le moindre droit de réponse. Ces charges arrivent au même moment que s’ouvre le procès des terribles attentats de janvier 2015. 

Il y a aussi tous ces réseaux identitaires qui véhiculent des idées extrêmes et qui permettent aussi comme à Valeurs Actuelles ou à Causeur des commentaires ouvertement racistes et haineux qui vont jusqu’à appeler aux meurtres. Les associations anti raciste, comme le Mrap, souvent dépassées par l’ampleur de ce phénomène n’ignorent pas que sur les sites de ces médias particuliers il n’y a pas de modérateur ou alors ce dernier ne joue pas son rôle. Seule la fin de l’anonymat pourrait freiner ces dérives mortifères. La loi Avia très attaquée ainsi que la députée qui l’avait présentée, parfois par des termes racistes, voulait responsabiliser les diffuseurs mais pour l’instant elle a été bloquée par le Conseil d’Etat et devrait être modifiée. Mais quand ?

Voici ci-dessous des extraits d’un article du journal Le Monde paru le 06/03/2020 juste avant le confinement pour raison du Covid. Il dénonçait, à la suite de Télérama qu’il cite, cette tendance médiatique qui propage des thèses extrémistes très dangereuses. 

Sur les chaînes d’info en continu, des intervenants très à droite et omniprésents

Dans ces émissions qui vivent de polémiques et de coups d’éclat, les ultraconservateurs sont souvent majoritaires. L’hégémonie a-t-elle changé de camp ? 

Dans certaines émissions de télévision où la punchline est de mise, la complexité n’est pas permise. Bien souvent conçues sur le modèle de l’émission de radio « On refait le match », sur RTL, créée par le journaliste sportif Eugène Saccomano en 2001 et notamment reprise par Pascal Praud en 2012, ces émissions cherchent « le buzz, la polémique et le coup d’éclat par des joutes savamment orchestrées», observe l’historien de la presse Alexis Lévrier.

Ainsi « par cynisme, clientélisme ou idéologie, la mouvance extrême droitière est souvent majoritaire dans nombre d’émissions des chaînes d’info », analyse Samuel Gontier, critique télévisuel pour Télérama et auteur de Ma vie au poste (La Découverte, 2016), recueil de chroniques sur les médias audiovisuels qu’il suit depuis dix ans.

« Sur les plateaux de Laurence Ferrari ou de Pascal Praud, sur CNews, le rapport entre « progressistes »et « réactionnaires » est de 1 pour 4 », poursuit-il.

Rapport de force « déséquilibré »

« Même si le centre de gravité est à droiteil n’y a pas d’unité dans l’espace médiatique, et certaines chaînes ou émissions respectent davantage le pluralisme », tempère Clément Viktorovitch qui a pu – et su – contrer à maintes reprises les sophismes des polémistes droitiers, notamment sur le plateau de Pascal Praud.

Cela dit, le rapport de force est souvent « déséquilibré », reconnaît-il. Lors d’une émission sur le voile, par exemple, « si vous invitez un éditorialiste du Figaro à côté d’un autre de Marianne, d’un troisième de La République en marche qui estime, comme le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, que “le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société”, et que le quatrième est un membre de Boulevard Voltaireou de L’Incorrect – médias dont les présentateurs omettent de dire qu’ils sont d’extrême droite –, les mêmes idées sont représentées sur le même sujet, le tout sous le couvert du pluralisme », insiste Samuel Gontier.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/06/des-polemistes-droitiers-hegemoniques-omnipresents-sur-les-chaines-d-info_6031993_3232.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.