Billet de blog 16 oct. 2018

Le drapeau de " l'ordre " esclavagiste en Martinique vient de tomber

Les quatre têtes des vipères trigonocéphales de l’Ancien régime, les 4 kribos emblématiques de l’esprit et de l'économie de la traite esclavagiste négrière française en Martinique viennent de tomber. En effet, le Président Macron avait été interpellé sur cette question par Victor Monlouis Bonnaire, du webzine MAKACLA.COM, + le communiqué officiel du Mouvement International pour les Réparations.

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les 4 kribos qu’arboraient les navires négriers, les gendarmeries et commissariats de police français en Martinique

"Sur ordre du Président de la République Française, la gendarmerie [et les commissariats de police Ndlr] en martinique ne portera plus l'emblème aux 4 serpents"; sur macakla.com

"Le président Macron avait affirmé ne pas être en connaissance de la signification du drapeau aux quatre serpents, mais que suite à l'information de lien entre ce drapeau et la période esclavagiste, il s'engageait au plus tôt à agir en conséquence, une fois qu'il vérifiait la véracité des informations qui étaient portées à sa connaissance.

 Le Président de la République se sera effectivement renseigné et aura pris sans attendre la décision de ne plus utiliser cet emblème [porté en écusson à l'épaule des militaires] comme logo de la gendarmerie [Préfecture, Hotel de police de Fort de France et certains commissariats] en Martinique".

Plus tôt, mi-septembre Jean-Philippe Nilor, député de la 4ème circonscription de la Martinique déposait un amendement dans le cadre du projet de réforme constitutionnelle afin que le drapeau aux 4 kribos soit retiré au motif qu'il fait l'apologie de l'esclavage négrier. 

Ce symbole de la marine marchande avait été imaginé en 1663 par le roi de France pour les compagnies associées au commerce triangulaire, à la traite et à l'esclavage coloniaux...

Le Mouvement International pour les Réparations (MIR-Martinique) Officiel :

La gendarmerie en Martinique ne portera plus le pavillon esclavagiste bleu avec les 4 serpents, sur ordre du président de la France.

Le MIR accueille cette nouvelle avec beaucoup d'espoir et félicite tous les militant(e)s et organisations qui œuvrent depuis des années pour la disparition de ce pavillon du paysage martiniquais.
C'est un rapport de force créé par ces associations, ces organisations politiques et ces citoyens indignés par cet emblème qui a obligé nos journalistes et élus à s'emparer de cette problématique et non l'inverse, comme on pourrait le lire sur les réseaux sociaux.

Rappelons quelques actions menées par les militant(e)s :

En 1991, le MODEMAS ÉCOLOGIE à sa création exhortait les martiniquais à prendre conscience de ce fait symbolique d'apologie de crime contre l'humanité.

En 1992, le pavillon esclavagiste arboré par les békés est publiquement et médiatiquement incendié lors d'une manifestation de l'ASSAUPAMAR sur l'ilet Oscar à la porte de l'habitation de colons français héritiers esclavagistes.

Entre 1994 et 2000, Garcin MALSA,actuel président du MIR, propose à deux reprises, en tant qu'élu du peuple martiniquais, au Conseil Général l'éradication de ce pavillon raciste esclavagiste.
A cette même période, Claudette DUHAMEL, en tant qu' avocate du MIR (voir document vidéo ci-dessous), déclenche une première procédure juridique d'apologie de crime contre l'humanité. 
Le MIR brûle à multiples reprises ce pavillon lors de ses Konvwas pou Reparasyon.

En décembre 2017, le MIR et des citoyens portent plainte auprès du procureur de la République pour que cet emblème soit banni.
A cette même période le Comité National pour les Réparations lance une pétition en direction des ténors des réseaux sociaux pour que soient remplacés les émoticônes du Pavillon Bleu 4 serpents par le drapeau rouge vert noir.

Parallèlement entre 2017 et 2018 l'actuelle association Nasyon Matinik sensibilise de nombreux artistes qui brûlent  lors d'interviews ou dans leurs clips ce pavillon esclavagiste.

La lutte continue pour que le drapeau martiniquais rouge vert noir flotte sur l'ensemble des édifices publics.
https://www.people-bokay.com/le-mir-appellent-les-martiniq…/

 *

*     *

LAFÈT FINI ! LAFÈT FINI !

(FINI DE RIRE !)

Et le soleil de notre décoloniale conscience

 Découpeur du Diamant,

Gardien de l'Éclat de mer,

Des roches que tu nous a taillées,

Dans le bois de fer trigonocéphale,

Pète !

Sur nos têtes !

 Et les Quatre Fleurs de lys-Kribo,

 D'un parfum neurotoxique,

Aux mémoires atlantiques Nègres,

Les ponts de mer rincés du sang des Plantations,

Du pays de Martinique,

S'épanouissent en notre jour,

 Pavoisent et Dansent !

Sur le drapeau des Maîtres,

 Pavoisent et Sifflent  !

 Sur les têtes surchauffées,

Des Afrodescendances,

Pavoisent et s'amusent !

  De cette nuit de l'Histoire,

Ivres de leurs barriques de malédiction,

 Mais Alors !

Gare aux sabres qui rient aux étoiles !!!

Soley' !

Pierre Carpentier 

UN DRAPEAU ESCLAVAGISTE EN MARTINIQUE. (Par Me Claudette Duhamel) You Tube © Peter Lema
Le drapeau aux couleurs ka mites de la Martinique né lors de la grande révolte du sud en 1870

PS :

NOU LIBÉTÉ JÉNÉRAL JA KA MACHÉ SO CHIMEN POU NOU LISTORIK VIKTWÈ VINI PRAN SO SOUVRÈNTÉ.

VAYANS NOU LARÉZISTANS KILTIRÈL, VAYANS DIFÉ NOU MÉTÉ ANDAN KONBA POU NOU L'ISTWÈ NASYONAL ATÈ MATINIK 

KAT KRIBO YA, KI ANBLÈMATIK DI POUVWAR ÈSKLAVAJIS FRANSÉ-A KA DÉGAJÉ DÉRÒ NÈT BYEN PROP' !

SÉ OUN PAPA BIDDIM WOULO BA PÈP MATINIKÈ MO FRÈ YÉ LA ! HO !...

VAYAN ZOT MO FRÈ-YA !!!

Soley ' !

Pyèr !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique