Billet de blog 12 mai 2015

Haïti. «Le Nouvelliste»: «Etonnez-nous, Monsieur Hollande»

Alors que François Hollande est en Haïti, la question de la «rançon de l'indépendance» est au cœur de cette visite présidentielle. Nous reproduisons ci-dessous l'éditorial du principal quotidien de l'île, Le Nouvelliste, qui s'en prend «aux vendeurs d'illusions empêtrés dans leurs promesses».

François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Alors que François Hollande est en Haïti, la question de la «rançon de l'indépendance» est au cœur de cette visite présidentielle. Nous reproduisons ci-dessous l'éditorial du principal quotidien de l'île, Le Nouvelliste, qui s'en prend «aux vendeurs d'illusions empêtrés dans leurs promesses».

L'éditorial:

«En lançant sa petite phrase « Quand je viendrai en Haïti, j’acquitterai à mon tour la dette que nous avons », le président François Hollande s’est-il rendu compte de la totalité des engagements qu’il a pris ce 10 mai 2015 avec son discours de Guadeloupe, lors de l’inauguration du Mémorial ACTe? La France, par la voix de son président, n'a reconnu qu’une dette morale envers Haïti, ont bien vite expliqué des sources proches de l’Elysée.

Et pourtant.

La dette morale est celle due pour avoir mis en esclavage des Noirs arrachés d’Afrique pour transformer chaque goutte de leur sueur, de leur sang et chaque parcelle de Saint-Domingue en richesse pour la métropole. Cette dette morale, jamais Haïti n’en a demandé réparation. Elle est irréparable, nous en convenons. Nous la laissons comme une tache sur le blason des civilisés.

190 ans après l’ordonnance de Charles X de 1825, ordonnance qui a imposé à notre pays le paiement d’une « indemnisation d’Etat », d’une « rançon de l’indépendance », pour reprendre deux expressions employées par le président français lui-même, la France a aussi une dette financière vis-à-vis d’Haïti.

Cette dette est un cas unique dans l’histoire. C’est la seule fois où les vainqueurs ont payé tribut aux vaincus.

Cette indemnité de 150 millions de francs-or, payée pendant tout le XIXe siècle, a entravé l’économie haïtienne, étranglé notre développement et hypothèque encore l’évolution de notre pays. Cette dette réclamée par Jean-Bertrand Aristide, passée sous silence depuis par des présidents haïtiens qui ont préféré un entretien cordial à une franche conversation sur le sujet avec leurs homologues français, nous sommes heureux que Monsieur Hollande veuille l’acquitter.

Cependant, plus important que cette relique de notre passé commun, il reste à Monsieur Hollande et à la France une autre dette, celle dont Nicolas Sarkozy voulait s’acquitter : la dette pour l’avenir.

En 2010, le premier président français de passage sur le territoire haïtien depuis 1804 avait annoncé des engagements pour 300 millions d’euros qui se sont perdus dans la comptabilité chaotique de l’après-séisme. Le président Sarkozy avait détourné une question sur la restitution de la rançon de l’indépendance en indiquant que la France a effacé la dette d’Haïti, comme pour demander qu’Haïti en fasse de même.

« Deux pays aussi imbriqués l’un dans l’autre depuis quatre cents ans et une dette de 56 millions d’euros, cela n’éclaire que le peu d’intérêt que la France a en Haïti, pour Haïti », avait dit alors un éditorial du Nouvelliste que nous reprenons dans son intégralité dans ce numéro.

Le président français François Hollande aurait pu faire comme ses prédécesseurs et éviter de parler de la dette de la France envers Haïti. Sa visite se serait déroulée dans une relative indifférence, sans attente particulière et sans regret. Grand bien lui a pris de prononcer son discours de Guadeloupe.

Monsieur Hollande a soulevé la question de la dette, qu’il s’ingénie donc à payer la dette morale, la dette financière et la dette d’un meilleur avenir commun entre nos deux pays. Ici nous sommes patients avec nos créanciers, nous avons de gros comptes en banque garnis de vœux pieux et tout notre temps, habitués à voir des vendeurs d’illusions empêtrés dans leurs promesses.

Frantz Duval

----------

lire également le billet d'Eric Fassin: Un humour noir : Hollande, Haïti et les réparations

cet entretien: Régis Debray : « C’est en étant précurseur qu’Haïti est devenu paria »

et ce parti-pris: Pourquoi Haïti nous dépasse

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND