Billet de blog 21 juil. 2022

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Guyane. Le député Castor soulève les explosives sobriété énergétique et l’Autonomie

Les temps changent. L’époque que nous fréquentons admet communément que le colonialisme n’a plus d’avenir défendable sur la Terre, encore moins justifiable sous aucun prétexte et surtout pas au motif de la sacro-sainte intégrité de la République Française.Les députés ici Castor,et Rimane sont forgés de cette historicité politique martelée d'autodétermination et de justice pour le peuple guyanais

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Victor CASTOR (Mouvement de Décolonisation et d’Émancipation Sociale de la Guyane- MDES). Dėputé de la 1ère circonscription de la Guyane.

Commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée Nationale française présidée par Jean-Marc Zulesi le mercredi 20 juillet.

À l’heure où la France et les dirigeants des grandes entreprises EDF, ENGIE et TOTAL ENERGIE appellent à une limitation des consommations électriques, gazières et de produits pétroliers, Jean-Victor CASTOR  (groupe GDR) député de la Guyane rappelle le contexte des territoires d’Outre-Mer et particulièrement celui de la Guyane.

*

*       *

"Oui, bonjour tout le monde... En fait, je vais peut-être me démarquer un petit peu...

La sobriété nous la connaissons depuis toujours, sur nos îles, chez moi en Guyane, et donc encore une fois, je dis que ces débats sont surréalistes pour nous. 

Nous sommes sur des réseaux dits insulaires, moi même j'ai travaillé à EDF pendant 21 ans. EDF c'est toujours désengagée en matière de production, de transport et de distribution d'électricité. Sous prétexte qu'il y a une non rentabilité en matière de production, de transport et de distribution. Vous êtes des territoires, des pays en situation post-industrielle... nous l'industrialisation, elle n'a même pas encore commencé...

Nous importons pour pratiquement 90% donc, de nos produits, et nous exportons à peu près 10%. Ça n'a pas toujours été le cas...Il n'y a eu que pendant les périodes de guerre où cela a été différent... Je veux vous dire par là qu'il nous faut sortir impérativement chez nous, de l'économie de comptoir.

Tous nos élus et tous nos responsables ont pris la décision, donc.. euh... de se battre pour avoir une autonomie et pour décider par nous-mêmes. Cela a été voté à l'unanimité chez nous.

Parce qu'on peut comprendre que vous ici, vous êtes très loin de nos réalités. Donc la sobriété, c'est notre quotidien. Au moment même où je vous parle il y a une centrale électrique thermique, la décision a été prise en 2007, et il y a deux jours, là où on doit construire cette centrale électrique en 2022, eh bien le permis de construire a été rejeté par le tribunal administratif...

Nous vivons sous délestage depuis des dizaines d'années, et je vous parle des communes qui sont sur le littoral de la Guyane. Quant à l'intérieur, c'est une catastrophe. Tous le jours il y a des coupures d'électricité. Donc ce débat est surréaliste pour nous. Et dans le même temps vous savez qu'on nous a interdit, on va dire l'extraction pétrolière ou de gaz chez nous, et dans le même temps vos entreprises pétrolières TOTAL, très engagées, agressives sur tout le Plateau des Guyanes : du Venezuela jusqu'au Nord-Est du Brésil....

Nos populations ne comprennent pas ça. Elles ne comprennent pas vos décisions. Donc je tiens à vous dire que la sobriété nous la pratiquons, et nous la pratiquons du point de vue de nos coutumes et de nos traditions. Sauf qu'on ne peut pas demander à nos territoires de payer le prix de la pollution. Ce n'est pas la situation conjoncturelle d'aujourd'hui qui pose le problème de la sobriété, ce sont des choix de société.

Alors bien évidemment nous sommes preneurs du retour d'expérience de vos sociétés occidentales pour ne pas tomber dans les mêmes errements. Mais aujourd'hui, la réalité, c'est qu'un bidon de gaz sur le littoral c'est 25 euros, et quand vous allez dans les communes de l'intérieur c'est 100 euros. C'est ça la réalité. 

Le Président Zelusi : "Merci cher collègue..."

Jean-Victor Castor : "J'en conclu... Et quand vous interdisez a des populations de vivre qu'est ce qu'elle font ? Elles déforestent. 

Donc en fait, nous sommes sur des paradoxes et des situations qui sont vraiment étudiées... Je ne sais pas si nos institutions qui viennent de parler tout à l'heure, pensent à nos territoires."

30 MINUTES plus tard : "Vous n'avez jamais répondu à la question que j'ai posée. mais ça ne m'étonne pas... Euh... Moi je vous invite tous à faire très attention à ce que vous faites... il y a une forme de double peine. Hier nous étions sur un débat sur le coût de la vie, un projet de loi, qui à aucun moment n'a vu de façon différenciée la situation des territoire "d'outre-mer" et celle ici [en France Ndlr].

Aujourd'hui on parle de sobriété sur de la sobriété déjà existante... Je vous rappelle que chez nous, il y a près de 50% de la population qui n'a ni eau ni électricité...

Donc, j'attends des réponses. Peut-être que je les auraient, peut-être que je ne les auraient pas. Mais attendez vous au pire chez nous, parce que les gens n'accepteront pas qu'il n'y ait pas de décision..."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze