Islam : fête du Mouloud / manif contre «l’islamophobie»

Alors que la manifestation contre l’islamophobie devrait avoir lieu dimanche 10 novembre 2019 dans les rues de Paris, ce samedi 9 novembre 2019 beaucoup de musulmans fêtent l’anniversaire de la naissance du Prophète et d’autres se contentent de le remémorer. Qui connaît réellement la vie du messager de l’islam dans cette ambiance délétère ?

Alors que la manifestation contre l’islamophobie devrait se dérouler dimanche 10 novembre 2019 dans les rues de Paris, ce samedi 9 novembre 2019 marque l’anniversaire de la naissance du Prophète. Qui connaît réellement la vie du messager de l’islam dans cette ambiance délétère ou le sentiment anti musulman est entretenu dans une sorte d’hystérique collective chez des politiques, des éditorialistes ou des animateurs des plateaux télés qui invitent de nombreux névrosés ou encore les réseaux sociaux extrémistes identitaires qui déversent leur haine aveugle et dangereuse propageant des thèses erronées sans contradicteurs avertis. Il est vrai cependant que tous ces excités sont aidés par la vision, dans les rues de notre société, d’une pratique marginale d’un islam dévoyé par des hurluberlus à l’esprit limité qui professent des thèses rigoristes farfelues en contradiction avec l’enseignement du Prophète dont le Coran nous dit qu’il a été envoyé que comme une «miséricorde pour l’Humanité». (Coran chapitre Les Prophètes verset 107). 


1441 ans après, les prédications de celui qui s’est revendiqué «dernier messager de Dieu» envoyé pour confirmer et parachever les religions monothéistes précédentes en attendant le retour du Messie restent très méconnues quand elles ne sont pas déformées. Sur cette filiation avec les révélations antérieures voici un verset parmi de nombreux versets coraniques qui l’évoquent : «Dites : «Nous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, a Ismaël, à Isaac, à Jacob et aux Tribus; à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus; à ce qui a été donné aux prophètes, de la part de leur Seigneur. Nous ne faisons de différence entre aucun d’eux. Et nous sommes soumis à Dieu». (Coran chapitre. II v. 136).

Des personnages historiques faisant autorité ont étudié la vie du Prophète de l’islam et ils l’ont reconnu comme un grand homme jusqu’à l’admirer tout en affirmant leur propre croyance en un «Créateur» que ce soit Goethe, Voltaire, Lamartine, Napoléon Bonaparte, Victor Hugo et de très nombreux autres. De quoi irriter les névrosés des plateaux tv. Nous nous limiterons ici à donner des extraits des déclarations de Napoléon sur ce sujet et de reproduire le poème qu’a consacré à Mahomet (Mohamed) Victor Hugo dans la «Légende des siècles» et nous conseillons de lire celui écrit par Goethe dans son «Diwan Oriental». 

Mais tout d’abord, voici ce qu’écrivait sur le Prophète en 1865 dans son livre «Mahomet et le Coran» Jules Barthélemy Saint-Hilaire (1805/1895) qui appartenait à une grande famille de scientifiques connue déjà du temps de Napoléon. Sénateur il était membre de l’Institut, Académie des Sciences Morales et Politiques, et il avait voyagé en Égypte aux côtés de Ferdinand de Lesseps. On lit à la première page de son ouvrage : «Je me suis appliqué, en étudiant Mahomet, à exercer envers lui une stricte justice. J’ai signalé ses graves défauts à côté de toutes ses vertus, et sa faiblesse à côté de son génie; je n’ai rien dissimulé, ni du mal, ni du bien; et, après avoir balancé l’un et l’autre, j’ai cru devoir porter un jugement favorable sur le prophète de l’Arabie. Selon moi, l’impartiale histoire ne peut plus avoir une autre opinion, désormais, Mahomet lui apparaîtra comme un des hommes les plus extraordinaires et les plus grands qui se soient montrés sur terre.». Un peu plus loin notre honnête homme souligne la mission du Prophète : «A la manière dont il parle des prophètes antérieurs, à l’estime, à la tendresse même qu’il ressent pour eux, on voit bien qu’il ne se croit pas leur égal, encore bien moins leur supérieur; il ne fait que les continuer; il met le sceau à leur doctrine, en la redisant après eux. S’il renverse l’idolâtrie, c’est pour faire revivre, sous ses ruines et ses pratiques sacrilèges, la vraie religion que, par la suite des temps, les hommes avaient méconnue. Il la réveille dans leurs cœurs, où elle a laissé encore des étincelles sous des cendres séculaires.». Parlant du don des miracles des prophètes, l’académicien des sciences morales et politiques précise : «Le seul miracle de Mahomet, c’est le Coran, qu’il récite au nom de Dieu, et qui transporte d’enthousiasme et convertit tous ceux qui ont pu l’entendre. On croît à l’Eternel et à la vie future dès qu’on a écouté le prophète» EnfinBarthélémy de St-Hilaire pour qui «la pensée religieuse est la même», revient à plusieurs reprises sur l’authenticité de l’islam (pages XXXIV et 26 à 30), sur l’apport du «génie arabe» dans le domaine de la philosophie, des sciences, de la poésie, de la chevalerie et de la politesse (pages XXV, 218, 222, 223 et 224).


-Extraits* de «La Grande Pensée de Bonaparte» de Pierre Costantini publié 1940 Éditions Baudinière (Paris). Échanges entre des orientalistes (Marcel, Beauchamp et Nouet) qui avaient accompagné en Égypte Napoléon dont l’auteur du livre cité ci-dessus dit «il faut comprendre avec quelle ardeur son âme sympathisait alors avec l’Islam et sa religion.». Il souligne que Bonaparte «se pencha avec attention sur la religion du Prophète. Bien qu’il eût étudié d’assez près la vie de Mahomet, il ne se lassait pas d’en parler et d’en entendre parler, dans cet Orient dominé par la puissante figure de l’envoyé d’Allah.». Quand l’orientaliste Marcel eut terminé le récit de la vie du Prophète, Bonaparte conclut : «Si vraiment tel est l’islam, ne sommes-nous pas proches des musulmans?».
«L’important, dit Bonaparte, n’est-ce pas de sentir la réalité de Dieu et de s’y soumettre. C’est là l’essentiel de l’Islam et de toutes les religions monothéistes. C’est ce qui m’a fait écrire dans mes proclamations : Nous aussi nous n’adorons qu’un seul Dieu.».

Parlant des hommes, l’auteur nous livre sa pensée que l’on constate encore aujourd’hui : «Les fossés se creusent entre eux par suite de ces malentendus qu’envenime l’esprit de confusion. L’ignorance fait le reste. Elle enfante le fanatisme. C’est alors le choc des passions. Que n’a-t-on pas inventé, que de calomnies, que d’erreurs se sont accumulées contre l’Islam et son Mahomet?». 

Pour Bonaparte : «Les hommes sont des enfants. Ils se battent entre frères pour des mots. Celui qui voit clair est le plus grand pacificateur. Il ne tient qu’à nous de faire disparaître l’artifice des différences anodines. Elles ont suffisamment ensanglanté le monde.». 

Marcel : «Plus on étudie la religion de Mahomet, plus on pratique les vrais musulmans, plus on les estime. ».

Bonaparte : «Je n’ai jamais caché ma sympathie pour la religion du Prophète et pour la personnalité de Mahomet. ». ... «Décidément, nous sommes beaucoup plus aptes à comprendre l’islamisme que les autres religions.». 

L’auteur précise qu’il «n’invente rien» et qu’il se reporte «aux confidences de Sainte-Hélène» et d’ajouter selon les Mémoires de Gourgaud : «L’empereur lit, tout bas, le Coran. Il relève la tête et déclare, songeur : la religion de Mahomet est la plus belle.».

 

-Poème écrit en 1858 par Victor Hugo sur le Prophète de l’islam. Il contient des détails tellement précis que bien des musulmans ne connaissent pas suffisamment. Tout indique l’étude approfondie de la religion de Mahomet par l’auteur des Misérables. On ne peut en douter. 

                 L’an neuf de l’hégire 

Comme s’il pressentait que son heure était proche,

Grave, il ne faisait plus à personne une reproche;

Il marchait en rendant aux passants leur salut;

On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu’il eût

A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire;

Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire,

Se souvenant du temps qu’il était chamelier.

Il semblait avoir vu l’Eden, l’âge de d’amour,

Les temps antérieurs, l’ère immémoriale.

Il avait le front haut, la joue impériale,

Le sourcil chauve, l’œil profond et diligent,

Le cou pareil au col d’une amphore d’argent,

L’air d’un Noé qui sait le secret du déluge.

Si des hommes venaient le consulter, ce juge

Laissait l’un affirmer, l’autre rire et nier,

Ecoutait en silence et parlait le dernier.

Sa bouche était toujours en train d’une prière ;

Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre;

Il s’occupait de lui-même à traire ses brebis ;

Il s’asseyait à terre et cousait ses habits.

Il jeûnait plus longtemps qu’autrui les jours de jeûne,

Quoiqu’il perdît sa force et qu’il ne fût plus jeune.

A soixante-trois ans une fièvre le prit.

Il relut le Coran de sa main même écrit,

Puis il remit au fils de Séid la bannière,

En lui disant : «Je touche à mon aube dernière.

Il n’est pas d’autre Dieu que Dieu. Combats pour lui.»

Et son œil, voilé d’ombre, avait ce morne ennui

D’un vieux aigle forcé d’abandonner son aire.

Il vint à la mosquée à son heure ordinaire,

Appuyé sur Ali le peuple le suivant;

Et l’étendard sacré se déployait au vent.

Là, pâle, il s’écria, se tournant vers la foule;

«Peuple, le jour s’éteint, l’homme passe et s’écroule ;

La poussière et la nuit, c’est nous. Dieu seul est grand.

Peuple je suis l’aveugle et suis l’ignorant.

Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde.»

Un cheikh lui dit : « o chef des vrais croyants ! le monde,

Sitôt qu’il t’entendit, en ta parole crut;

Le jour où tu naquit une étoile apparut,

Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent.»

Lui, reprit : «Sur ma mort les Anges délibèrent;

L’heure arrive. Ecoutez. Si j’ai de l’un de vous

Mal parlé, qu’il se lève, ô peuple, et devant tous

Qu’il m’insulte et m’outrage avant que je m’échappe;

Si j’ai frappé quelqu’un, que celui-là me frappe.»

Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton.

Une vieille, tondant la laine d’un mouton,

Assise sur un seuil, lui cria : «Dieu t’assiste !»

Il semblait regarder quelque vision triste,

Et songeait; tout à coup, pensif, il dit : «voilà,

Vous tous, je suis un mot dans la bouche d’Allah;

Je suis cendre comme homme et feu comme prophète.

J’ai complété d’Issa la lumière imparfaite.

Je suis la force, enfants; Jésus fut la douceur.

Le soleil a toujours l’aube pour précurseur.

Jésus m’a précédé, mais il n’est pas la Cause.

Il est né d’une Vierge aspirant une rose.

Moi, comme être vivant, retenez bien ceci,

Je ne suis qu’un limon par les vices noirci;

J’ai de tous les péchés subi l’approche étrange;

Ma chair a plus d’affront qu’un chemin n’a de fange,

Et mon corps par le mal est tout déshonoré;

O vous tous, je serais bien vite dévoré

Si dans l’obscurité du cercueil solitaire

Chaque faute engendre un ver de terre.

Fils, le damné renaît au fond du froid caveau

Pour être par les vers dévoré de nouveau;

Toujours sa chair revit, jusqu’à ce que la peine,

Finie ouvre à son vol l’immensité sereine.

Fils, je suis le champ vil des sublimes combats,

Tantôt l’homme d’en haut, tantôt l’homme d’en bas,

Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne

Comme dans le désert le sable et la citerne;

Ce qui n’empêche pas que je n’aie, ô croyants !

Tenu tête dans l’ombre aux Anges effrayants

Qui voudraient replonger l’homme dans les ténèbres;

J’ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres;

Souvent, comme Jacob, j’ai la nuit, pas à pas,

Lutté contre quelqu’un que je ne voyais pas;

Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie;

Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie,

Et, comme je sentais en moi la vérité,

Je les ai combattus, mais sans être irrité,

Et, pendant le combat je criais : «laissez faire !

Je suis le seul, nu, sanglant, blessé; je le préfère.

Qu’ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis !

Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis

Auraient, pour m’attaquer dans cette voie étroite,

Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite,

Ils ne me feraient point reculer !» C’est ainsi

Qu’après avoir lutté quarante ans, me voici

Arrivé sur le bord de la tombe profonde,

Et j’ai devant moi Allah, derrière moi le monde.

Quant à vous qui m’avez dans l’épreuve suivi,

Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi,

Vous avez bien souffert, mais vous verrez l’aurore.

Après la froide nuit, vous verrez l’aube éclore;

Peuple, n’en doutez pas; celui qui prodigua

Les lions aux ravins du Jebbel-Kronnega,

Les perles à la mer et les astres à l’ombre,

Peut bien donner un peu de joie à l’homme sombre.»

Il ajouta ; «Croyez, veillez; courbez le front.

Ceux qui ne sont ni bons ni mauvais resteront

Sur le mur qui sépare Eden d’avec l’abîme,

Etant trop noirs pour Dieu, mais trop blancs pour le crime;

Presque personne n’est assez pur de péchés

Pour ne pas mériter un châtiment; tâchez,

En priant, que vos corps touchent partout la terre;

L’enfer ne brûlera dans son fatal mystère

Que ce qui n’aura point touché la cendre, et Dieu

A qui baise la terre obscure, ouvre un ciel bleu;

Soyez hospitaliers; soyez saints; soyez justes;

Là-haut sont les fruits purs dans les arbres augustes,

Les chevaux sellés d’or, et, pour fuir aux sept dieux,

Les chars vivants ayant des foudres pour essieux;

Chaque houri, sereine, incorruptible, heureuse,

Habite un pavillon fait d’une perle creuse;

Le Gehennam attend les réprouvés; malheur !

Ils auront des souliers de feu dont la chaleur

Fera bouillir leur tête ainsi qu’une chaudière.

La face des élus sera charmante et fière.»

Il s’arrêta donnant audience à l’espoir.

Puis poursuivant sa marche à pas lents, il reprit :

«O vivants ! Je répète à tous que voici l’heure

Où je vais me cacher dans une autre demeure;

Donc, hâtez-vous. Il faut, le moment est venu,

Que je sois dénoncé par ceux qui m’ont connu,

Et que, si j’ai des torts, on me crache aux visages.»

La foule s’écartait muette à son passage.

Il se lava la barbe au puits d’Aboufléia.

Un homme réclama trois drachmes, qu’il paya,

Disant : «Mieux vaut payer ici que dans la tombe.»

L’œil du peuple était doux comme un œil de colombe

En le regardant cet homme auguste, son appui;

Tous pleuraient; quand, plus tard, il fut rentré chez lui,

Beaucoup restèrent là sans fermer la paupière,

Et passèrent la nuit couchés sur une pierre

Le lendemain matin, voyant l’aube arriver;

«Aboubékre, dit-il, je ne puis me lever,

Tu vas prendre le livre et faire la prière.»

Et sa femme Aïscha se tenait en arrière;

Il écoutait pendant qu’Aboubékre lisait,

Et souvent à voix basse achevait le verset;

Et l’on pleurait pendant qu’il priait de la sorte.

Et l’Ange de la mort vers le soir à la porte

Apparut, demandant qu’on lui permît d’entrer.

«Qu’il entre. «On vit alors son regard s’éclairer

De la même clarté qu’au jour de sa naissance;

Et l’Ange lui dit : «Dieu désire ta présence.

- Bien», dit-il. Un frisson sur les tempes courut,

Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut.

 

*On peut retrouver nombre des extraits cités ici sur Bonaparte dans un autre livre écrit par le général Georges Spillmann : «Napoléon et l’islam» 1969 Éditeur Librairie Académique Perrin (Paris). 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.