Billet de blog 12 nov. 2020

Commémoration du 11 novembre 1918 : n’oublions pas l’Armée d’Afrique

La commémoration du 11 novembre 1918 par le président de la République M. Macron qui a ranimé la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe a été couverte en directe par des chaînes de télévision. A cette occasion, on aurait aimé entendre évoquer la participation de l’Armée d’Afrique et le sacrifice des soldats musulmans lors de la première guerre mondiale de 1914/18.

Cherif Lounès
Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La commémoration du 11 novembre 1918 par le président de la République M. Macron qui a ranimé la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe a été couverte en directe par des chaînes de télévision. A cette occasion, on aurait aimé entendre évoquer la participation de l’Armée d’Afrique et le sacrifice des soldats musulmans lors de la première guerre mondiale de 1914/18. D’ailleurs, il se peut que le soldat inconnu soit l’un d’eux. Mais cette partie de l'Histoire de France reste largement méconnue par l’opinion publique. Pire, elle est même contestée depuis quelques années dans les réseaux extrémistes identitaires négationnistes et révisionnistes.

A l’heure où les citoyens musulmans se sentent souvent malmenés par des chroniqueurs médiatiques et par des personnalités politiques notamment à la suite d’attentats terroristes dont ils sont étrangers, il n’est pas inutile de rappeler le rôle et le sacrifice des soldats méditerranéens. Ils étaient venus en masse des colonies "pour sauver la Patrie" et ils avaient à leurs têtes de grands officiers coloniaux. Et ce sont ces derniers dont le Maréchal Lyautey qui seront à l'origine de la construction de la Grande Mosquée de Paris inaugurée en 1926 en reconnaissance de des dizaines de milliers de morts Musulmans lors de ces hécatombes de cette guerre appelée "la Der des Ders". Auparavant, il avait été inauguré l’hôpital Musulman de Neuilly, voici des extraits de l’allocution prononcée par le président Poincaré le 9 juillet 1915 : « Je n’aurais pas voulu laisser s’ouvrir la première ambulance fondée sous les auspices des Amitiés musulmanes sans apporter à votre association, à tous ses collaborateurs et, en particulier, au personnel médical et hospitalier de cet établissement, l’expression de la reconnaissance et les félicitations du Gouvernement de la République, le vaste empire musulman est en même temps qu’un grand réservoir de richesse, un immense foyer d’énergie humaine [...]. J’au eu maintes fois l’occasion de voir sur le front des armées, des « indigènes » d’Algerie, de Tunisie ou du Maroc. Partout, ils se sont signalés par leur dévouement et leur vaillance. Tout récemment encore, la division marocaine se couvrait de gloire au nord d’Arras. J’adresse à tous ces braves gens le salut de la France. Ils ont aujourd’hui une part dans nos deuils et dans nos sacrifices ; ils auront une part dans la victoire ; ils devront avoir aussi une part dans la gratitude du pays. »

Il importe de rappeler parlant de « gratitude » qu’on a attendu l'année 2006, soit 90 après la terrible bataille de Verdun, pour édifier un Mémorial Musulman non loin des centaines de tombes des soldats africains de l'ossuaire de Douaumont jouxtant celles de leurs frères d'armes chrétiens. 

Voici un historique de leur participation à ces combats(*):

A Verdun comme sur le Chemin des Dames les actions de l’Armée d’Afrique furent glorieuses. En 1916 nous assistons à la première défaite allemande : le Fort de Douaumont est repris par le Régiment d’Infanterie Colonial du Maroc, le 4ème Régiment de Zouaves, le 4ème Régiment Mixtes de Zouaves et Tirailleurs et le 8ème Régiment de Tirailleurs Algériens. Le Père Teilhard de Chardin, jeune brancardier au 8ème R.T.A a jugé cette bataille en se demandant : 

"Je ne sais par quelle espèce de monument le pays élèvera plus tard en souvenir de cette lutte."

Bien que les chiffres ne soient pas très précis, sur les 475000 hommes de l’Armée d’Afrique près de 200000 étaient des musulmans d’Algérie, 50000 tunisiens, 35000 marocains, 130000 sénégalais, 30000 malgaches, 40000 indochinois et 3000 somalis. Pour les seules pertes algériennes on parle de 56000 morts, 80000 blessés et 9000 mutilés. Il se peut même que le soldat inconnu reposant sous l’Arc de Triomphe soit l’un d’eux

A la fin de la première guerre mondiale, à laquelle pris part l’émir Khaled officier saint-cyrien et petit fils de l’émir Abdelkader, les emblèmes de l’Armée d’Afrique, brillaient d’honneur bien gagnés. Sur les 21 régiments s’étant vus décernés 6 citations à l’ordre de l’armée, pendant la guerre 14-18, on trouve 9 corps de l’Armée d’Afrique.

(*) Extraits d’un article publié en novembre 2015 sur Mediapart :

https://blogs.mediapart.fr/cherif-lounes/blog/101115/larmee-dafrique-et-larmistice-du-11-novembre-1918

Ossuaire de Douaumont:

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy