Haïti. «Le Nouvelliste»: «Etonnez-nous, Monsieur Hollande»

Alors que François Hollande est en Haïti, la question de la «rançon de l'indépendance» est au cœur de cette visite présidentielle. Nous reproduisons ci-dessous l'éditorial du principal quotidien de l'île, Le Nouvelliste, qui s'en prend «aux vendeurs d'illusions empêtrés dans leurs promesses».

Alors que François Hollande est en Haïti, la question de la «rançon de l'indépendance» est au cœur de cette visite présidentielle. Nous reproduisons ci-dessous l'éditorial du principal quotidien de l'île, Le Nouvelliste, qui s'en prend «aux vendeurs d'illusions empêtrés dans leurs promesses».

L'éditorial:

«En lançant sa petite phrase « Quand je viendrai en Haïti, j’acquitterai à mon tour la dette que nous avons », le président François Hollande s’est-il rendu compte de la totalité des engagements qu’il a pris ce 10 mai 2015 avec son discours de Guadeloupe, lors de l’inauguration du Mémorial ACTe? La France, par la voix de son président, n'a reconnu qu’une dette morale envers Haïti, ont bien vite expliqué des sources proches de l’Elysée.

Et pourtant.

La dette morale est celle due pour avoir mis en esclavage des Noirs arrachés d’Afrique pour transformer chaque goutte de leur sueur, de leur sang et chaque parcelle de Saint-Domingue en richesse pour la métropole. Cette dette morale, jamais Haïti n’en a demandé réparation. Elle est irréparable, nous en convenons. Nous la laissons comme une tache sur le blason des civilisés.

190 ans après l’ordonnance de Charles X de 1825, ordonnance qui a imposé à notre pays le paiement d’une « indemnisation d’Etat », d’une « rançon de l’indépendance », pour reprendre deux expressions employées par le président français lui-même, la France a aussi une dette financière vis-à-vis d’Haïti.

Cette dette est un cas unique dans l’histoire. C’est la seule fois où les vainqueurs ont payé tribut aux vaincus.

Cette indemnité de 150 millions de francs-or, payée pendant tout le XIXe siècle, a entravé l’économie haïtienne, étranglé notre développement et hypothèque encore l’évolution de notre pays. Cette dette réclamée par Jean-Bertrand Aristide, passée sous silence depuis par des présidents haïtiens qui ont préféré un entretien cordial à une franche conversation sur le sujet avec leurs homologues français, nous sommes heureux que Monsieur Hollande veuille l’acquitter.

Cependant, plus important que cette relique de notre passé commun, il reste à Monsieur Hollande et à la France une autre dette, celle dont Nicolas Sarkozy voulait s’acquitter : la dette pour l’avenir.

En 2010, le premier président français de passage sur le territoire haïtien depuis 1804 avait annoncé des engagements pour 300 millions d’euros qui se sont perdus dans la comptabilité chaotique de l’après-séisme. Le président Sarkozy avait détourné une question sur la restitution de la rançon de l’indépendance en indiquant que la France a effacé la dette d’Haïti, comme pour demander qu’Haïti en fasse de même.

« Deux pays aussi imbriqués l’un dans l’autre depuis quatre cents ans et une dette de 56 millions d’euros, cela n’éclaire que le peu d’intérêt que la France a en Haïti, pour Haïti », avait dit alors un éditorial du Nouvelliste que nous reprenons dans son intégralité dans ce numéro.

Le président français François Hollande aurait pu faire comme ses prédécesseurs et éviter de parler de la dette de la France envers Haïti. Sa visite se serait déroulée dans une relative indifférence, sans attente particulière et sans regret. Grand bien lui a pris de prononcer son discours de Guadeloupe.

Monsieur Hollande a soulevé la question de la dette, qu’il s’ingénie donc à payer la dette morale, la dette financière et la dette d’un meilleur avenir commun entre nos deux pays. Ici nous sommes patients avec nos créanciers, nous avons de gros comptes en banque garnis de vœux pieux et tout notre temps, habitués à voir des vendeurs d’illusions empêtrés dans leurs promesses.

Frantz Duval

----------

lire également le billet d'Eric Fassin: Un humour noir : Hollande, Haïti et les réparations

cet entretien: Régis Debray : « C’est en étant précurseur qu’Haïti est devenu paria »

et ce parti-pris: Pourquoi Haïti nous dépasse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.