Billet de blog 12 mai 2015

Cherif Lounès
Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

12 mai 1962, l'abandon des Harkis

La France, par le geste de son Président, vient d'inaugurer le mémorial ACTe en Guadeloupe, dimanche 10 mai 2015, à l'occasion de la journée de commémoration de l'esclavage. En avril dernier, le Secrétaire d'Etat aux anciens combattants s'était rendu à Sétif en Algerie pour participer au 70ème anniversaire du massacre du 8 mai 1945 qui eu lieu dans cette ville et aux alentours.

Cherif Lounès
Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France, par le geste de son Président, vient d'inaugurer le mémorial ACTe en Guadeloupe, dimanche 10 mai 2015, à l'occasion de la journée de commémoration de l'esclavage. En avril dernier, le Secrétaire d'Etat aux anciens combattants s'était rendu à Sétif en Algerie pour participer au 70ème anniversaire du massacre du 8 mai 1945 qui eu lieu dans cette ville et aux alentours.

Mais qui connaît la date du 12 mai 1962 marquant l'abandon des Harkis (1) en Algérie après les accords d'Evian du 18 mars 1962 et le cessez le feu du 19 mars aboutissant à l'indépendance de l'Algérie?

Les Harkis sont des supplétifs engagés pour diverses raisons aux côtés des soldats de l'armée française dans la lutte contre les mouvements indépendantistes algériens, essentiellement le FLN dont l'armée l'ALN combattait dans les maquis.

Après les accords d'Evian, ces malheureux supplétifs, pris dans la tourmente de la guerre d'Algérie, furent désarmés et renvoyés dans leurs foyers. Mais très tôt, et sans aucune forme de procès, des massacres de Harkis ou supposés ont débuté et les représailles contre leurs familles se pratiquèrent avec tortures et actes de barbarie que rien ne justifiait.

Tout indique que la plupart de ces exactions furent commises par des "combattants" de la dernière heure suivis par des foules excitées et déchaînées. Cette anarchie et cette haine auraient aussi été provoquées par les attentats aveugles de groupes de l'OAS (2) décidés à pratiquer la politique de la terre brûlée. Mais pour de nombreux pieds noirs, l'OAS était composée de groupes d'auto défense qui les protégeaient d'un plus grand massacre.

Quant aux chefs du FLN, ils étaient plus préoccupés par une lutte fratricide qui allait faire des centaines de morts dans leurs rangs pour s'accaparer le pouvoir, négligeant ainsi les accords d'Evian.

Ces derniers prévoyaient pourtant que nul ne serait inquiété pour ses engagements antérieurs à la date de ces accords entre les belligérants.

Devant la pagaille régnante et les assassinats perpétrés contre eux, les Harkis demandèrent la protection de l'armée française, mais celle-ci obéissant aux ordres est restée dans ses casernes. Seuls des officiers courageux passant outre les ordres reçus vont tenter de sauver ces hommes, qui ont toujours servi avec fidélité sous leurs commandements, afin de les rapatrier vers la métropole.

Pourquoi le 12 mai marque-t-il l'abandon des Harkis?

Cette date correspond au télégramme envoyé par le Ministre de la guerre, Pierre MESMER, donnant des instructions confidentielles de ne pas permettre aux Harkis de rejoindre la métropole. Ces recommandations avaient l'aval du gouvernement et elles dataient du 12 mai 1962.

Ces consignes démontrent clairement la volonté d'abandon de ces supplétifs de l'armée française après, ne l'oublions pas, qu'ils furent désarmés.

© 

Cette correspondance sera suivie par une autre, celle du Ministre d'Etat chargé des affaires algériennes, Louis JOXE, qui avait adressé à Christian FOUCHET, Haut-commissaire en Algérie, le télégramme suivant :

N 125/IGAA - 16 mai 1962 /Ultra Secret/Strict. Confidentiel.

Ministre Etat Louis Joxe demande à Haut Commissaire rappeler que toutes initiatives individuelles tendant à installation métropole Français Musulmans sont strictement interdites. En aviser urgence tous chefs S.A.S. et commandants d'unités. " 

Signé : Louis JOXE.

Suite à ces décisions, des Harkis arrivés en France furent renvoyés en Algérie, d'autres qui se trouvaient dans des bateaux prêts au départ sur le port d’Oran furent débarqués et arrêtés sur le quai par des hommes armés. On ne peut que deviner leur sort. Quelle tragédie!

Voilà ce qu'écrit sur cet abandon l'écrivaine Zahia Rahmani, fille de Harki, dans son livre d'une grande force intellectuelle et qui porte en titre le nom de son père, «Moze» (3):

« La métropole pouvait dormir. Oublier cette chose nationale,ce département qu'on voulait à soi mais sans ses militaires qui n'agissent jamais en républicains, sans ses pieds noirs à l'accent honteux, sans ces harkis dont il faudrait dire l'existence. Dormir, tirer un trait. La guerre est finie! Enfin, à l'arrière tous. Oublier ces lépreux qui tendent la main. C'est traîtres. Ces suppôts de l'OAS! ...

Quitter l'Algérie était dorénavant interdit aux seuls harkis."

Les conditions d'accueil des rescapés

Les harkis et leurs familles qui purent échapper aux représailles arrivèrent en France où pratiquement rien n'était prévu pour leur accueil.

Transportés souvent de nuit dans des trains et dans des camions de l'armée, ils furent parqués dans des camps de fortunes aménagés au dernier moment, souvent dans des hangars ou sous des tentes militaires, dans le froid et dans une promiscuité inimaginable.

Comble de l'ironie, certains de ces lieux, comme Rivesaltes, servirent de centres de détention de militants du FLN qui venaient d'ailleurs tout juste d'en sortir avant l'arrivée des Harkis!

Pour ajouter à cette humiliation, on obligea tous les Français musulmans rapatriés à une démarche administrative auprès du juge d'instance en vue de se faire reconnaître la nationalité française, ce que l'on ne demandera pas aux rapatriés de type européen.

C'est ainsi que même le Bachaga Boualam pourtant commandant de l'armée, distingué de la légion d'honneur à titre militaire, député et vice président de l'Assemblée Nationale jusqu'en juillet 1962, dut se prêter à cette formalité de reconnaître de la nationalité française et on lui réclama même de payer un timbre fiscal à l'administration.

C'est pour toutes ces raisons qu'aujourd'hui et depuis plusieurs années, les associations harkis se battent pour réclamer à l'Etat français de reconnaître sa responsabilité dans l'abandon, le massacre et les conditions d'accueil des Harkis.

Ce n'est pas un acte de repentance qui est demandé mais bien la reconnaissance d'une responsabilité qui est un fait historique indiscutable.

En 2001, le Président Chirac a décidé d'une journée d'hommage national à ces supplétifs fixée au 25 septembre qu'il organisa à l'Hôtel des Invalides où une plaque commémorative fut posée.

En 2007, M. Sarkozy alors candidat à la présidence fera une déclaration (le 31 mars) jamais appliquée :

« Si je suis élu président de la république, je veux reconnaître la responsabilité de la France dans l’abandon et le massacre des harkis en 1962, et je le veux afin que l’oubli ne les assassine pas une deuxième fois ». 

En 2012, M. Hollande pendant sa campagne électorale pour la présidence de la République écrira (le 5 avril) :

« Si le peuple français m’accorde sa confiance, je m’engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil des familles transférées dans des camps en France ». 

Les Harkis survivants et leurs familles attendent toujours la réalisation de cette promesse.

Beaucoup reconnaissent tardivement que ces horribles massacres ont saigné à jamais l'Algérie indépendante et qu'elle en garde les séquelles jusqu'à aujourd'hui et que la responsabilité des autorités française reste très lourde. 

Pour terminer, les chiffres que l'on donne habituellement, à défaut d'une commission d'enquête internationale indépendante qui pourrait enquêter sur ce terrible drame, sont de près de 150 000 morts Harkis et assimilés comme l'indique un document de l'Etat Major/ Service Historique d'avril 1977. 

(voir la page complète en cliquant ici)

Voir également en document attaché ci-dessous l'article paru dans le journal La Provencedu 11 janvier 2015.

(1) Harki est un mot qui vient de l'arabe Harka désignant un groupe "en mouvement". Les harkis étaient des supplétifs de l'armée française durant la guerre d'Algérie.

(2) OAS : organisation armée secrète.(3) “Moze”, de Zahia Rahmani, chez Sabine Wespieser éditeur, 2003.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar