Guyane. Danger grave et imminent au TGI de Cayenne. Colonialisme et conformité...

Alors que le désamiantage de l’édifice colonial s’éternise depuis plusieurs années au beau milieu de ses activités courantes. Les organisations syndicales des fonctionnaires de la Chancellerie, et des services judiciaires de Guyane en intersyndicale saisissent le Préfet et la Mairie d’une demande d’intervention - danger grave - pour non conformité sécurité-incendie et accessibilité.

« On croyait le dossier de l'amiante stabilisé avec la signature la semaine dernière des baux confirmant l'installation d'une partie du tribunal au Larivot dans les locaux de l'ancienne école de gestion de la chambre de commerce et d'industrie, et d'une partie dans l'immeuble du Majestic en plein centre-ville. Mais la semaine dernière, les syndicats ont été informés que les chefs de juridiction souhaitaient rouvrir partiellement le tribunal de grande instance (TGI) dès le 1er septembre, et ce malgré les travaux de désamiantage et de réhabilitation en cours. Une décision qui va à l'encontre de tous ce qui avait été jusque là annoncé par les représentants de la chancellerie qui avaient exclu la réouverture en site occupé, c'est à dire tant qu'il y aurait des travaux au TGI. Les syndicats de la justice ont été informé de cette volonté jeudi dernier. Il s'agirait de rouvrir le bureau d'aide juridictionnelle et le service d'accueil unique des justiciables ». Samir MATHIEU. France-Guyane. 14 août.

3/3 3/3

2/3 2/3

Tract des organisations syndicales des fonctionnaires des services de Justice de Guyane en intersyndicale (12 août 2019). Tract des organisations syndicales des fonctionnaires des services de Justice de Guyane en intersyndicale (12 août 2019).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.