Billet de blog 8 août 2018

L’ADN colonial de la République

Le 9 août sera célébrée la Journée Internationale des Peuples Autochtones. Initiée par l’ONU en 1995, elle vise à sensibiliser sur leur situation et à promouvoir des actions nationales et internationales pour le respect de leurs droits. La France a des peuples autochtones sur ses territoires, elle se doit de prendre toutes les mesures pour appliquer concrètement les droits qui leur sont reconnus

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ambassadeur François Croquette le 28 juin à Genève.

ONU Conseil des Droits de l’Homme (Genève) le 28 juin dernier.

La France rejette pour la Nième fois la ratification de la Convention Nº169 de l’Organisation Internationale du Travail au motif du principe de coloniale indivisibilité de la République !...

À travers les âges, le dogme constitutionnel d’indivisibilité de la République des sept mers sur les trois océans se dresse irréconciliable avec le droit humain contre la reconnaissance des Peuples Autochtones sous le ciel français. Il n’y aurait donc ici de vertu possible en droit que par son action colonialiste sur la Terre...

Les termes de l’intervention de M François Croquette, Ambassadeur de France auprès de l’UE et des Droits de l’Homme à l’ONU :

« Monsieur le Président, chers collègues, Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis pour conclure le troisième cycle de l’Examen Périodique [Universel] de la France. (Qui se tient tous les 4 ans !)

[Voir EPU dans la dernière Lettre d’Information des Droits des Peuples Autochtones de Guyane] Ndlr.

Mon pays reste plus que jamais profondément attaché à cet exercice, outil irremplaçable d’évaluation des politiques publiques au regard du respect et de la promotion des Droits de l’Homme. 

La France a examiné avec soin les 297 recommandations qui lui ont été adressées lors de son audition le 15 janvier 2018. La décision d’accepter ou non, ou d’accepter seulement en partie ces recommandations à fait l’objet d’un processus de consultation interministérielle approfondi. 

Nous avons non seulement répondu aux recommandations mais également rédigé, dans un soucis de clarté, une annexe au document officiel qui explicite sous forme de tableau les positions de la France sur chacune des recommandations.

La Commission Nationale Consultative pour les Droits de l’Homme (CNCDH) que je salue, a  été associée à ce processus. À l’issue de cet exercice la France a accepté 238 recommandations, soit 80% de celles qui ont été formulées. En outre la France accepte en partie 34 recommandations, cela signifie qu’elle en partage le sens, mais qu’elle ne peut les mettre en œuvre en totalité, ou encore, que des obstacles juridiques ou constitutionnels s’y opposent. 

Seules 25 recommandations sont seulement notées ; soit parce que nous ne sommes pas en mesure de les mettre en œuvre, soit pour des raisons juridiques ou constitutionnelles, soit parce que nous ne les approuvons pas sur le fond. 

La France n’a pas accepté par ailleurs certaines recommandations qui impliquaient la reconnaissance des concepts de minorités et de Peuples Autochtones. En effet le droit français repose sur deux principes essentiels consacrés par l’article premier de la constitution : l’égalité de droit des citoyens, sans distinction d’origine, de race ou de religion et l’unité et l’indivisibilité  de la nation. 

Ainsi la France ne reconnaît pas de droit collectif à des groupes qui seraient définis par une communauté d’origine, de culture, de langue ou de croyance. L’affirmation d’identité est le résultat d’un choix personnel, non de critères applicables définissant à priori tel ou tel groupe. C’est en raison de cette conception que la réalisation de statistiques ventilées par origines raciales ou ethniques, évoquées par certaines recommandations n’est pas pratiquée en France. Et c’est en vertu de cette même tradition constitutionnelle d’égalité des individus et d’indivisibilité de la République, que la France ne peut pas garantir des droits culturels collectifs à des groupes particuliers sur un fondement identitaire. 

La France ne peut pas non-plus, pour les mêmes raisons, reconnaître la notion de Peuples Autochtones, et c’est pourquoi elle n’envisage pas à ce stade de ratifier la Convention nº169 de l’Organisation Internationale du Travail.

Cela ne signifie pas bien sûr que la France méconnaît les difficultés auxquelles les personnes appartenant à ces groupes peuvent être confrontées, mais que pour elle, leur protection passe par des politiques publiques adaptées plutôt que par la création de droits spécifiques. »

PS :

Voir La Tribune de France Liberté signée Marion VEBER, « Journée Internationale des Peuples Autochtones : la France doit agir pour respecter leur droits », ici : https://www.france-libertes.org/fr/journee-internationale-peuples-autochtones-france-agir-respecter-leurs-droits/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik