Billet de blog 8 juil. 2016

"L'AUTONOMIE" DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE N'EST PAS CONFORME AUX NORMES INTERNATIONALES

Par le Dr Carlyle G. Corbin (ex ministre des Affaires étrangères des Îles Vierges), Attaché Supérieur de l'ONU (expert indépendant, Conseiller international en Gouvernance) près le Comité des 24 dit Comité Spécial sur la Dėcolonisation. Évaluation au Comité Spécial des Nations Unies sur la Décolonisation. Du Projet d'Ėtudes sur la Dépendance. Le 24 juin 2016. (Le discours prononcé faisant foi).

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À droite, le Dr Carlyle G. Corbin ( Îles Vierges), International Advisor on Governance ; À gauche, Attorney J. Roman Bedor, membre de Rubekul Belau, le Conseil des Chefs de Palau, Conseiller du Président de la République de Palau, auteur de "Palau - To Independent Nation from the Colonial Outpost" présentant son livre au Dr. Carlyle G' Corbin à l'occasion d'une signature à l'université de Guam.

Traduction de la revue "Overseas Territories Review" (Pierre Carpentier)

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres distingués du Comité Spécial,

Je vous remercie de m'avoir donner l'occasion d'adresser à l'ordre du jour du Comité, la "Question de la Polynésie Française", le territoire le plus récemment réinscrit sur la liste de l'ONU des territoires non-autonomes.

 Établissant les bases de la réinscription, une évaluation de l'auto-gouvernance a été entreprise en Polynésie Française pour vérifier si son niveau d'autonomie répond au normes internationales reconnues et en vigueur.

À cet ėgard, l'outil diagnostique des Indicateurs d'Auto-gouvernance (IA ou SGIs) a été utilisé pour déterminer la nature de la relation entre le territoire (la Polynésie) et la Puissance administrante (la France) en matière de statut politique.

 Les IA sont les standards minimums d'auto-gouvernance tels qu'ils existent dans les instances internationales comprenant la Charte de l'ONU, son Assemblée Génėrale, les résolutions de son Conseil Économique et Social (ECOSOC), et les conventions des Droits de l'Homme incluant le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (ICCPR) ; le Pacte International sur les Droits Économiques, Sociaux et Culturels (ICESCR) ; la Comité pour l'Ėlimination de Toutes les Discriminations Raciales (CERD) parmi d'autres conventions appropriées. Ceux-ci sont en accord avec les résolutions de l'Assemblée Générale qui reconnaissent l'auto-détermination comme un inaliénable droit humain. Les avis pertinents de la Cour Internationale de Justice et du Bureau des fonctions juridiques de l'ONU sont compris dans les sources définitives utilisées. 

Les Indicateurs d'Autonomie ont été formulés avec pour référence spécifique la plus petite île des pays et territoires non-indépendants, ils sont utilisés pour identifier la nature de la relation politique entre un cosmopole et un pays non-indépendant. Les IA sont particulièrement adaptés à trois sous-catégories de :

 1) Territoires non-autonomes, 

 2) Territoires qui sont caractérisés - ou plutôt mal caractérisés - comme exerçant des formes autonomes de gouvernance. (comme ce fût notamment le cas avec la Polynésie française avant sa ré-inscription en 2013)

 3) La troisième catégorie comprend les territoires qui ont été intégrés avec leurs pleins droits politiques dans le cosmopole et avec parfois des droits politiques seulement partiels dans le cosmopole. 

Les exemples de ces trois catégories se trouvent dans les régions du Pacifique et des Caraïbes. 

Les évaluations d'Auto-gouvernance (IA) se sont avérées utiles aux territoires eux-mêmes compte tenu de l'absence "des analyses périodiques ... de la mise en œuvre (de la Décolonisation) de la Déclaration" qui devait avoir été achevées dans chaque territoire par mandat de l'Assemblée Générale conformément à ses plans d'action de Décennies Internationales pour l'Éradication  du Colonialisme. De telles analyses n'ont jamais été entreprises alors qu'elles auraient dû être les axes principaux de réalisations importantes des premier, deuxième et troisième plans décennaux d'élimination du colonialisme (IDECs).

 En faisant référence à l'Évaluation de la Suffisance d'Auto-gouvernance de la Polynésie française, trois dimensions ont été analysées :

 Dans la dimension constitutionnelle et politique,

* Le droit à l'autodétermination
* L' Applicabilité unilatérale de dispositions constitutionnelles et les lois de la Puissance administrante (la France).
* La liberté de projeter ou de modifier un contrôle constitutionnel interne du système électoral.

 * Les procédures Juridiques ont  toutes été explorées.

Dans la dimension économique et sociale,


* La nature et la mesure de la relation économique entre le Territoire et la Puissance Administrante.
* Le niveau d'autorité du Territoire pour qu'il s'engage de façon autonome dans des affaires économiques régionales 
* L'importance de la propriété, le contrôle et la souveraineté permanente sur les ressources naturelles par les peuples du Territoire.
*La Juridiction sur les sujets de protection culturelles incluant l'utilisation des langues indigènes

 Dans la dimension stratégique et militaire,

 * L'utilisation du territoire pour des activités militaires avec la référence spécifique aux résolutions anciennes de l'Assemblée Générale lorsque fût abordée la question de savoir si l'établissement de telles installations pourrait empêcher la mise en œuvre de la Déclaration de Décolonisation.

 * En substance, les Indicateurs d'Autonomie (IA ou SGIs) mesurent la relation de puissance - le pouvoir ou le déséquilibre de pouvoir -  qu'une Puissance  administrante maintient et/ou exerce sur le territoire, ses peuples et ses ressources. Dans ce rapport, cette relation, les IA (ou SGIs) évaluent le niveau d'autorité unilatérale de la Puissance administrante à légiférer pour le territoire et ses peuples, sans leur consentement et contre leur volonté.

 _____________________________

L'Évaluation de la Polynésie française a conclu :

 - Que le terme d'autonomie n'est pas appliqué au vu du modèle de dépendance actuelle de la Polynésie française, ce qui révèle un arrangement de gouvernance par la dépendance dont la forme et la nomenclature ont été modernisées au fil du temps, mais non pas en substance.

 - L'Évaluation a constaté qu'un déséquilibre politique significatif demeure, de même que s'exerce un haut degré d'autorité unilatérale par la Puissance administrante sur les dimensions politiques, socio-économiques et stratégiques entre autres domaines.

 - L'Évaluation a identifié des manquements démocratiques significatifs dans ce modèle particulier de gouvernance par la dépendance.

 - En fin de compte, l'Évaluation a déterminé que la Polynésie française "n'a pas respecté les normes internationales reconnues pour la mise en oeuvre pleine et entière d'une autonomie par la gouvernance autonome."

*****

 En conséquence, l'Évaluation d'Autogouvernance pour la Polynésie française a fourni la base analytique principale pour l'adoption par l'Assemblée Générale de la Résolution 67/265, soit la re-inscription du territoire sur la liste de l'ONU des territoires non-autonomes, et confirme d'autant l'applicabilité du droit international à la décolonisation de la Polynésie française en vertu des Résolutions suivantes de l'Assemblée Générale 68/93, 69/103 et 70/100.

 Il est rapporté publiquement qu'une nouvelle proposition, sous la forme d'un "accord", est formulée par la Puissance administrante pour application au territoire. Le Comité Spécial  examinera attentivement si un tel "accord" corrigera le déséquilibre de pouvoir dans la relation politique présente, ou si c'est une forme de modernisation coloniale, plutôt qu'une véritable décolonisation, avec peu ou pas d'effet sur la nature non-autonome de Gouvernance au sein du statut politique de la Polynésie française.

 Pour notre part, le Projet d'Études de Dépendance est voué à conduire l'Évaluation des standards de cet "accord" lorsqu'il sera publié afin d'en vérifier la suffisance d'autogouvernance à l'aide des Indicateurs d'Autonomie et aura le plaisir d'en partager les découvertes avec les États membres de ce Comité selon la modalité appropriée.

Merci, Monsieur le Président.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND