Billet de blog 20 janv. 2021

Élie Stephenson, l'écrivain magistral enfin reconnu (René Ladouceur)

« Bonne nouvelle. En fin d’année 2020 [et début 2021] les hommages à Élie Stephenson pleuvent. Ce n’est que justice. Depuis une quarantaine d’années, en Guyane, son pays, l’homme exerce un puissant magistère. » In, le bloc-notes de René Ladouceur sur Montray Kréyol.

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Couverture de : « L’œuvre théâtrale d’Élie Stephenson ». Biringanine Ndagano. Karthala Éditions.

Dans le bloc-notes de René Ladouceur, sur MONTRAY KRÉYOL, ici : 


A cet écrivain, qui fut l’élève préféré de Daniel Masse* et le protégé de Léon Gontran Damas, qui fonda l’Association Guyanaise d’Edition et est aujourd’hui le Président d’honneur de l’Association Guyanaise René Maran, on doit l’incontournable Une flèche pour un pays à l’encan et surtout Comme des gouttes de sang.

A 76 ans, Elie Stephenson, né un 20 décembre, pourrait donc sommeiller sur son socle en bois wapa serti d’or de Guyane. On admirerait la statue en contre-plongée. Elle nous regarderait de haut. Ce serait glacial.

Les livres, que l’on peut trouver trop brefs, qu’il publie depuis quelques saisons montrent au contraire combien Elie Stephenson nous reste fidèle.

Franc-tireur et observateur engagé, l’homme de lettres ne se lasse jamais de répondre aux obligations de l’homme de réflexion : « Pour moi, écrire signifie à la fois participer et témoigner, faire corps avec l’action collective et prendre position ».

S’il est vrai que ses poèmes dessinent en creux un portrait intellectuel et moral de l’auteur, ses pièces de théâtre présentent un intérêt plus général. Celui de dissiper les illusions, de fournir matière à réflexion, de prendre ses distances par rapport à notre époque.

Raison pour laquelle chez lui chaque phrase est calculée ; chaque mot pèse de tout son poids.

Et il faut, pour l’explorer, se munir d’un instrument qui se fait rare : l’attention.

L’auteur de Les voyageurs est un peintre d’atmosphère dont la pertinence se décuple littéralement chaque fois, pour notre plus grand bonheur, il s’emploie à examiner les effets de la domination française sous nos latitudes.

Dans l’exercice, il se distingue dans sa manière de mettre le doigt sur les non-dits de la traite négrière, de lever le voile sur la colonisation, de mettre en lumière les échecs de la départementalisation, d’épingler la complaisance, d’identifier les lâchetés, de fuir le pathos et de demeurer, malgré les orages et les tempêtes, plus léger que l’air.

Il faut lire Elie Stephenson pour comprendre ce que « Aimer la Guyane » veut dire. Ne vivre que pour elle. Et survivre grâce à elle. Dans Catacombes de soleil, il avoue : « Je vis à Cayenne/et je vais en mourir ».

On devine qu’Elie Stephenson écrit comme il lit. De biais. A reculons. Par foucades. Avec entêtement. Et le stylo à la main. Dans ses livres, en pur fidèle de Damas, il pratique l’art de l’ironie et de la digression.

 S’il devait appliquer cette méthode à sa vie de lecteur, on peut parier qu’elle donnerait la plus excitante et la plus réjouissante des autobiographies guyanaises.

Depuis juin 2019, il est le personnage éponyme, à Saint-Laurent, d’un Groupe scolaire.

Il faut dire que la mémoire d’Elie Stephenson est pleine de livres. Cela n’a visiblement pas échappé au Prix Carbet qui, le 24 octobre dernier, l’a récompensé pour l'ensemble de son œuvre. Sans ces livres, l’auteur de Un rien de pays serait peut-être devenu amnésique.

Le mois dernier, invité de Place publique, l’émission-débat de la rédaction de Radio-Guyane la 1ère, on l’a interrogé sur l’importance de la littérature dans l’évolution de la Guyane.

Cette évolution, Stephenson la connaît par cœur. Il en parle calmement, tranquillement, sereinement, dans un langage d’écrivain, obstinément rétif à la syntaxe cathodique, avec l’émotion étouffée et la lucidité testamentaire de celui qui voit mourir, en même temps que nos illusions, ce que la littérature avait de respectable et la Guyane de prometteur.

Si vous voulez comprendre, de l’intérieur, pourquoi la littérature demeure si utile à l’émancipation de la Guyane, allez donc vous asseoir, à l’heure de la sieste, sur un banc du côté du Vieux Rémire, pour écouter Elie Stephenson se souvenir des écrivains qui l’ont forgé.

René Ladouceur

*Daniel Masse est l’auteur de La Guyane française, paru en 1978.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn